Tous les articles par Marie Gaussel

Participez à une enquête de recherche sur les réseaux d’apprentissages professionnels

L’Institut français de l’éducation (Ifé – École normale supérieure de Lyon) lance une enquête exploratoire auprès d’établissements d’enseignement, du primaire et du secondaire intitulée Réseaux et Communautés d’Apprentissage Professionnels (RÉCAP).

Cette enquête a pour objectif :

• de mieux connaître les habitudes de travail collaboratives des équipes éducatives (enseignant.e.s, personnels d’encadrement et d’accompagnement) ;

• de mieux comprendre la constitution de réseaux sociaux professionnels ou « communauté d’apprentissage professionnelles » (CAP) ;

• de mieux cerner les attentes des personnels éducatifs vis-à-vis des résultats issus de la recherche et d’interroger la possibilité des les intégrer dans leurs pratiques éducatives.

Deux supports de communication sont téléchargeables en bas de cet article.

Participez à une enquête sur les habitudes de travail collaboratif entre enseignant.e.s

L’équipe de veille de l‘Institut français de l’éducation (École normale supérieure de Lyon) lance une enquête baptisée Récap (RÉseaux et Communautés et d’Apprentissage Professionnels en établissements scolaires), auprès d’établissements d’enseignement, du primaire ou du secondaire, ayant pour objectif de mieux connaître les habitudes de travail collaboratif des équipes éducatives (enseignantes et enseignants ainsi que personnels d’encadrement et d’accompagnement) et de mieux comprendre la constitution de réseaux sociaux professionnels ou  « communauté d’apprentissage professionnelles » (CAP).
Cette enquête s’intéressera également aux attentes des personnels éducatifs vis à vis des résultats issus de la recherche et à la possibilité des les intégrer dans leurs pratiques éducatives.
En effet, ce que la recherche nomme CAP semble correspondre à un processus d’apprentissage social permettant d’améliorer les pratiques ou du moins favoriser le travail collaboratif tout en profitant à la mise en place d’apports de la recherche. La même enquête a été menée en Angleterre par des chercheurs britanniques et la partie française est conçue dans des termes équivalents pour permettre une perspective comparative internationale.
 
Le déroulement de l’enquête implique une participation de l’ensemble d’un établissement ou d’une école, avec l’accord et l’implication de la direction pour la mettre en place.  En effet, pour contribuer à cette étude, nous demandons dans un premier temps de participer à une enquête en ligne, d’une durée d’environ 20 mn, nécessitant la collaboration de l’ensemble des enseignant.e.s et personnels éducatifs de l’établissement (dans la mesure du possible) afin de dessiner une véritable cartographie de leurs interactions professionnelles. 
Une fois l’analyse quantitative achevée, nous sélectionnerons quelques établissements afin de mener des entretiens sous forme de focus groups permettant des échanges libres sur les sujets abordés. Les séances seront filmées afin de permettre un travail ultérieur à partir de la transcription.
Vous pouvez décider de ne participer dans un premier temps qu’à la première phase, sans vous engager dans la seconde, qui demande un peu plus de disponibilité.
Marie Gaussel est à votre disposition pour répondre à toutes les questions que peut susciter cette demande et vous pouvez la joindre par mail (marie.gaussel@ens-lyon.fr).
 

 

Compétences sociales à l’école : apprendre à vivre ensemble ?

Apprendre à vivre ensemble est considéré comme l’un des apprentissages prioritaires de l’école élémentaire. Cet objectif se poursuit dans le secondaire si l’on se réfère aux textes officiels, en particulier au socle commun de connaissances, de compétences et de culture [1] élaboré en 2015. Aujourd’hui, en France, le Diplôme National du Brevet vient sanctionner l’acquisition des compétences décrites dans le socle dont notamment les compétences sociales citées dans le domaine 3 qui visent la formation de la personne et du citoyen : « l’élève exprime ses sentiments et ses émotions en utilisant un vocabulaire précis. Il exploite ses facultés intellectuelles et physiques en ayant confiance en sa capacité à réussir et à progresser. L’élève apprend à résoudre les conflits sans agressivité, à éviter le recours à la violence grâce à sa maitrise de moyens d’expression, de communication et d’argumentation. Il respecte les opinions et la liberté d’autrui, identifie et rejette toute forme d’intimidation ou d’emprise. Apprenant à mettre à distance préjugés et stéréotypes, il est capable d’apprécier les personnes qui sont différentes de lui et de vivre avec elles. Il est capable aussi de faire preuve d’empathie et de bienveillance ».

Les élèves doivent donc valider deux types de compétences, au-delà des compétences disciplinaire classiques : des compétences sociales et civiques d’une part, d’autonomie et d’initiative d’autre part. Généralement considérées comme des compétences sociales, non académiques ou encore non cognitives, ces compétences s’expriment pourtant suivant le même processus : les compétences font parfois référence à des attitudes (performances mesurables dans des actes) ou à des comportements (savoir-faire, être capable de), ou encore à des fonctions (actes ordonnés par une finalité), mais aussi à des potentialités (disposition interne au sujet), qui s’actualisent sous forme de réponses nouvelles à des situations nouvelles.Cette définition fait référence au compétences en générale mais aussi à leur déclinaison en compétences de base, compétence cognitive, compétence transversale, compétence émotionnelle, compétence socio-affective, compétence académique, compétence collective. Les compétences sociales correspondant donc à un ensemble de comportements adaptatifs appris, se modifiant avec l’âge, au cours des expériences vécues. Ne serait-il pas plus pertinent de leur conférer un aspect dual plutôt que de vouloir séparer la dimension cognitive de la dimension comportementale.

Est-ce la mission de l’école que de mieux préparer les élèves à la vie qui les attend, de leur apprendre à gérer leurs émotions, d’éveiller leur sentiment d’empathie ? Dans quelle mesure le système éducatif contribue t-il au développement de ces compétences et le fait-il de manière consciente ? Ces questions sont débattues dans notre Dossier de veille 121 du mois de janvier : À l’école des compétences sociales.

[1] Lire ici les objectifs du Socle commun de compétences, de connaissances et de culture dans les cinq grands domaines.

Gaussel Marie (2018). À l’école des compétences sociales. Dossier de veille de l’Ifé, n°121, janvier. Lyon : ENS de Lyon.

 

Teachers, Teaching, and the Relevance of Educational Research: Reflections from the Front Line

Le 31 mars dernier s’est tenu à l’IFÉ la 13ème session de son séminaire international qui portait sur la question des liens pertinents entre la recherche et les pratiques. Une des participant.e.s, Roseline Sultana Arnéodo du Junior College de Malte, a rédigé une analyse fine du séminaire que nous proposons ici à nos lecteurs et lectrices.

Introducing context, theme, and protagonists

The Institut Français de l’Éducation (IFÉ) organised a one-day seminar on “Research and Practice: Towards what Kind of Relevant Research for Teachers?” with the key issue being the extent to which educational research impacts on classroom practice, if at all. The seminar took place in Lyon, France, on the 31st March 2017, and was attended by several teachers from a number of European countries. Continuer la lecture de Teachers, Teaching, and the Relevance of Educational Research: Reflections from the Front Line 

La parole à l’école

Dans un monde où l’écrit est roi, la parole semble délaissée. Et pourtant, on sent à la lecture des programmes scolaires une prise de conscience de plus en plus importante de la place de l’apprentissage de l’oral à l’école. L’écrit ne peut être le seul axe central face aux nombreuses évolutions communicationnelles d’une société moderne. La construction du langage en tant que savoir disciplinaire devient un enjeu scolaire placé au cœur des apprentissages. L’oral doit être enseigné parce qu’il relève de compétences spécifiques qui ne s’acquièrent pas spontanément lors du développement du langage de l’enfant. Mais les questions à propos de son enseignement et de son évaluation sont vastes et ne trouvent pas toujours écho dans les recherches et dans les instructions officielles.  Pourtant, les situations d’utilisation du langage à l’école nous amènent à aborder l’oral sous de nombreux angles : l’oral comme moyen d’expression (développement personnel, construction de soi),  d’apprentissage ( structurer les champs conceptuels ) et  d’enseignement (transmettre les informations, gérer la classe), mais aussi l’oral comme objet d’apprentissage (maitriser les genres oraux, apprendre à communiquer) et d’enseignement (travailler la verbalisation, l’interaction). Toutes ces dimensions du langage parlé à l’école ont amorcé dans les années 1990 une réflexion scientifique et didactique sur la façon dont pouvait être enseigné l’oral et comment il pouvait trouver sa place dans les apprentissages. C’est face à ces interrogations, et parce que les enjeux liés à la maitrise du langage nous semblent primordiales, que nous avons souhaité aborder ce sujet dans notre Dossier de veille n°117.

Gaussel Marie (2027). Je parle, tu dis, nous écoutons : apprendre avec l’oral. Dossier de veille de l’IFÉ, n°117, avril. Lyon : ENS de Lyon.

 

Quelles sont les recherches pertinentes pour les enseignant.e.s ?

L’Institut français de l’Éducation (IFÉ) organise une série de séminaires internationaux sur le thème général : Approches internationales et pluridisciplinaires des enjeux de la recherche collaborative en éducation. Dans le cadre de ce thème, il y aura un séminaire d’une journée sur le thème plus spécifique de la mobilisation et de l’utilisation de la recherche (comment la recherche se déplace dans la pratique éducative et comment elle est utilisée).

L’un des points forts de la plupart des débats internationaux sur la formation des enseignant.e.s est la nécessité de les sensibiliser aux contributions de la recherche sur les questions d’éducation. Il est donc stratégique d’avoir une recherche solide et bien structurée sur l’éducation qui soit en mesure de fournir aux praticiens et aux décideurs politiques des informations sur les questions d’éducation essentielles. Il est tout autant nécessaire de réfléchir à l’articulation entre la recherche, les points de vue des praticien.ne.s et les conditions d’une appropriation réelle des résultats de la recherche. Il s’agit non seulement d’une information ou d’une formation, mais aussi du développement de modalités de recherche spécifiques, faisant passer les praticien.ne.s de la seule position d’interprète à celle de co-concepteurs, dans l’esprit d’une véritable recherche collaborative. Malgré les nombreuses incitations institutionnelles et l’intérêt grandissant des politiques pour les résultats probants et les bonne pratiques en éducation, les processus d’application et les  facteurs qui influent sur l’utilisation concrète de la recherche par les enseignant.e.s  pour leur pratique  ne sont pas toujours expliqués. Continuer la lecture de Quelles sont les recherches pertinentes pour les enseignant.e.s ? 

Inné, non ! Acquis, oui !

vidal-geneve-2016

La deuxième journée ( cf. article 1 et article 2 sur la première journée) débute avec la conférence de Catherine Vidal, neurobiologiste et auteure de nombreux ouvrages sur les relations entre neurosciences et genre. Elle dirige une collection, Égale à Égal publiée chez Belin, qui s’intéresse aux questions d’égalité entre les femmes et les hommes  « pour faire le ménage des idées reçues« .

Catherine Reverdy et moi prenons d’abord le temps de discuter avec elle avant la présentation sur les moyens à mettre en œuvre pour démonter un à un les clichés portant sur les (soi-disant) différences entre le cerveau des femmes et celui des hommes. « Expliquer les démarches scientifiques avec humour, combattre les mauvaises images avec de bonnes, ne pas jargonner, voilà ce qui peut permettre au public de mieux comprendre les messages et de réfuter les préjugés » selon la scientifique.

Ce sont ces préjugés naturalistes qu’elle combat lors de cette conférence en démontant des théories innéistes sur les capacités des femmes et des hommes débouchant le plus souvent sur des neuromythes sexistes (comme les rôles sociaux ou professionnels attribués aux individus selon leur sexe, à ce propos lire notre Dossier de veille n°112).

Continuer la lecture de Inné, non ! Acquis, oui ! 

Neuroplasticité : de l’importance du plaisir

geneve-ansermet

Après la conférence d’ouverture d’Olivier Houdé, celle de François Ansermet, psychiatre pour enfants et adolescents, clôt cette première journée. Avant lui sont intervenus Stéphane Pagès sur les bases physiologiques de la mémoire ( il a d’ailleurs provoqué une vague d’émotion dans l’assemblée, à peu près 500 personnes du milieu de la petite enfance genevoise, en expliquant comment son équipe avait coupé les moustaches d’une souris pour mieux apprécier sa capacité à apprendre de nouveau signaux), Josette Serres et Laurence Rameau sur les pratiques pédagogiques des crèches à l’appui de la recherche (retour sur la théorie de l’inhibition avec le test du chamallow comme prédicteur de réussite ultérieure: est-on capable à 4-5 ans de résister 10mn  à l’envie de manger un chamallow ?) et Sharon Peperkamp sur l’acquisition du langage chez le bébé. Continuer la lecture de Neuroplasticité : de l’importance du plaisir 

Neurosciences et petite enfance : un peu, à la folie… pas du tout !

geneve-houdeLa semaine dernière (1er et 2 décembre 2016) se déroulait à Genève le 12e colloque organisé par  le service petite enfance de la ville intitulé « L’éducation à la lumière des neurosciences ». Catherine Reverdy et moi-même y étions conviées suite à notre Dossier de veille sur les difficiles relations entre neurosciences et éducation. Des invités prestigieux,  comme Catherine Vidal ou Olivier Houdé, occupaient la tête d’affiche et nous fûmes flattées de leur être associées (après avoir averti l’organisatrice de nos réserves sur le concept de « neuro-pédagogie »).

Nous allons rendre compte de certaines des conférences  auxquelles nous avons assisté à travers plusieurs articles, dont le présent inaugure la série. Continuer la lecture de Neurosciences et petite enfance : un peu, à la folie… pas du tout ! 

Le « culte du tablier » ou comment les femmes sont représentées dans les manuels scolaires

femme-invisibleNous avons vu dans notre dernier Dossier de veille (n°112, octobre 2016) comment les stéréotypes de genre étaient largement reproduits dans les manuels scolaires et les livres pour enfants. Un récent rapport d’Eurydice, en comparant deux études espagnole et polonaise, montre comment la femme, dans le peu d’illustrations les représentant, est toujours dépeinte portant un tablier, dans une cuisine, occupée aux tâches ménagères : les manuels polonais reproduisent les convictions traditionalistes de la place de la femme dans la société tout en ignorant les personnalités féminines importantes ou encore les combats récurrents des mouvements féministes dans la lutte contre le sexisme et pour l’accès aux droits fondamentaux ; dans l’étude espagnole, les auteurs observent les mêmes biais quantitatifs et qualitatifs privilégiant les stéréotypes sexistes dans les images : il y aurait deux fois moins de représentations graphiques de femmes par rapport à celles montrant des hommes. Des couleurs pâles ou rose sont les plus souvent utilisées pour décrire des femmes majoritairement situées au sein de l’espace privé en train d’accomplir des tâches liées à la sphère familiale alors que les hommes occupent les espaces publics et sont caractérisés par des postures d’action.

Continuer la lecture de Le « culte du tablier » ou comment les femmes sont représentées dans les manuels scolaires