Qualité de l’enseignement et de l’apprentissage : la vision de l’université d’Uppsala

Accueillie au sein de la Division qualité de l’université d’Uppsala en juin dernier, j’ai pu découvrir tout un écosystème au service d’une amélioration continue de l’enseignement, soutenu par une gouvernance très impliquée, motrice.

Cette implication ne relève pas de la seule initiative de l’université bien entendu, certaines prescriptions, telle la mise en oeuvre de la formation pédagogique des enseignants, sont émises à l’échelon national. Charge aux universités suédoises, pour continuer l’exemple, d’élaborer une offre mixant cours théoriques et dimensions pratiques, modules de base et modules avancés, pour permettre aux futurs enseignants-chercheurs de suivre les dix semaines de formation obligatoires en vue de la titularisation. L’université d’Uppsala n’est donc qu’un “cas” parmi d’autres, particulièrement “exemplaire” du fait d’un engagement stratégique de longue date en faveur de l’excellence en recherche et en enseignement, à part égale en apparence.

Les lignes directrices de la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage

L’université a ainsi construit une « vision » de la qualité de l’enseignement, dont les principes sont explicités dans un document de référence intitulé Teaching and learning at Uppsala University. Visions for Educational Activity and Development, ratifié par le conseil d’administration. Ce document téléchargeable et disponible en suédois et en anglais (19 pages), pose les bases pour une culture commune en termes de construction d’offre de formation, de promotion du développement professionnel et d’évaluation de l’enseignement. L’édition révisée en 2018 présente les quatre objectifs généraux qui structurent cette vision : créer les conditions favorables à l’apprentissage des étudiants, accompagner l’évolution continue et systématique des diplômes, fournir des opportunités de développement professionnel aux enseignants (pédagogie et didactiques) et reconnaître la légitimité des activités d’enseignement dans la carrière. Continuer la lecture de « Qualité de l’enseignement et de l’apprentissage : la vision de l’université d’Uppsala »

La réussite étudiante vue depuis les observatoires de l’enseignement supérieur

Si les observatoires de l’enseignement supérieur présentent une certaine diversité à la fois dans leur positionnement institutionnel et dans les profils de compétences qui composent les équipes, leurs missions ont également connu des évolutions significatives au rythme des réformes des 10 dernières années et les objets sur lesquels ils travaillent se sont considérablement diversifiés. Les enquêtes d’insertion ne sont en effet plus les seules missions légales de ces structures, la mesure touche aussi désormais les questions d’accès à l’université et de réussite étudiante.

C’est en tous cas l’un des messages clairement portés par les JNO (journées nationales des observatoires) qui se sont tenues la semaine dernière à l’université de Montpellier et dont le thème central était justement “la réussite étudiante”. Ces journées ont accueilli environ 120 participants, avec plus de 100 établissements représentés, signe de la vitalité de ce réseau – RÉSOSUP – créé il y a maintenant 12 ans sur les fondations posées dès les années 1970 par le CÉREQ (à cette époque intégré à l’ONISEP) et dans les années 1990 par l’OVE.

Continuer la lecture de « La réussite étudiante vue depuis les observatoires de l’enseignement supérieur »

Unisciel : 10 ans déjà et pas une ride !

Unisciel ne s’occupe pas simplement de valoriser les ressources numériques pour l’enseignement des sciences dans le supérieur. Né dans la mouvance des universités numériques thématiques (après une impulsion initiale au sein du RUCA – réseau universitaire des centres d’autoformation dans les années 1990), le groupement d’intérêt scientifique (GIS ) a su évoluer depuis 10 ans pour aujourd’hui se distinguer nettement des autres projets d’UNT.

C’est la dimension “accompagnement” qui prévaut et qui structure les activités du groupement bien au-delà de l’appui même à la conception de ressources, qui figurait aussi dans les missions premières. Au premier plan, ce sont des projets multiples visant l’appropriation de ces ressources et oeuvrant plus largement pour la transformation pédagogique des 45 établissements membres. Le numérique n’est donc plus l’entrée privilégiée dans la pédagogie, même s’il ne s’agit pas de l’évacuer bien entendu (voir le projet Socles 3 par ex., un parcours de niveau licence, en ligne, structuré et scénarisé à partir des ressources Unisciel existantes).

Les problématiques sont multiples donc, depuis la lutte contre l’échec en licence et la mise en oeuvre de la loi ORE (au coeur des journées annuelles qui se sont déroulées à l’ENS de Lyon la semaine dernière), à la prise en compte des besoins des étudiants salariés, des étudiants internationaux ou des étudiants en situation de handicap, à l’accompagnement des pratiques pédagogiques et aux transformations curriculaires (AAP NCU notamment), en passant par la diffusion de la culture scientifique auprès d’un public plus large (cf. par ex. le Mooc Quidquam  et la série-documentaire Kezako). Continuer la lecture de « Unisciel : 10 ans déjà et pas une ride ! »

Des disciplines universitaires décomposées ou recomposées ?

Le point de départ du Dossier de veille de l’IFÉ de novembre était une analyse des transformations de l’offre de formation supérieure à la lumière des disciplines. Il s’agissait de sortir des approches pédagogiques transversales qui ont dominé nos précédentes analyses pour entrer dans les univers disciplinaires, comprendre ce qui détermine les évolutions curriculaires à l’échelle des disciplines, ce qui distingue les approches pédagogiques en histoire, de celles de gestion ou de celles de physique… Or le travail de collecte de la preuve empirique s’est avéré ardu : peu de recherches introspectives permettent de monter en généralité sur ces questions… Les publications en médecine et en ingénierie, nombreuses en langue anglaise, génèrent une appréhension « dispersée » parce qu’internationale, qui oblige à évacuer les contextes, à ne pas prendre en considération les dynamiques locales, intra ou inter-établissements, dont on sait l’importance qu’elles revêtent dans la variation des pratiques. Pour que le détour par l’international ne soit pas une fin en soi mais un moyen de mieux comprendre ce qui fait la force ou la faiblesse de notre propre système éducatif, il nous est apparu opportun d’explorer le statut de ces disciplines dans l’université d’aujourd’hui, et les tensions nouvelles entre logiques disciplinaires et logiques institutionnelles. Continuer la lecture de « Des disciplines universitaires décomposées ou recomposées ? »

Les systèmes d’enseignement supérieur les moins sélectifs sont aussi les moins performants !

À l’occasion d’une conférence auprès des personnels de direction et d’inspection en formation à l’ESEN cette semaine, j’ai pris connaissance des derniers travaux comparés qui éclairent la transition secondaire-supérieur.

La question du continuum -3 +3, telle qu’elle se pose en France depuis 2010, introduit une dimension plus systémique à la réussite étudiante : il ne s’agit plus simplement d’accompagner l’élève dans son orientation, ni l’étudiant dans son apprentissage des codes en vigueur dans le supérieur. Au nom de ce continuum, inscrit dans le code de l’éducation depuis la loi ESR de 2013, des rapprochements institutionnels sont opérés entre lycées et établissements d’enseignement supérieur, des « référents continuum » sont mobilisés dans chaque académie, des groupes disciplinaires rassemblent les enseignants des deux parties pour discuter des pré-requis,…
Au nom de ce continuum, il s’agit aussi de rénover l’offre de formation, de la rendre plus flexible, moins spécialisée, pour accueillir des publics plus hétérogènes. À cet égard, l’appel à projets « nouveaux cursus » lancé dans le cadre du PIA 3 (investissement d’avenir), dont les lauréats sont connus depuis la semaine dernière, est significatif de cette évolution vers une approche plus globale, qui n’exclut plus l’idée d’une défaillance institutionnelle (même si on peut regretter que la multiplication de ces appels à projets légitime des modalités concurrentielles entre les établissements et institue en quelque sorte un système à deux vitesses qui ne manquera pas de ringardiser à terme les établissements non lauréats…, mais c’est un autre débat !).

Penser que la défaillance est simplement d’ordre individuelle serait fallacieux, nécessairement. La stabilité désormais connue des taux de promotion et de diplomation, malgré la multitude de dispositifs d’aide mis en oeuvre par les établissements dans les dix dernières années, invite à une appréhension plus stratégique des questions de réussite.

Continuer la lecture de « Les systèmes d’enseignement supérieur les moins sélectifs sont aussi les moins performants ! »

Le monde académique vu depuis Shanghaï

Le classement de Shangaï ne porte pas uniquement sur les performances académiques globales des établissements d’enseignement supérieur. Il dresse également un palmarès disciplinaire sensé répondre à la question suivante : quelles sont les meilleures universités dans telle ou telle discipline ?
L’édition 2017 du Global Ranking of Academic Subjects est à cet égard riche d’enseignement sur l’arbitraire à la source d’une vision du monde académique largement techniciste, dominée par les sciences de l’ingénieur, décomposées en plus de 20 disciplines. Les sciences sociales sont elles au nombre de 14, les sciences de la nature ne comportent que 5 disciplines, contre 6 pour les sciences de la vie et les sciences médicales.
Continuer la lecture de « Le monde académique vu depuis Shanghaï »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search