Tous les articles par Catherine Reverdy

Il y a de la vie (scolaire) dans l’espace !

L’ensemble des chercheur·ses (en éducation) est formel : il y a de la vie scolaire dans l’espace (des établissements) ! Comment cette vie-là est-elle apparue dans les espaces scolaires ? Dans quel big-bang s’est-elle développée ? La professionnalisation des personnels de vie scolaire, notamment celle des conseiller·es principal·es d’éducation (CPE), date de plusieurs dizaines d’années, même si elle s’est construite plus tôt, dans d’anciennes conceptions de l’école où surveiller signifiait surtout punir.

Aujourd’hui, cette professionnalisation semble reconnue et bien définie, et le rôle de la « vie scolaire » bien établi, dans l’écoute et pour l’épanouissement des élèves. De récentes publications de recherche viennent en témoigner : un numéro sur l’histoire du métier de CPE depuis 50 ans paru en 2019 ; un ouvrage sur l’inclusion sans exclusion des élèves publié en 2020 ; un numéro sur les nouvelles professionnalités des CPE paru en 2020. En outre, la période de confinement du printemps 2020 a montré aussi bien l’importance du lien entre les établissements scolaires et les familles, assuré au quotidien par les personnels de vie scolaire, que la nécessité pour les élèves de se rencontrer et de se socialiser dans les espaces scolaires physiques, pris en charge par les mêmes personnels (voir l’enquête de l’IFE : « École et confinement »).

Mais quelques évènements récents viennent nous faire douter de la reconnaissance des personnels assurant des missions de vie scolaire, rejouant à nouveau le partage strict des tâches entre pédagogique et éducatif, c’est-à-dire entre les enseignant·es et le reste du personnel des établissements (parfois encore nommé « personnel non-enseignant » par leur ministère) : l’oubli de la prise en compte des conseiller·es principal·es d’éducation (CPE) dans le vade-mecum pour la continuité pédagogique au printemps 2020, et la répartition inégale de la prime informatique : pour les psychologues, oui ; pour les CPE, non ; pour les enseignant·es devant élèves, oui ; pour les enseignant·es documentalistes supposé·es un peu moins que les autres devant élèves, non.

Cliquer sur l'image pour avoir le Dossier de veille n° 136 en PDF

On le voit, la vie scolaire est un sujet presqu’aussi vaste que les espaces scolaires dans lesquels elle évolue, et le Dossier de veille n° 136, Écouter les élèves dans les différents espaces scolaires, ne prétend pas évoquer toutes les thématiques qui y sont reliées. Adoptant un détour par l’analyse du partage des espaces physiques, il interroge la manière dont ces espaces sont investis à la fois par les élèves et les personnels, laissant deviner des changements profonds dans les relations entre école et société.

(Également disponible en ligne sur le blog Edupass : https://edupass.hypotheses.org/2125)

 

 

Et en ce qui me concerne, je signe avec ce dernier Dossier de 2020 la fin de mon travail dans l’équipe Veille & Analyses de l’IFE, et je vais découvrir s’il y a de la vie (collective) hors de la Veille… Car le travail que j’ai réalisé depuis 8 ans dans cette équipe a été mené dans un esprit incroyablement collectif, où la structure même de l’équipe (et ce, dès le début en 2003) repose en grande partie sur les échanges et l’intelligence collective, bien avant que ce mot ne soit associé à celui d’innovation. Je souhaite à mes collègues qui restent de pouvoir résister à cette vague des projets toujours neufs et souvent numériques qui afflue à l’IFE aussi depuis plusieurs années et l’entraine vers un esprit individualiste, et j’ose espérer qu’elles et ils ne se retrouveront pas seul·es dans cette tâche difficile mais essentielle : maintenir à la fois un esprit collectif et un cadre serein indispensables aux publications de l’équipe.

Que vous soyez dans ou hors de l’IFE, que vous fassiez ou non appel à nous pour écrire un article ou intervenir dans une de vos formations, colloques, journées d’étude, émissions de radio, que vous participiez ou non avec nous à des projets passionnants de recherche ou de médiation en France ou en Europe (merci à celles et ceux qui ont partagé ces moments forts avec moi !), que vous lisiez ou non notre Bulletin de veille, que vous soyez inscrit·es ou non à notre annuaire de chercheur·ses EduObs, que vous nous invitiez ou non à un de vos comités de pilotage ou comités scientifiques d’enquêtes de recherche, que vous ayez utilisé ou non une des publications de l’équipe Veille & Analyses dans votre métier, n’hésitez pas à leur témoigner votre soutien dans cette période difficile.

J’ai de la chance d’avoir travaillé avec des collègues de la Veille vraiment formidables, et je les remercie pour tout ce qu’elles et ils m’ont apporté tout au long de ces années : Laure Endrizzi, Annie Feyfant, Marie Gaussel, Anne-Françoise Gibert, Claire Joubaire, Lisa Marx, Marie Musset, Claire Ravez, Olivier Rey, Rémi Thibert.

La science ouverte à portée de clic

Alors que, depuis début novembre, les portes des universités sont fermées à leurs étudiant·es qui ont cours en ligne, les activités de recherche continuent, sur place pour certaines nécessitant du matériel expérimental, à distance pour la plupart. Dans le champ de l’éducation, l’actualité est finalement dense car beaucoup de colloques de recherche ont été reportés du printemps 2020 à l’automne 2020, et sont au final organisés à distance. Les inconvénients sont nombreux (problèmes techniques éventuels, impossibilité de communication directe et donc échanges plus limités…) , mais soulignons ici l’intérêt de permettre à un public beaucoup plus large que d’habitude de pouvoir assister à ces colloques.

Continuer la lecture de La science ouverte à portée de clic

Des veilleuses dans la nuit

Mon métier de veilleuse ne peut faire fi de l’actualité, une semaine après l’attentat perpétré sur Samuel Paty et qui a plongé l’éducation à la fois dans l’obscurité et sous le feu des projecteurs. Publier un Dossier de veille ou même un article de blog dans ces circonstances soulève plusieurs questions.

Notre métier est-il de regarder les recherches sous l’angle des pratiques enseignantes ? Quel.le enseignant.e a le temps de chercher les sources universitaires qui pourraient répondre à ses questions au quotidien ? Ces sources de recherche en éducation sont parfois trop abondantes, parfois très rares, mais toujours dispersées dans de nombreuses disciplines universitaires, parce qu’il en faut des points de vue différents pour appréhender les liens si particuliers en France entre l’école et la République, entre le ministère et les établissements ancrés dans leur environnement, pour comprendre pourquoi l’école est vue sans contradiction à la fois comme un sanctuaire et un espace de co-éducation, et au final pour aborder n’importe quelle thématique éducative. La seule tâche de présenter une à une chaque recherche et de la resituer dans son contexte disciplinaire est immense.

Notre métier est-il au contraire, comme on peut parfois le lire, d’éclairer les pratiques enseignantes par les recherches ?  Avec notre faible lumière de veilleuse, on trouvera certainement, en cherchant dans toutes les disciplines, plusieurs sources universitaires précisant un aspect de la question que l’on veut traiter : par exemple, de la linguistique pour mieux analyser chaque prise de parole d’un.e élève dans un groupe de travail en classe, ou de la psychologie pour comprendre l’impact de l’estime de soi dans l’implication d’un.e élève dans ce groupe. Mais, même si elles sont plusieurs centaines sur ces questions, ces sources ne suffisent pas pour dire à coup sûr et dans tous les contextes combien les enseignant.e.s doivent prévoir d’élèves par groupe. Nous ne pouvons donc donner des solutions clés-en-main aux enseignant.e.s, et négliger ainsi leurs savoirs d’expérience.

Continuer la lecture de Des veilleuses dans la nuit

Le bâti et la santé scolaires n’ont-ils plus besoin d’être observés ?

C’est en tout cas ce qui transparait dans le compte rendu de la séance du 28 septembre 2020 à l’Assemblée nationale, qui avait notamment pour objet de voter la suppression de l’Observatoire national de la sécurité et de l’accessibilité des établissements d’enseignement, au nom du choc de simplification dans la fonction publique. Autant arrêter le suspens tout de suite : sa suppression a bel et bien été votée.

Si vous n’êtes pas personnel de direction d’école ou d’établissement, que vous ne travaillez pas pour les directions d’éducation des collectivités locales, vous n’avez peut-être pas entendu parler de cet observatoire. Il a été créé en 1995 pour « étudier l’état des bâtiments et des équipements, évaluer les conditions de sécurité, d’hygiène, d’accessibilité et de mise en sûreté en cas de risque majeur » et fonctionne comme une instance indépendante. Il rassemble et fédère tous les établissements scolaires, enseignements publics et privés, les collectivités territoriales, les agents de terrain mais aussi les experts extérieurs comme les pompiers.

L’Observatoire publie des documents variés, outre ses rapports annuels : des fiches pratiques de prévention,  comme « Réduire les accidents dans la cour de récréation » , fiche destinée au premier degré, rassemblées par exemple pour le second degré dans un vade-mecum, mais également des conseils sur les actions à mener lors du désamiantage des bâtiments. Au-delà de la question du bâti, se pose évidemment la question de la santé et du bien-être des élèves, directement liés à leur environnement quotidien, comme le montre le rapport révélant les mauvaises conditions d’hygiène dans les sanitaires des écoles élémentaires (on peut relire utilement sur ce thème le Dossier de veille Que fait le corps à l’école ? de ma collègue Marie Gaussel).

Continuer la lecture de Le bâti et la santé scolaires n’ont-ils plus besoin d’être observés ?

Apprendre sans la classe : la difficulté du télétravail scolaire pour les élèves

 

Cet article est paru dans Le Monde du 30 juin 2020.

La crise actuelle due au coronavirus a interrogé la manière de travailler et d’apprendre des élèves : pendant près de trois mois, enseignant.e.s et parents ont pu éprouver comment, dans le transfert de l’école à la maison, le travail personnel de l’élève peut s’organiser sans le support de la classe. D’après plusieurs enquêtes (par exemple dans l’académie de Montpellier), ce transfert a souvent conduit à un désengagement, voire à un « décrochage » de la part des élèves, comparable aux difficultés des adultes en télétravail.

Cette problématique du travail personnel de l’élève, alimentée par des recherches en éducation antérieures à la crise que venons de nous traverser, est depuis longtemps au cœur de l’école. Mais elle acquiert aujourd’hui une visibilité et un intérêt nouveaux, non limités au seul cas des élèves en difficulté, à l’heure où beaucoup de jeunes ont retrouvé le chemin de l’école, et où l’hypothèse de devoir à l’avenir refaire « l’école à la maison » ne paraît pas irréaliste.

Pour qualifier la continuité des apprentissages entre les devoirs à la maison et le travail en classe, les chercheur.se.s en éducation parlent de « travail personnel de l’élève » : soit «l’ensemble des processus mobilisés de façon autonome et personnelle par l’élève pour s’approprier les objets d’enseignement (connaissances et compétences) », résumait Rémi Thibert en 2016. Ce travail personnel suppose un minimum d’engagement des élèves dans les apprentissages. Celui-ci peut être soutenu et accompagné dans différents contextes : en classe par les enseignant.e.s, via différentes stratégies didactiques, psychologiques, pédagogiques… ; dans les dispositifs d’aide et d’accompagnement à l’école (comme les activités pédagogiques complémentaires en primaire, l’accompagnement personnalisé dans le secondaire, le programme « Devoirs faits » au collège) et hors l’école par des intervenant.e.s divers ; et enfin à la maison par les parents, lors des devoirs.

Éducation à l’autonomie

Continuer la lecture de Apprendre sans la classe : la difficulté du télétravail scolaire pour les élèves

1970-2020 : la difficile ouverture de l’école à tou.te.s les élèves

Dans le cadre du Dossier de veille Travailler en partenariat à l’école, publié en avril 2020, nous avons souhaité faire un coup de projecteur sur une histoire particulière, celle des partenariats entre l’Éducation nationale, le secteur médicosocial et les associations et structures éducatives pour les enfants en situation de handicap (créées pour la plupart par les parents concerné.e.s).

Depuis quelques temps, comme en témoigne la création des Pôles inclusifs d’accompagnement localisés (PIAL) et des cellules départementales d’écoute activées à la rentrée 2019, l’école souhaite tendre vers une école plus inclusive. En effet, l’évolution actuelle de l’institution scolaire passe par la prise de conscience de certaines injustices institutionnelles historiques, et notamment celle des élèves en situation de handicap, peu intégré.e.s voire ségrégué.e.s dans l’histoire de l’école républicaine (Reverdy, 2019a). Revenons ici sur la manière dont les liens entre l’Éducation nationale et le secteur médicosocial (chargé depuis un siècle de l’éducation et de la scolarisation des élèves en situation de handicap, à la place de l’école ou en lien avec elle) ont modifié et influencé les politiques éducatives depuis un demi-siècle.

Un système mixte de scolarisation pour les élèves en situation de handicap

Jusque dans les années 1970, c’est la ségrégation des élèves en situation de handicap qui était la règle en France comme dans d’autres pays, et ce depuis les premières lois sur l’enseignement spécialisé du début du XXe siècle. À partir de 1975 en France, suite à la loi n° 75-534 d’orientation pour les personnes handicapées, une période d’intégration s’ouvre, permettant à de nombreux.ses enfants en situation de handicap d’être scolarisé.e.s dans un établissement scolaire, ou pris.es en charge dans une unité externalisée dans un établissement scolaire, mais dépendant toujours de l’établissement médicosocial de rattachement.

Continuer la lecture de 1970-2020 : la difficile ouverture de l’école à tou.te.s les élèves

Les parents, des partenaires particuliers de l’école

L’équipe Veille & Analyses s’interroge dans la période actuelle sur la façon dont les relations entre les parents et l’école se reconfigurent, et publie en avril 2020 une série d’articles consacrés à ces relations. En se basant notamment sur le Dossier de veille d’Annie Feyfant publié en janvier 2015 « Coéducation : quelle place pour les parents ? » et en proposant des lectures de travaux de recherche plus récents, les articles aborderont les thématiques suivantes :

  • qu’entend-on par « continuité pédagogique » et comment ce dispositif s’inscrit-il dans la notion de coéducation ?

La continuité pédagogique à la recherche d’une véritable coéducation

  • dans cet article, les parents sont a priori les premiers partenaires de l’école, formant avec elle le fondement d’une communauté éducative, mais comment ce partenariat se construit-il ?

Les parents, des partenaires particuliers de l’école

  • quelles représentations des enseignant.e.s vis-à-vis des parents, de leur style éducatif, de leur comportement à l’école et de leurs jugements sur le contenu des cours ? Quelles représentations des parents vis-à-vis des enseignant.e.s, de leur prise en compte des problématiques propres à leurs enfants, de leurs attentes pour les devoirs, de leurs jugements éventuels sur leur style éducatif ou leurs compétences parentales ?

École et parents : des relations en tension


A quelques jours de publier le prochain Dossier de veille (n° 134, avril) sur la thématique Travailler en partenariat à l’école (Marx & Reverdy, 2020), intéressons-nous aujourd’hui au partenariat particulier entre les parents et l’école. Que sait-on de ce partenariat ? Fonctionne-t-il de manière satisfaisante pour les un.e.s et les autres ? D’après l’article précédent sur la coéducation, ce partenariat serait le plus souvent à sens unique, l’école imposant son « courant d’informations » en direction des familles, en espérant qu’il corresponde aux attentes des parents, assez loin de la coéducation attendue. C’est comme si famille et école étaient dans des espaces-temps séparés et clos sur eux-mêmes (Feyfant, 2015).

Le poids de l’école rend en effet ce partenariat difficile à cerner, à tel point que Maubant (2008) évoque le principe du fait accompli : c’est l’institution scolaire qui fixe les objectifs de l’éducation, « sans toujours accepter qu’ils soient l’émanation d’un véritable débat démocratique ». Les familles sont « en quelque sorte sommées de se soumettre aux exigences de l’école, sans qu’elles aient pu être impliquées de près ou de loin dans la définition des fins et des moyens », tout en étant persuadées que l’école pourra prendre en charge les particularités de leurs enfants. Il faut pour ce chercheur davantage expliciter les tensions et construire ensemble un modèle éducatif à même de faire réussir l’ensemble des élèves. Remarquons que de nombreux partenariats avec l’école subissent ce poids de l’institution scolaire, par exemple lors des activités périscolaires dont l’aspect éducatif peine à s’affranchir d’un apprentissage scolaire, ou lors des sorties dans les musées, organisées souvent sur le modèle de l’école (Marx & Reverdy, 2020).

Continuer la lecture de Les parents, des partenaires particuliers de l’école

A quelles conditions peut-on poursuivre son travail scolaire à la maison ?

Après le lancement d’une première série d’articles sur les relations entre parents et école dans cette période particulière, l’équipe Veille & Analyses poursuit sa réflexion par une deuxième série d’articles s’intéressant aux élèves et aux conditions dans lesquelles ils et elles peuvent poursuivre leur travail personnel, actuellement hors la classe :


Cet article a été rédigé conjointement par Henrique Vilas-Boas, chargé d’étude au Centre Alain-Savary (IFE-ENS de Lyon) et par Catherine Reverdy.

Quand la culture de l’École s’invite à la maison

Les devoirs à la maison sont appréhendés côté recherches en éducation comme du « travail hors la classe pour l’école », que l’élève effectue de manière autonome (autant que possible) et en prolongement du travail fait en classe. Ils peuvent prendre la forme de devoirs de pratique, de préparation, de poursuite ou de créativité. Beaucoup de débats reviennent périodiquement sur l’utilité et l’obligation des devoirs : ils représentent à la fois le lien qui relie tous les parents à l’école et un moyen de montrer leur implication dans le travail de leurs enfants (Thibert, 2016). Le terme “travail personnel de l’élève” est utilisé dans les recherches en éducation pour désigner non seulement les devoirs à la maison, mais également le travail effectué dans la classe, lorsqu’il ou elle est confronté.e directement aux apprentissages. La définition de ce travail personnel de l’élève est donc “l’ensemble des processus mobilisés de façon autonome et personnelle par l’élève pour s’approprier les objets d’enseignement (connaissances et compétences)” (Thibert, 2016). 

C’est notamment la continuité entre deux cultures, celle de l’École et celle de la maison, que cherchent à mettre en évidence les recherches portant sur le travail personnel de l’élève, autrement dit la nécessaire continuité des apprentissages des élèves. C’est bien toujours chaque élève qui apprend, d’abord en classe puis qui reprend ou poursuit le travail à la maison. 

Continuer la lecture de A quelles conditions peut-on poursuivre son travail scolaire à la maison ?

Jusqu’où peut-on apprendre sans les autres?

Notre 7e Edubref, ces condensés de recherches en éducation de 4 pages portant sur une thématique éducative, porte sur la coopération des élèves en classe. Il aborde la question de savoir si les élèves apprennent mieux à plusieurs. Les recherches en éducation, à travers plusieurs disciplines scientifiques, apportent un éclairage de quelques-uns des aspects du travail coopératif entre les élèves, mais le plus gros du travail reste à faire par l’enseignant.e. Comment prendre en compte ce qui influence les relations entre les élèves ? Comment les entrainer à coopérer ? Comment faire en sorte que les élèves, pour les activités coopératives, apprennent davantage en groupe que seul.e.s ?

Continuer la lecture de Jusqu’où peut-on apprendre sans les autres?

L’enseignement mutuel et son versant politique

Connaissez-vous le Dictionnaire de l’Éducation de Ferdinand Buisson ? Ou sinon les Entretiens Ferdinand Buisson créés par l’Institut français de l’Éducation en son honneur ? Avez-vous une idée de pont entre l’histoire de l’éducation et l’actualité éducative ?

Si vous ne savez pas répondre à ces questions, cet article est fait pour vous ! En préparant le prochain Edubref sur la coopération entre les élèves, à paraitre dans les prochaines semaines, j’ai (re)trouvé un épisode de l’émission Rue des écoles de France Culture : A la découverte de l’enseignement mutuel. On y décrit cette « pédagogie méconnue » des XVIIIe et XIXe siècles, qui organise un enseignement par groupes de niveau (et non par classe d’âge), dispensé par certains élèves appelés moniteurs, eux-mêmes cadrés par l’enseignant.e. Pourquoi cette pédagogie, qui semble révolutionnaire aujourd’hui, a-t-elle été remplacée en 1833 par l’enseignement simultané ou par classe d’âge ? Est-ce la raison pour laquelle la figure du maitre savant et seul détenteur du savoir s’est finalement imposée en France ?

Nous pourrions en rester là et regretter amèrement la décision du ministre de l’époque, Guizot, de choisir l’enseignement simultané, en imaginant un monde parallèle dans lequel l’École française serait un havre de paix où des élèves coopèreraient joyeusement… Mais c’est sans compter sur un acteur majeur de l’éducation, Ferdinand Buisson, qui a publié en 1911 son Dictionnaire de l’Éducation, et sur le rédacteur de l’article sur l’enseignement mutuel, Octave Gréard.

Continuer la lecture de L’enseignement mutuel et son versant politique