Tous les articles par Prisca Fenoglio

De l’inclusion à la citoyenneté numérique en éducation

L’Edubref n° 17, intitulé L’inclusion numérique en éducation : un enjeu de démocratie, examine, dans la lignée du Dossier de veille de l’IFÉ n° 139 sur les inégalités numériques en éducation (Fenoglio, 2021), ce qu’est l’inclusion numérique en éducation, et comment la mettre en œuvre pour l’enseignement et la formation.

La volonté d’inclusion numérique en éducation n’est pas nouvelle dans les discours politiques et institutionnels. En effet, l’inclusion numérique est tout d’abord une notion politique référant aux actions des pouvoirs publics pour remédier aux inégalités numériques. Adossée à un idéal égalitaire, la promotion de cette inclusion numérique véhicule une idéologie technocentrée de participation massive à la société de l’information et des technologies. Du côté des travaux de recherche, cette notion parait peu stabilisée : des études interrogent des notions connexes, telles que l’exclusion ou la solidarité numérique, tandis que d’autres font de l’inclusion numérique un enjeu au sein de notions plus larges, telles que la citoyenneté et la littéracie numériques.

Alors, quels sont, au sein de cette imbrication de notions, les enjeux de l’inclusion numérique pour l’éducation ? Tout d’abord, l’inclusion numérique pose des enjeux de formation, cette dernière devant permettre d’appréhender de manière citoyenne les conditions de participation, ou non, à la société des technologies de l’information. Ensuite, l’inclusion numérique comporte des enjeux de conception, les dispositifs technologiques étant les résultats de choix effectués par des concepteurs et conceptrices, liés à leurs valeurs. Or, les fonctionnalités, reflets de ces choix, sont susceptibles d’une appropriation inégale par les apprenant·es, notamment du fait de leur niveau de connaissance et de compréhension des interfaces technologiques. Les systèmes technologiques doivent donc être expliqués et adaptés afin d’inclure, de manière démocratique, tous·tes les apprenant·es. Par conséquent, la participation aux – ou l’exclusion des – environnements numériques comporte de forts enjeux démocratiques et citoyens.

La notion de citoyenneté numérique permet de mettre en avant les possibilités d’agentivité du sujet – au sens de sa capacité à avoir le contrôle de ses actes et de leurs effets – dans sa participation ou non aux environnements numériques. Elle offre un regard plus large sur l’inclusion numérique, et pose la question de l’éducation à la citoyenneté numérique (ECN). Cette dernière vise à sensibiliser aux ramifications sociétales de l’usage des technologies. Elle est mise au travail depuis quelques années, par exemple par le Conseil de l’Europe, dans le but de dégager des pistes d’action pour les politiques et les pratiques. Des pistes pédagogiques sont dégagées par les travaux de recherche afin de développer les compétences constitutives de l’ECN, dont peuvent s’emparer toutes les disciplines – et pas seulement l’éducation aux médias et à l’information (EMI).

Pour retrouver l’ensemble des Edubref déjà parus, cliquer ici.

Pour vous abonner à notre lettre d’information et recevoir nos Dossier de veille et nos Edubref dès leur parution, cliquez ici.

Une enquête pour nos 20 ans !

L’équipe Veille et Analyses a 20 ans !

Nous souhaitons à l’occasion de cet anniversaire connaitre la façon dont vous utilisez nos différentes productions et vous inviter à participer à notre livre d’or.

L’enquête prend environ 10 mn. Cliquez ici pour accéder au lien.

Les résultats de cette enquête ainsi que le livre d’or seront publiés ultérieurement sur notre blog Eduveille.

Merci de votre participation !

Apprendre à distance : une question de présence ?

Dans le cadre de la formation à distance, de nombreux facteurs entrent en jeu dans les apprentissages, tels que, par exemple, l’autonomie ou l’autorégulation des apprenant·es. La présence à distance fait également partie de compétences clés à développer pour enseigner et apprendre à distance. C’est une manière d’être avec, ou entre, les apprenant·es qui se réalise à travers la maitrise des médias utilisés pour interagir.

La présence à distance relève à la fois de la richesse des propriétés et de l’utilité perçue des outils (ou leurs affordances), et de la richesse de la relation (facteurs psychologiques et pédagogiques). Jézégou (2010) identifie trois dimensions imbriquées de la présence à distance : la présence socio-cognitive, résultant du travail collaboratif entre apprenant·es pour résoudre une situation problème ; la présence socio-affective, provenant d’interactions sociales qui visent la symétrie de la relation, l’aménité entre apprenant·es pour établir un climat socio-affectif favorable ; la présence pédagogique, assurée par le·la formateur·rice dans les interactions avec les apprenant·es, venant en soutien aux deux autres types de présences. Mais que cette présence soit pédagogique, socio-cognitive ou socio-affective se pose la question de sa saillance : comment véhiculer un sentiment de coprésence ? Les recherches des dernières décennies permettent d’expliciter, d’opérationnaliser, et de donner des pistes d’action variées pour rendre sa présence en ligne saillante dans le cadre d’une formation à distance.

À la suite du Dossier de veille 141 sur la classe à distance (Fenoglio, 2022), ce 14e EduBref approfondit ce qu’est la présence à distance : comment cette dernière recompose-t-elle la sociabilité dans la formation à distance à la fois par la présence cognitive, socio-affective et pédagogique et par les outils mobilisés ? Comment « faire acte de présence » ? Quels sont les perspectives et les défis auxquels la présence à distance fait face, à l’heure ou l’hybridité des formations se généralise ?

Jézégou, A. (2010). Créer de la présence à distance en e-learning. Cadre théorique, définition, et dimensions clés. Distances et savoirs, 8(2), 257-274. https://www.cairn.info/revue-distances-et-savoirs-2010-2-page-257.htm

Pour retrouver l’ensemble des EduBref déjà parus, cliquer ici.

Pour vous abonner à notre lettre d’information et recevoir nos Dossiers de veille et nos EduBref dès leur parution, cliquez ici.

La classe virtuelle : entre continuités et ruptures

La « classe virtuelle » – c’est-à-dire l’enseignement synchrone par le moyen d’un système de visioconférence – ne reproduit pas les conditions de l’enseignement-apprentissage en présentiel ; elle comporte son lot de contraintes, crument mises en lumière par le passage imposé à la « continuité pédagogique » lors de la crise sanitaire du printemps 2020. Celles et ceux qui étaient peu préparé·es ont dû, dans l’urgence et à tous les niveaux de scolarité, développer de nouvelles compétences et pratiques au sein de possibilités institutionnelles réinterrogées.

L’enseignement-apprentissage à distance est devenu un enjeu d’intérêt public, fortement médiatisé et occupant une place importante dans l’actualité institutionnelle et universitaire : de nombreuses publications, formations et évènements tâchent de « faire le point » sur ce que l’on peut retenir, ou non, des expériences d’enseignement-apprentissage à distance vécues lors des confinements aux niveaux primaire, secondaire ou universitaire. Dans le même temps, la « soutenabilité » (pédagogique et didactique, mais aussi économique, juridique, éthique et environnementale) des dispositifs de formation à distance est désormais interrogée. Au sein de ces dispositifs, la classe virtuelle suscite un intérêt grandissant, afin de conjuguer des bénéfices de l’enseignement à distance et en présence.

Ce contexte nous conduit, dans le Dossier de veille no 141 intitulé La classe à distance : quelles reconfigurations des pratiques ?, à examiner l’enseignement-apprentissage à distance en ligne[1], et en son sein un dispositif particulièrement d’actualité, la classe virtuelle. Comment cette dernière réinterroge-t-elle l’enseignement et l’apprentissage ? Ce Dossier a pour visée de dépasser certaines représentations floues, voire contradictoires, sur la formation à distance et en ligne – son (in)efficacité, sa logique de marché, les difficultés techniques, motivationnelles, pédagogiques ou cognitives qu’elle engendre, ou, au contraire, son accessibilité pour tous·tes, la démocratisation du savoir qu’elle permettrait. Tout au long du Dossier, le focus sur la « classe virtuelle » explicite en quoi celle-ci se situe au sein de et en continuité avec les évolutions politiques, stratégiques et technologiques de la formation à distance et en ligne, mais aussi comment, par le biais de ses médiatisations et médiations nécessitant des compétences spécifiques (d’ordre relationnel, technologique, interactionnel, pédagogique, didactique, ou encore en ingénierie pédagogique), elle réinterroge profondément l’agir enseignant. En effet, la classe virtuelle entraine une modification de la conception de l’enseignement et du rapport au savoir, de la relation entre l’enseignant·e et l’apprenant·e, et enfin du rapport de l’enseignant·e à sa propre pratique.

Alors, continuités ou ruptures avec la classe en présence ? La classe virtuelle bouscule les repères pour en construire de nouveaux, ce qui, en retour, pourrait modifier les pratiques… du présentiel.

Pour aller plus loin :

Fenoglio, P. (2022). La classe à distance : quelles reconfigurations des pratiques ? Dossier de veille de l’IFÉ 141, décembre. ENS de Lyon. En ligne : http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/DA-Veille/141-decembre-2022.pdf


[1] La formation à distance est abordée au sein de questionnements plus larges sur les apports et limites des technologies pour enseigner et apprendre dans les Dossiers 41 (Poyet, 2009), 79 (Thibert, 2012) et 78 (Endrizzi, 2012).

Construire une recherche ensemble : comment et jusqu’à quel point ?

Quelles sont les logiques et tensions à l’œuvre dans les recherches collaboratives, présentes en éducation (ex. Desgagné et al., 2001 ; Vinatier et Morissette, 2015 ; Aldon et al., 2020), et plus généralement dans les sciences sociales ? Continuer la lecture de Construire une recherche ensemble : comment et jusqu’à quel point ?

Numérique en éducation : comment chasser les mythes ?

Certaines croyances sur le numérique en éducation, parce qu’elles sont largement véhiculées par les médias et par divers acteurs et actrices de l’éducation et ne sont pas fondées sur des résultats de recherche robustes, sont des « mythes » (Amadieu et Tricot, 2020). Ainsi en est-il du lien supposé entre numérique et motivation/apprentissages, de la difficulté, voire de la résistance, à tenir compte, en contexte scolaire, des pratiques numériques extrascolaires des jeunes, et du mythe, nuisible, des natif·ves du numérique.

Or ces mythes, difficiles à contrecarrer, ne sont pas sans effets sur les apprentissages des élèves. En effet, ils comportent le risque de favoriser des inégalités scolaires, car ils donnent lieu à des pratiques peu explicites et/ou peu axées sur des fonctions pédagogiques pour lesquelles le numérique apporte une réelle plus-value pour les apprentissages, ou à une non-reconnaissance, peu émancipatrice, de pratiques numériques extrascolaires paraissant en porte-à-faux avec les attendus scolaires, ou encore à un retrait des adultes face à de soi-disant « natifs du numérique » qui ont pourtant besoin d’être accompagnés dans leurs usages éducatifs du numérique.

Comment aller au-delà de ces mythes à la fois tenaces et nuisibles ? Quelles pistes de remédiation envisager ? Dans le prolongement du Dossier de veille sur les inégalités numériques paru en octobre 2021, l’Edubref du mois de janvier 2022 intitulé Numérique en éducation : aller au-delà des mythes se penche sur ces mythes pour en dégager les contours et les pistes d’action possibles.

Pour retrouver l’ensemble des Edubref déjà parus, cliquer ici.

Pour vous abonner à notre lettre d’information et recevoir nos Dossiers de veille et nos Edubref dès leur parution, cliquez ici.

Comment remédier aux inégalités numériques en éducation ?

Le dossier de veille nº 139 « Au cœur des inégalités numériques en éducation, les inégalités sociales » voit le jour à l’heure où la crise sanitaire a eu un effet de loupe sur un phénomène qui lui préexistait, comme l’illustre le grand nombre de rapports les évoquant depuis le printemps 2020. Voici quelques exemples : 40 propositions issues des États généraux du numérique en novembre 2020 ; le livre blanc Éducation et numérique : défis et enjeux de l’Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique [INRIA] en 2020 ; le rapport de l’Inspection générale Recensement et analyse des actions numériques pendant la période Covid 19 en 2020 ; Les usages pédagogiques du numérique au service de la réussite des élèves de l’Inspection générale sur la crise du printemps 2020, à l’automne 2020 ; L’école à l’ère du numérique du Conseil économique et social et environnemental en mars 2021.

Alors que le Dossier de veille de C. Joubaire sur l’éducation aux médias et à l’information (2017) avait abordé certains aspects de la question, ce nouveau Dossier de veille est entièrement consacré à cette thématique. En effet, ces inégalités numériques en éducation nécessitent d’être explicitées : comment les définir ? Que recouvrent-elles plus précisément ? Qui est concerné et de quelle manière ? Qu’a mis au jour la pandémie ? Quels sont les liens avec les parcours scolaires ? Remédier aux inégalités numériques en éducation semble aujourd’hui urgent et nécessaire : quels moyens peuvent être mis en place, et quelles stratégies institutionnelles ?

Si les inégalités numériques ont été largement étudiées en dehors du champ éducatif, ce dossier se concentre sur le domaine de l’éducation. Il s’appuie sur des recherches principalement menées en contexte scolaire, mais dont les résultats peuvent être utiles à d’autres niveaux.

La première partie de ce Dossier permet de circonscrire une terminologie (définitions, catégories, ancrages théoriques) ayant mis une dizaine d’années à se stabiliser. Qui est touché par ces inégalités en matière numérique, et comment ? La deuxième partie aborde ces questions de l’échelle macro (étatique, régionale) à l’échelle microstructurelle (enseignant·es, élèves, familles). Puis, nous faisons état des formes de remédiations existantes et à envisager, avant de proposer une relecture critique plus globale de l’acculturation actuelle au numérique éducatif.

Fenoglio Prisca (2021). Au cœur des inégalités numériques en éducation, les inégalités sociales. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 139, octobre. Lyon : ENS de Lyon.
En ligne : http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/DA-Veille/139-octobre-2021.pdf

 

Politiques et territoires en éducation et en formation : retour sur le colloque inter-congrès AREF

 Le colloque inter-congrès AREF (Actualité de la recherche en éducation et formation), organisé conjointement par le Laboratoire Interuniversitaire des Sciences de l’Éducation et de la Communication (LISEC EA 2310) et par l’Association des Enseignant.e.s et Chercheur.e.s en Sciences de l’Éducation (AECSE), s’est tenu à distance les 2 et 3 juin 2021. La thématique n’est pas sans rappeler, par exemple, les huitièmes Entretiens Ferdinand Buisson, à la bibliothèque Diderot de l’ENS de Lyon (2020). Le regard géographique, et les dimensions spatiales, y étaient centraux. On pense aussi aux trois numéros de la revue Diversité sur l’expérience du territoire (2018 ; 2020).

Dans le colloque inter-congrès AREF 2021, la notion de territoire est à l’honneur de manière très polysémique. L’objectif annoncé dans l’appel à communication est de « réfléchir aux rapports entre les politiques d’éducation et de formation et les territoires ». La référence au concept de territoire est entendue sous différentes acceptions, à travers des thématiques variées : de l’enseignement supérieur à l’éducation en milieu rural, en passant par le numérique ou l’histoire des départements de Sciences de l’éducation et de la formation. Le premier axe de réflexion s’est intéressé à la mise en œuvre et à la réception des politiques dans les territoires, en lien à la notion de frontière, à ses limites (physiques, symboliques, culturelles) et à la relation subjective des individus, au sentiment d’appartenance généré. Le deuxième axe a porté sur le « territoire scientifique », suite à la modification du nom de la 70e section du Conseil national des universités (CNU) en 2019 (« sciences de l’éducation » devenant « sciences de l’éducation et de la formation »), interrogeant ici les questions d’expertise, de légitimité, tant au niveau national qu’international. Enfin, le troisième axe a porté sur le territoire comme ensemble structuré d’espaces de cheminement, en lien avec les savoirs, l’apprentissage, l’emploi, le politique et appréhendé en tant qu’espace (étendue, temporalité́, ou espace socio-culturel, réel ou virtuel).

Aussi, durant le colloque, les intervenant.e.s, ont examiné la notion de territoire en éducation « sous toutes ses coutures », l’ont articulée aux politiques, ont mis au jour les tensions et débats existants et ont interrogé les perspectives offertes pour les Sciences de l’éducation et de la formation.

Continuer la lecture de Politiques et territoires en éducation et en formation : retour sur le colloque inter-congrès AREF