Tous les articles par Marie Gaussel

La « neuro-éducation » dans les médias : ne soyons pas dupes !

Mardi dernier, le 5 avril, on a pu écouter sur France Inter une émission « La tête au carré », consacrée à la mémoire et à la neuro-éducation, avec deux invités en particulier : Francis Eustache et Bérengère Guillery-Girard, tout deux neuropsychologues à l’École pratique des hautes études (EPHE).

Depuis notre Dossier de veille sur les relations entre éducation et neurosciences, nous sommes particulièrement attentifs à tout ce qui a trait à la neuro-éducation et aux soi-disantes grandes avancées qui vont révolutionner l’enseignement. Nous avons pu, lors de l’émission, relever plusieurs affirmations qui selon nous participent à la création de ce que l’on appelle des neuromythes ( « Croyances battues en brèche par la science mais largement répandues et relayées, par divers vecteurs, dans l’esprit du profane », voir CERI, 2002 et notre article sur les divers neuromythes qui continuent à circuler malgré le fait qu’ils ont été dénoncés par les neuroscientifiques eux-mêmes). Jérôme Prado, neuroscientifique à l’Institut des sciences cognitives de Bron (69), a d’ailleurs confirmé certaines mauvaises interprétations des résultats en neurosciences  concernant l’apprentissage. Il indique que ces pratiques ne peuvent que nuire à la crédibilité d’une science en devenir (lire l’article de notre rencontre avec Jérôme Prado).

Pendant l’émission, une enseignante invitée sur le plateau a mentionné le mythe des styles d’apprentissage VAK (visuel, auditif, kinesthésique) sans aucune réaction des scientifiques présents sur le plateau. La supposition implicite dans ces styles d’apprentissage est de dire que l’information n’est traitée que par un seul canal perceptif, indépendamment des autres canaux, ce qui va totalement à l’encontre de ce que l’on sait aujourd’hui sur l’interconnectivité du cerveau. Cette théorie a d’ailleurs été réfutée par plusieurs études dont la célèbre revue de littérature de Franck Coffield et de son équipe publiée en 2004. Malgré les mises en garde répétées contre les théories des styles et le fait qu’il n’existe à notre connaissance aucune preuve neuroscientifique pour étayer cette conception, ce type d’approche est encore plébiscité  dans de nombreux dispositifs de formation et récemment encore à la radio lors d’émissions qualifiées de scientifiques.  Bérengère Guillery-Girard rebondit même sur la notion d’apprentissage multimodal qui fait référence à une autre théorie qui, bien qu’extrêmement populaire, n’a jamais été corroborée, celle des intelligences multiples. Cette notion à été dénoncée par exemple par John Geake qui affirme que la notion d’intelligences multiples n’a jamais été démontrée en neurosciences. Selon lui, il y aurait une intelligence générale qui s’exprime dans plusieurs domaines reliés entre eux.

Lors de la rédaction de notre Dossier de veille, nous avions discuté avec  François Gonon, neurobiologiste au CNRS, qui dénonçait le comportement de certains scientifiques, qui n’hésitent pas à exagérer l’impact de leurs travaux, et de certains journalistes qui participent à la surmédiatisation de résultats de recherche non corroborés, voire parfois réfutés par la suite (lire son article : François Gonon, Jan-Pieter Konsman, « Pour une éthique de la communication en neurosciences », La lettre des Neurosciences, no 40, 2011, p. 20-22).

Le concept d’une « neuro-éducation » ou d’une « neuro-pédagogie » paraît en effet alléchant, mais les travaux actuels en neurosciences n’ont pas encore su véritablement trouver écho dans la salle de classe (lire notre article sur les apports discutables des neurosciences pour l’enseignement). Malheureusement, ces théories sont amplifiées par l’enthousiasme de certains médias, qui surmédiatisent toute information scientifique venue des neurosciences, succombant ainsi à la neurophilie (fascination pour toute information impliquant le cerveau).

Même si les informations sur l’utilisation de la mémoire, ou plutôt des mémoires, sont très instructives, les connaissances sur le fonctionnement du cerveau ne suffisent pas à expliquer tous les processus mentaux liés à l’apprentissage dans la salle de classe, ni même à donner des « trucs » comme le dit l’enseignante questionnée lors de l’émission.

Restons vigilants pour ne pas tomber dans l’utopie des promesses trompeuses de la « neuro-éducation » !

Les pratiques argumentatives et l’esprit critique à l’école

L’argumentation, quotidiennement utilisée, est au cœur de nombreuses activités, privées ou professionnelles. Elle est non seulement centrale dans plusieurs domaines mais indispensable dans l’enseignement. On observe aujourd’hui une prise de conscience de l’importance de l’argumentation dans les pratiques scolaires notamment avec la mise en place de l’éducation morale et civique (EMC) qui remplace dans les programmes l’éducation à la citoyenneté depuis la rentrée 2015. Il est d’ailleurs inscrit dans le domaine 3 du socle commun de connaissances, de compétences et de culture que les démarches argumentatives sont au cœur de la formation de la personne et du citoyen pour la transmission de valeurs fondamentales et de principes inscrits dans la constitution.

Le courant du critical thinking, l’esprit critique, est depuis longtemps instauré aux États-Unis et dans les pays anglosaxons en général mais très peu en France où il est couramment admis que la seule formation disciplinaire  développe de par sa nature savante une approche critique de la société chez l’élève.

Continuer la lecture de Les pratiques argumentatives et l’esprit critique à l’école 

Qui veut devenir prof ?

enseignement-superieur-publicPas beaucoup de monde selon le dernier PISA in focus, une des publications mensuelles de l’OCDE.  Seulement 5% des étudiants des pays de l’OCDE s’orientent vers cette profession (3% sont des garçons, 6% des filles). Autre constat, ces étudiants obtiennent des scores en numératie et en littératie moindres que ceux des étudiants qui ne voulant pas être enseignants mais qui se destinent à d’autre professions à qualifications égales. De façon générale, on observe un pourcentage plus important d’une vocation vers le professorat dans les pays où le salaire des enseignants est plus élevé comme l’Indonésie, l’Irlande du sud, le Japon, la Corée, la Turquie et le Luxembourg.

Il n’y a pas que le faible  niveau de rémunération (85% à 92% du salaire d’un personne travaillant à plein temps dans le secteur tertiaire) comme facteur de motivation mais également le peu de valeurs sociales et professionnelles accordées à ce métier. Les étudiants les plus performants ont accès à une large éventail de profession et leur choix se portent sur des carrières mieux valorisées dans la société, plus prestigieuses et mieux rémunérées. Continuer la lecture de Qui veut devenir prof ? 

C’est sur l’éducation, c’est nouveau, c’est EduNews !

Nous venons de réaliser la première vidéo d’une série, EduNews : l’actualité des Dossiers de veille de l’Ifé, visant à présenter dynamiquement nos publications par un entretien avec son auteur. C’est Catherine Reverdy qui s’est prêtée au jeu en premier pour vous donner envie de lire notre Dossier n°100 paru un peu plus tôt cette année sur le thème de l’interdisciplinarité.

Lire pour s’instruire et se faire plaisir

lecture experte

 « Lisez pour vivre. Faites à votre âme une atmosphère intellectuelle qui sera composée de l’émanation de tous les grands esprits » (Flaubert, 1857).

Une des grandes missions de l’École est d’apprendre à lire à tous les     élèves. Mais que signifie « savoir lire » aujourd’hui ? Ce n’est pas la simple maîtrise technique de compétences en lecture et écriture mais  le moyen d’accéder à une culture commune et de s’insérer dans la société que ce soit dans la sphère personnelle ou professionnelle. La lecture est le moyen privilégié d’accéder aux savoirs, de construire des connaissances et de comprendre le monde.

Que veut dire savoir lire à notre époque ? Une première définition caractérise l’acte de lire comme la capacité à établir des relations entre les séquences de signes graphiques d’un texte et les signes linguistiques propres à une langue naturelle (phonèmes, mots, marques grammaticales), mais c’est aussi la prise de connaissance du contenu d’un texte écrit. Prendre connaissance, c’est comprendre le sens du texte dans un contexte spécifique. Apprendre à lire revient donc à apprendre à comprendre.

C’est pourquoi le thème de la lecture experte ou lecture compétente est le thème de notre Dossier de veille n°101 du mois de mai 2015 qui aborde les questions des mécanismes cognitifs de la compréhension en lecture et de l’enseignement de la compréhension eu regard de l’engagement subjectif du lecteur.

Les neurosciences : un outil au service de la psychologie

fmriJeudi dernier, nous sommes allées, ma collègue Catherine Reverdy et moi, visiter le laboratoire « Langage, Cerveau et Cognition » (L2C2), en compagnie de Jérôme Prado, neuroscientifique à l’Institut des sciences cognitives de Bron (69). Depuis la publication en 2013 de notre Dossier de veille « Neurosciences et éducation : la bataille des cerveaux« , nous n’avons cessé de nous intéresser à ce sujet, d’autant plus que nous sommes sollicitées régulièrement par les professionnels de l’éducation qui veulent savoir si oui ou non les neurosciences sont utiles dans la classe ou aux enseignants.

Nous avions auparavant déjà échangé avec des neuroscientifiques pour comprendre pourquoi le cerveau fascine tant et pourquoi les neurosciences sont perçues par un large public comme les sciences qui vont révolutionner l’apprentissage. François Gonon et Thomas Boraud, tous deux neurobiologistes et directeurs de recherche au CNRS ont participé à l’ouvrage collectif « Neurosciences et société – Enjeux des savoirs et pratiques sur le cerveau » en rédigeant un chapitre sur la médiatisation des neurosciences ou comment les écarts entre les observations scientifiques, leur interprétation et leur présentation par les médias sont souvent considérables et participent à la distorsion des résultats de la recherche. La neurophilie ou la fascination du cerveau a pour origine l’attraction du public inexpérimenté pour toute information contenant des éléments neuroscientifiques légitimant à ses yeux les résultats de la recherche, d’autant plus s’ils sont accompagnés d’images du cerveau issues d’expérimentations par IRM fonctionnelle (lire sur ce blog « Les techniques d’imagerie cérébrale« ). Les chercheurs dénoncent aussi le comportement de certains scientifiques, qui n’hésitent pas à exagérer l’impact de leurs travaux, et de certains journalistes qui participent à la surmédiatisation de résultats de recherche non corroborés voire parfois réfutés par la suite.

Pour approfondir nos connaissances sur ces sujets, nous souhaitions donc voir « en direct » une session d’IRM fonctionnelle menée par  et son équipe dans leur laboratoire. Après avoir d’abord insisté sur la filiation des neurosciences à la psychologie cognitive, Jérôme Prado confirme que la neuro-imagerie est pour lui un outil utilisé pour mieux caractériser les mécanismes cérébraux qui sous-tendent le raisonnement humain et la cognition mathématique chez les adultes et les enfants, l’objectif final étant d’en apprendre un peu plus sur les comportements des enfants apprenants. Il travaille d’ailleurs avec Marie-Line Gardes, didacticienne des mathématiques, formatrice à l’ESPE de Lyon, dans le cadre d’une expérimentation portant sur les liens éventuels entre psychologie cognitive et formation des enseignants, à l’aide des outils de neuro-imagerie.

Nous sommes d’abord impressionnées par les machines elles-mêmes, le bruit, la zone magnétique à ne pas franchir, mais aussi par tout le travail nécessaire à la préparation des enfants qui participent à l’étude (initiation lors d’une « fausse » IRM fonctionnelle, séances d’entraînement pour que l’enfant apprenne à ne pas bouger). Enfin, l’expérience nécessite quatre personnes, deux pour gérer la machine, deux autres pour suivre les tests et parler à l’enfant. L’expérimentation porte sur une suite d’opérations simples, additions et multiplication de chiffres, précédées par le symbole de l’opération, +, – ou x, montrées à l’enfant par l’intermédiaire d’un moniteur à l’intérieur de la machine. Après découpage du cerveau en tout petites zones 3D, l’IRM fonctionnelle mesure un signal pour chaque petite zone, et la répétition de l’expérience auprès d’une vingtaine d’enfants fournit une analyse statistique de ce signal. L’idée est de définir si le résultat du calcul auquel parvient l’enfant provient d’un rappel de la mémoire (ce qui semble le cas pour la multiplication) ou bien d’un calcul ultrarapide à partir d’une ligne mentale sur laquelle un « curseur » se déplace (pour les additions et les soustractions), activant ainsi des réseaux neuronaux (la vision du signe + déclenchant l’utilisation de la ligne avant même que les chiffres n’apparaissent). Cette hypothèse est issue de la psychologie cognitive et l’apport de l’IRM fonctionnelle est de fournir une plus grande précision dans les expériences.

Pour l’instant, ni Jérôme Prado ni Marie-Line Gardes ne savent comment ils vont pouvoir vérifier cette théorie en classe sauf de faire une étude de psychologie cognitive qui pourrait confirmer ou infirmer les résultats obtenus par neuro-imagerie.

Nous en avons aussi profité pour recueillir l’avis du chercheur à propos des nombreuses dérives (comme par exemple les styles d’apprentissage et les intelligences multiples), liées à la mauvaise interprétation des résultats neuroscientifiques, les « neuromythes »  et à leur surmédiatisation, ce que Gonon & Boraud nomment « distorsion du discours ». Il confirme que ces pratiques ne peuvent que nuire à la crédibilité d’une science en devenir et ajoute que l’actuelle course aux résultats et à la publication pour les chercheurs les empêchent de partager sereinement leurs résultats, positifs ou négatifs.

Un grand merci à Jérôme Prado qui, avec patience et gentillesse, nous a expliqué son travail et a répondu à nos nombreuses questions et à Nicole Bouin pour nous avoir invitées à cette séance privilégiée.

Europe 2020 : où en sont les objectifs éducation à mi-parcours ?

statEurostat vient de publier les indicateurs à mi-parcours du projet Europe 2020 lancé en 2010 par l’Union européenne pour l’emploi et la croissance. Deux des objectifs principaux de ce projet sont consacrés à l’éducation :

  • Abaisser le taux de sortie précoce du système scolaire à moins de 10 % en moyenne sur l’ensemble des pays ;
  • Augmenter le nombre de diplômés de l’enseignement supérieur pour au moins 40 % de la population âgée de 30 à 34 ans (les taux fixés étant différents selon la situation de départ de chaque pays, 66% pour le Luxembourg par exemple ou encore 27% pour l’Italie)

L’analyse des résultats montre que la part des jeunes quittant prématurément l’école a diminué progressivement dans l’Union européenne, en passant de 17,0% en 2002 à 11,1% en 2014. Les femmes sont le plus souvent moins affectées que les hommes par le phénomène de la sortie prématurée du système éducatif. La Croatie, la Slovénie et la Pologne se retrouvent en tête des pays ayant réussi à faire baisser la proportion de décrocheurs. La France n’a pas encore atteint son objectif fixé à 9,5%.

En ce qui concerne le taux de diplômés de l’enseignement supérieur, on constate que là aussi les chiffres sont encourageants avec un passage de 23,6% en 2002 à 37,9% en 2014. Le nombre de femmes diplômées a progressé plus fortement, de 24,5% à 42,3% en moyenne dans l’ensemble des pays membres de l’Union. Le pourcentage pour la France se situe juste après celui des pays scandinaves avec un taux à 44% de diplômés alors que son objectif 2020 personnel a été fixé à 50%.

Une synthèse pour la France est disponible là : http://ec.europa.eu/europe2020/europe-2020-in-your-country/france/country-specific-recommendations/index_en.htm

Source : Indicateurs Europe 2020 sur l’éducation en 2014

Les objectifs par pays : http://ec.europa.eu/europe2020/pdf/targets_en.pdf

 

La lecture en famille : un élément clé pour le bien-être et la santé des enfants

Le programme américain « Reach Out and Read » encourage les pédiatres à promouvoir la pratique de lecture en famille en prescrivant à leurs jeunes patients « une bonne dose de lecture » comme stimulateur du développement cognitif. C’est lors des bilans de santé annuel, entre six mois et cinq ans, les parents se voient remettre un livre et une ordonnance les incitant à lire des histoires à leurs enfants.

Favoriser le développement du langage et de la littératie, c’est l’objectif premier de ROAR depuis sa mise en place dans les années 1990 dans un hôpital de Boston par un comité composé de médecins, d’éducateurs et de bibliothécaires. Ces spécialistes ont suivi les recommandations de la recherche qui indiquent une forte corrélation entre les pratiques de lecture pendant les années de maternelle et son apprentissage à l’entrée au primaire (lire à ce propos notre dossier de veille n° 92 sur la petite enfance). Après un début mitigé, c’est à partir de 2001 que le programme a pris de l’ampleur en se généralisant à l’ensemble de états américains avec 5000 sites participants.

D’une pile de livres déposés dans une salle d’attente aux 6,5 million distribués à 4 million d’enfants pour l’année 2014, ROAR est devenu aujourd’hui un des programmes les plus populaires pour la littératie, soutenu par la  ministre H. Clinton.

Source : Philip Bock (2015). Doctors prescribe reading as part of well-child visits. HTRnews.com

Les recherches sur l’éducation sont-elles des sciences comme les autres ?

Capture d’écran 2014-12-16 à 08.05.33Définir une recherche scientifique de qualité en éducation, soulève de nombreux débats un peu partout dans le monde occidental. Las du manque de crédibilité d’une science trop confuse, les décideurs souhaitent pouvoir s’appuyer sur des réponses fiables issues de la recherche en éducation. Pour cela, deux questions fondamentales sont soulevées : quels sont les principes d’une recherche en éducation de qualité ? Comment le savoir et les connaissances issus de ces recherches se thésaurisent-ils ? C’est sur cette question de cumulativité des résultats que les recherches en éducation peuvent paraitre faibles. Il semblerait que des efforts de mobilisation et d’articulation des démarches scientifiques issus des différents champs disciplines constitutifs ne soient pas toujours satisfaisants, en France comme ailleurs. Les comités d’évaluation de la recherche dans de nombreux pays (comme le REF au Royaume-Uni, le HCERES en France, l’ERA en Australie ou le KNAW aux Pays-Bas) ont pour objectif d’examiner et de juger les résultats de la recherche, de les rendre plus visibles aux yeux au grand public et de justifier ainsi les dépenses des fonds publics utilisés pour financer les programmes de recherche.

Les chercheurs doivent donc publier leurs résultats mais pas n’importe où ni n’importe comment. Si l’on s’en réfère au billet de blog « Qu’est-ce qu’un bon chercheur ?« , « le bon chercheur c’est celui dont les pairs disent qu’il est un bon chercheur » mais aussi « le bon chercheur c’est celui qui publie beaucoup » ou encore « le bon chercheur c’est celui qui est cité », également « le bon chercheur c’est celui qui publie beaucoup et qui est cité  » et enfin « le bon chercheur c’est celui qui ne fait pas comme les autres »…Toutes ces suggestions sont le reflet d’analyses bibliométriques (destinées à évaluer les qualités scientifiques d’un chercheur, quel que soit son domaine) et déclenchent de nombreuses querelles au sein des communautés scientifiques.

Mais comment les productions scientifiques peuvent-elles utilisées dans le domaine de l’éducation ? Comment valoriser ces résultats ?  Ces questions sont liées à la dissémination des résultats des recherches et leur accessibilité sociale.

Avec ces discussions en toile de fond, nous présentons dans le Dossier de veille de l’IFÉ n°97 décembre 2014, «Production et valorisation des savoirs scientifiques sur l’éducation», une revue de littérature de textes récents sur la question de scientificité des recherches en éducation, sur les dispositifs de publication et de valorisation des productions scientifiques.

L’ascension des chercheurs « fractionnaires »

La maxime « publish or perish » a t-elle poussé les scientifiques à publier de plus en plus ? C’est la question que pose Plume et van Weijen dans un récent article sur les pratiques de publication des chercheurs. Cette incitation à la publication contenu dans cette phrase bien célèbre qui daterait des années 1950, voire de 1942 selon E. Garfield, semble responsable de l’énorme pression que subissent les chercheurs. Afin de rester pertinent et prospère dans son domaine de recherche, le scientifique est obligé de publier sous peine d’être jeté aux oubliettes. Ce phénomène n’est donc pas nouveau mais il semble être aujourd’hui un point de mire de la recherche académique en devenant lui-même un objet d’étude florissant. On compterait aujourd’hui une moyenne de 20 articles par an sur le sujet depuis 2009 avec un pic de 37 articles parus en 2013.

Il n’est pas étonnant que le sujet passionne, et inquiète lorsque l ‘on découvre les critères d’identification des « chercheurs produisant en recherche et valorisation »  établis par l’AERES : est considéré comme publiant un chercheur dont la production scientifique de rang A1 est au moins égale en 4 ans à 2, 3 ou 4 selon la discipline (4 pour les sciences de l’homme  et de la société mais 2 pour les Mathématiques).

Comment font donc les chercheurs aujourd’hui pour faire face à ces pressions de plus en plus vives ? Doit-on conclure qu’ils écrivent plus d’articles chaque année ou bien sont-ils plus nombreux à travailler en collaboration et co-signer les fruits de leurs recherches ? A partir d’une enquête menée sur les publications publiées dans la base Scopus entre 2003 et 2013, Plume et van Weijen font plusieurs constats :

  • le nombre d’articles publiés a augmenté de 1,3 million en 2003 à 2,4 millions en 2013 ;
  • le nombre de chercheurs « publiants » est passé de de 4,6 millions en 2003 à 10 millions en 2013  mais le pourcentage d’auteurs signant seul un article a baissé de 20% en 2003 à 13% en 2013
  • en 2003 on comptait une moyenne de 3,5 auteurs par article, en 2013 ils sont 4,15.

Ces chiffres indiquent que les chercheurs signent des articles à plusieurs de plus en plus fréquemment révélant ainsi  une plus grande collaboration dans leurs pratiques de recherche mais également une stratégie efficace visant à augmenter leurs productions à partir d’une même recherche.  Ces contributions « fractionnaires » à la rédaction d’articles montrent que les habitudes changent. Un chercheur peut produire un article  qu’il signe seul  tous les deux ans ou co-signer un article avec un ou plusieurs collègues tous les ans.

Pourquoi alors la production d’articles a t-elle quasiment doublé en 10 ans ? C’est le nombre grandissant de nouveaux chercheurs entrant dans la compétition du « publish or perish » qui agit en trompe l’œil !


 

1 : Est considéré comme une production scientifique de rang A :

  • une publication dans une revue internationale ou nationale avec comité de lecture, reconnue par la communauté scientifique ;
  • un chapitre d’ouvrage ou un ouvrage de recherche (y compris les éditions critiques) reconnu par la communauté scientifique ;
  • pour le secteur STIC ou SHS, un article long dans un congrès international à comité de sélection ;
  • la constitution et la mise à disposition de bases de données, de logiciels, de corpus ou d’outils de
  • recherche ;
  • un brevet déposé à l’international.