Tous les articles par Catherine Reverdy

Du nouveau pour la formation continue ?

A l’occasion des futures Assises de la formation continue qui auront lieu les 14 et 15 mars 2019 à Paris, Eduscol ouvre une enquête à destination des enseignant.e.s afin de recueillir leurs besoins et leurs propositions.

La formation continue des enseignant.e.s n’est pas si souvent que cela sous le feu des projecteurs, cette enquête est donc l’occasion de rappeler qu’il n’est pas si facile de former plus de 800 000 enseignant.e.s, même si des dispositifs nationaux et locaux existent (du Plan national de formation aux formations d’initiative locale) et que la formation se développe à l’intérieur même des écoles ou des établissements (voir notamment l’article Eduveille “Établissement formateur ou formation en établissement ?”).

Est-ce que ces Assises verront la mise en place d’un cadre détaillant précisément les contenus de formation, comme il est prévu pour la formation initiale ? Les formations continues des premier et second degrés garderont-elles un fonctionnement différent comme c’est le cas actuellement ou y aura-t-il plus de similarités ? C’est pour l’heure aux enseignant.e.s de proposer des pistes pour leur formation et leur développement professionnels.

A venir : Un futur Dossier de veille prévu dans quelques mois permettra de faire le point sur la question de la formation initiale des enseignants.

Edubref : D’où vient l’école inclusive ?

La série Édubref, lancée par le service Veille et analyses de l’IFÉ au printemps 2018, propose en 4 pages une lecture très condensée des apports des recherches sur des questions éducatives. Les derniers numéros abordent des sujets variés comme le curriculum, l’accompagnement des élèves, les réformes de l’université, ou encore le travail collectif enseignant.

À l’heure où la proposition de loi Pour une école vraiment inclusive est examinée par le Sénat et où les accompagnant.e.s des élèves en situation de handicap (AESH) réclament davantage de reconnaissance, ce nouveau numéro d’Edubref présente quelques repères historiques et conceptuels sur la notion d’école inclusive, en parallèle du Dossier de veille de l’IFÉ n° 127 Apprendre (dans) l’école inclusive.

Sont développés particulièrement les textes fondateurs au niveau international et l’histoire française de la prise en charge des élèves qui ne réussissaient pas à s’adapter à l’école. La construction de filières séparées pour ces élèves « hors norme » scolaire au début du XXe siècle aboutit aujourd’hui à une situation difficile lorsqu’il s’agit de mettre en œuvre l’école inclusive, c’est-à-dire de faire accéder l’ensemble des élèves à une éducation de qualité.

Spécialisé.e.s ou non, les enseignant.e.s et les différents professionnels impliqués dans l’éducation des élèves à besoins éducatifs particuliers sont ainsi confronté.e.s à des dilemmes professionnels à résoudre entre les intérêts d’un.e élève en particulier et les intérêts collectifs de leur participation à la vie sociale.

Télécharger Édubref : D’où vient l’école inclusive ?

À quand une éducation « all inclusive » en France ?

Dans l’actualité récente, un rapport de l’Inspection générale sur le Bilan des SEGPA (Sections d’enseignement général professionnel et adapté) et un colloque, Vers une société inclusive, organisé par l’association Entraide universitaire. Quel est le lien entre les deux ? L’école inclusive, notion utilisée aussi bien dans l’enseignement adapté, donc pour les élèves en difficulté scolaire persistante qui sont scolarisé.e.s en SEGPA, que dans le secteur du handicap, ici à propos des partenariats entre l’Éducation nationale et les établissements et services médicosociaux dépendant du ministère de la Santé. D’où vient cette notion ? Pourquoi ne concerne-t-elle pas seulement la scolarisation des élèves en situation de handicap, comme c’était le cas pour les processus d’intégration des dernières décennies ?

Décrite comme une démarche visant à inclure l’ensemble des enfants et des adolescent.e.s dans l’école et à lutter contre les différentes formes d’exclusion scolaire, l’école inclusive implique que les systèmes scolaires se transforment pour répondre en même temps à tous les types de besoins éducatifs particuliers des élèves[1]. En France, elle apparait assez récemment, suite à la prise de conscience internationale et européenne sur le droit à l’éducation pour l’ensemble des enfants, et n’est inscrite dans la loi que depuis 2013.

Lire la suite

Comment accompagner l’apprentissage des élèves?

Le premier Edubref sur les programmes scolaires est paru en mars 2018, ouvrant ainsi la voie de cette nouvelle série réalisée par le service Veille & Analyses de l’IFE-ENS de Lyon. L’objectif : proposer en 4 pages une lecture très condensée des apports des recherches sur des questions éducatives, alors que nos Dossiers de veille dépassent souvent la trentaine de pages.

 

C’est sur la question des dispositifs d’accompagnement des élèves que se penche ce deuxième Edubref : soutien, remédiation, aide personnalisée, accompagnement d’élèves en difficulté, devoirs faits…

Il s’intéresse en particulier aux différents types de dispositifs qui existent depuis les années 1970 pour mieux faire réussir les élèves et leurs liens avec l’apprentissage qui se déroule en classe. Les problématiques soulevées à l’occasion de la mise en place de ces dispositifs sont également abordées et mises en perspective.

Télécharger Edubref : Comment accompagner l’apprentissage des élèves ?

L’école inclusive, avant tout une histoire de coopération ?

Les 6 et 7 juin s’est tenu à Nîmes un colloque sur l’éducation inclusive : “Coopérer pour scolariser” . Il réunissait à l’initiative de l’Institut national supérieur de formation et de recherche handicap et besoins éducatifs particuliers (INSHEA) les acteurs et actrices de l’école, du champ social, médico-social et sanitaire, agents des collectivités territoriales, personnel des MDPH (Maisons départementales des personnes handicapées), responsables d’associations, etc.

Ce colloque annonçait dans son appel à communication la volonté de tirer le bilan de formations réalisées à titre expérimental : “Depuis 2015, en réponse à un appel d’offre de la CNSA (Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie), de l’Unifaf (Fonds d’Assurance Formation de la Branche sanitaire, sociale et médico-sociale), du CNFPT (Centre national de la fonction publique territoriale) et de la Dgesco (Direction générale de l’enseignement scolaire), des sessions de « Formation conjointe des personnels Éducation nationale/ESMS (Établissements et services médico-sociaux)/MDPH (Maisons départementales des personnes handicpées)/ARS (Agence régionale de santé) concourant à la scolarisation des élèves en situation de handicap » ont été organisées dans toutes les académies et dans tous les départements de France, par un consortium constitué de l’INSHEA, de l’université de Clermont-Auvergne, de l’IRTS Île-de-France (Institut régional de travail social) et de trois grands réseaux associatifs : la fédération Trisomie 21 France, l’APF et la fédération des APAJH (Association pour adultes et jeunes handicapés). Ces deux journées de réflexion et de prospective sont destinées à tirer les premiers enseignements de ces formations conjointes. Elles offriront également l’occasion de réfléchir aux enjeux, aux perspectives et aux formes de coopération entre professionnels, de penser les conditions d’association des familles à la définition et au suivi des parcours de scolarisation.

On le voit aisément dans cette présentation, les partenaires qui travaillent ensemble au suivi et à la scolarisation des enfants et adolescent.e.s en situation de handicap sont très nombreux et issus d’horizons divers. L’enjeu majeur du colloque était ainsi de mettre en évidence, au-delà de la nécessité d’une coopération, les conditions de cette coopération et les opérations conjointes à mener à l’avenir.

Continuer la lecture de L’école inclusive, avant tout une histoire de coopération ?

Trois défis pour la didactique des sciences et des technologies 

Les 29 et 30 mars prochains à Saint-Malo, l’association pour la recherche en didactique des sciences et des technologie (ARDIST) fêtera ses vingt ans. Pour cette occasion, le Dossier de veille n° 122 : Les recherches en didactique pour l’éducation scientifique et technologique aborde le développement de la didactique des sciences et des technologies à partir de la fin des années 1970 et les principales problématiques rencontrées par ce champ de recherche.

Continuer la lecture de Trois défis pour la didactique des sciences et des technologies 

Le conseil scientifique de l’Education nationale : futur lieu de passage entre recherches, politiques… et pratiques ?

A l’heure où les membres du futur conseil scientifique de l’Education nationale sont en passe d’être choisi.e.s, penchons-nous un instant sur la question des disciplines scientifiques qui constitueront ce futur conseil, présidé par le psychologue cognitiviste Stanislas Dehaene. Le ministre Jean-Michel Blanquer a annoncé que l’ensemble des disciplines scientifiques seraient partie prenante, ce que mettent en doute des personnalités scientifiques ou du monde de l’éducation dans l’appel “L’école a besoin de toute la recherche” lancé par un syndicat des enseignant.e.s du primaire, le SNUIPP.

Nous avons justement organisé à l’Institut français de l’Education une formation, les 23 et 24 novembre derniers,  sur le difficile et délicat passage entre les recherches en éducation, les politiques éducatives et les pratiques des différent.e.s acteurs et actrices en éducation et formation. Ce passage nécessite l’intervention de personnes connaissant suffisamment les trois pôles évoqués, et à même de faire le lien pour une meilleure utilisation des recherches par les praticien.ne.s. Dans la recherche internationale sur cette thématique, ces personnes sont nommées brokers (littéralement “courtiers”), terme que nous avions traduit dans le service Veille & Analyses il y a quelques années par “passeur.se” en éducation et qui connait un certain succès depuis.

Continuer la lecture de Le conseil scientifique de l’Education nationale : futur lieu de passage entre recherches, politiques… et pratiques ?

Apporter votre contribution aux enjeux de l’éducation scientifique et technologique

C’est à Saint-Malo du 27 au 30 mars 2018 que se tiendront les 10e rencontres scientifiques de l’ARDIST, l’Association pour la recherche en didactique des sciences et des technologies. Ce sera l’occasion de fêter les 20 ans de l’association, créée en 1998 pour mutualiser et partager les recherches en didactique des différentes disciplines scientifiques et technologiques. Un Dossier de veille est justement en préparation pour faire le point sur ces champs de recherche.

Les rencontres scientifiques de l’ARDIST, qui ont lieu tous les 2 ans, sont un moment d’échange entre toutes les didactiques des disciplines scientifiques et technologiques sur les enjeux, les problématiques, les méthodologies et les résultats des recherches. C’est aussi l’occasion de présenter des contributions de recherches de champs connexes et des ouvertures à des didactiques d’autres disciplines. Ces rencontres scientifiques ont vocation à accueillir toutes les personnes concernées par les didactiques des sciences et des technologies (chercheurs, enseignants, formateurs, étudiants, décideurs, responsables).

Vous avez jusqu’au 31 octobre 2017 pour contribuer à ces rencontres, sous le format que vous souhaitez, sous forme de symposiums ou de communication. Toutes les informations sont disponibles en ligne.

Si vous souhaitez mieux connaitre les chercheurs en didactique des sciences et des technologies, ou si vous voulez vous inscrire en tant que tel, vous pouvez consulter l’annuaire des chercheurs en éducation et formation EduObs, géré par l’IFE.

Débat sur les rythmes à l’école : journée continue ou “en deux temps” ?

Et non, il ne s’agit pas du cas de la France qui se préoccupe du rythme hebdomadaire des temps scolaires à l’école, mais de nos voisins espagnols qui s’interrogent sur la meilleure répartition des heures dans une même journée d’école (ou de collège). Cette question apparait dans un article d’El País intitulé Jornada escolar continua o partida, ¿cuál es mejor?

Les horaires de la journée “en deux temps” (jornada partida), qui n’est plus majoritaire en Espagne depuis quelques années, sont les suivants : 9h-12h et 15h-17h (voir pour plus de détails le document proposé par des parents d’élèves de la Communauté de Valence, en faveur de la journée continue). Les horaires d’une journée continue sont toujours de 5h, mais regroupés de 9h à 14h. Le repas serait alors de 14h à 15h30 pour les élèves qui le souhaitent, et le reste de la journée, jusqu’à 17h, serait consacré à des temps périscolaires. Il y a donc pour cette répartition plusieurs sorties possibles des élèves (14h, 15h30, 17h), ce qui répondrait bien à la souplesse demandée par les familles, selon les tenants de la journée continue.

On retrouve dans ce débat des similitudes avec le débat français sur le nombre de jours hebdomadaires :

  • les intérêts des parents, des enseignant.e.s et des communautés locales (centres scolaires des communautés autonomes en Espagne) sont détaillés dans l’article ;
  • peu d’études de grande ampleur sur la meilleure répartition horaire sont disponibles, même si les travaux chronobiologiques montrent que la journée “en deux temps” correspond mieux aux baisses d’activité des enfants après le repas et en fin d’après-midi ;
  • la question des activités périscolaires (appelées extraescolares) est aussi soulignée comme étant au cœur des débats, et leur gratuité est acquise, dans l’objectif d’éviter les discriminations entre les familles ;
  • une étude sociologique montre que, au-delà des horaires, c’est la qualité du projet éducatif local qui compte le plus.

Pour aller plus loin :

Evènement final du projet européen TITA sur le décrochage

L’objectif du projet européen TITA (« Team cooperation to fight early school leaving, Training, Innovative Tools and Actions »), qui a démarré en 2014, est de soutenir les équipes pluri-catégorielles dans la prévention du décrochage scolaire en Europe.

En effet, pour mener à bien leur travail de prévention du décrochage scolaire au sein des établissements, les équipes pluri-professionnelles ont besoin d’outils leur permettant de mieux agir ensemble. Les travaux menés dans le cadre du projet européen TITA, établissant des liens concrets entre la recherche et l’expérimentation, ont permis la création d’une plateforme de formation au travail intermétier destinée à l’ensemble des professionnels de l’éducation.

Le dernier meeting du projet, le final event (traduction anglais-français en simultané lors du meeting), aura lieu le 17 octobre prochain à l’Institut français de l’Éducation à Lyon.

Objectifs de la journée :

  • Présenter les productions réalisées par les différents partenaires européens
  • Ouvrir la plateforme TITAction à l’ensemble des professionnels concernés
  • Éclairer et appuyer la démarche de formation

Public visé :

  • Représentants de différentes institutions politiques et éducatives
  • Formateurs, professionnels et partenaires de l’école impliqués dans la prévention du décrochage scolaire

Pour les personnes intéressées, le programme est disponible en ligne. Pour vous inscrire, c’est ici.

Pour aller plus loin sur la thématique :