Tous les articles par Catherine Reverdy

Les projets à l’école : à quelles conditions favorisent-ils l’apprentissage ?

La série Édubref, lancée par l’équipe Veille & analyses de l’IFÉ au printemps 2018, propose en 4 pages une lecture très condensée des apports des recherches sur des questions éducatives. Ce dernier numéro d’octobre 2019 est centré sur l’apprentissage par projet et sa mise en œuvre en classe.

You will discover the first Edubref in English at the end of this page.

 

Alors que le « mode projet » est une mode en soi, ce nouvel Edubref se penche sur le processus d’apprentissage des élèves ou des étudiantes[1] lorsqu’elles réalisent un projet en classe. Faut-il leur laisser tout chercher elles-mêmes ? Faut-il les guider le plus possible ? Apprennent-elles vraiment des contenus et développent-elles des compétences pour tous les projets réalisés ?

Pour les professionnelles de l’éducation, les projets pédagogiques sont encouragés et réalisés depuis plusieurs décennies, mais reposent le plus souvent sur l’engagement de certaines enseignantes qui doivent tout construire de A à Z. En effet, l’organisation scolaire centrée sur l’aspect disciplinaire et la pression des examens ne laissent pas toujours, selon une idée répandue, le « loisir » de faire des projets.

C’est pour étudier ce qui pousse les enseignantes et les établissements à pratiquer malgré tout ce « loisir » que le projet Erasmus+ Cross-curricular Teaching (CROSSCUT) a été lancé en 2016. S’intéressant à la thématique plus large de l’interdisciplinarité, il étudie les freins et les leviers dans la mise en place de différentes pratiques interdisciplinaires, dont les projets, et propose une formation aux enseignantes du secondaire. Il est évoqué dans cet Edubref.

Télécharger Edubref : Les projets à l’école : à quelles conditions favorisent-ils l’apprentissage ?

 

 

Download Edubref in English : Projects at school: What conditions foster learning?

 

 
Note

[1] L’utilisation du genre féminin a été adoptée afin de faciliter la lecture et n’a aucune intention discriminatoire.

 

Les devoirs à la maison et le travail en classe : quels équilibres ?

Pas facile en effet pour tout le monde de gérer la question des devoirs :

Quelle que soit la situation familiale (qui peut en plus être compliquée), les devoirs ajoutent une préoccupation supplémentaire à la maison. Mais c’est en même temps un des rares moments de lien entre l’école, le collège ou le lycée, et également pour beaucoup une étape nécessaire pour une réussite scolaire très attendue.

Du côté des élèves, pas facile de faire le lien entre les souvenirs du cours et les exigences parfois obscures des enseignantes[1], surtout lorsque ces dernières ne vérifient pas systématiquement les devoirs faits.

Et les professionnelles de l’éducation sont elles aussi face à des dilemmes : faut-il faire les devoirs d’abord dans l’établissement (c’est le cas du dispositif « Devoirs faits » au collège) ? Faut-il d’abord les faire en classe, pour s’assurer que les élèves ont bien compris les consignes ? Comment les corriger à toutes les séances et garder du temps pour finir les programmes ?

C’est à toutes ces questions que, en juin dernier, une journée de formation du Plan national de formation de l’Éducation nationale a été consacrée et à laquelle l’IFÉ a participé. De nombreuses conférences et restitution d’ateliers de cette journée sont disponibles sur Eduscol.

Pour aller plus loin

Si vous souhaitez creuser davantage ces questions du travail personnel de l’élève, une formation « Travail personnel dans et hors la classe » du Centre Alain Savary de l’IFÉ est prévue en novembre 2019 et en mars 2020, et d’autres ressources sont également disponibles:

Note

[1] L’utilisation du genre féminin a été adoptée dans cet article afin de faciliter la lecture et n’a aucune intention discriminatoire.

Lecture des réformes en éducation grâce aux “Colloques en ligne”

C’est à l’occasion du 4e colloque international “Conditions de réussite des réformes en éducation” organisé par la Revue internationale d’éducation de Sèvres du 12 au 14 juin 2019, que le CIEP a reçu une soixantaine d’intervenant.e.s, ministres et anciens ministres de l’éducation, ainsi que des chercheur.se.s et des acteur.rice.s de l’éducation de 30 pays. L’objectif de ce colloque était de mieux comprendre comment les réformes réussissent ou sont accompagnées dans les différents pays représentés. Le texte de cadrage scientifique de Jean-Marie De Ketele, disponible en ligne, s’interroge : “peut-on identifier des facteurs qui conditionnent les effets observés des réformes entreprises ? Dégager des leviers contextualisés pour l’action grâce à ce type d’approche comparative est au cœur des finalités et de l’esprit tant des colloques internationaux que de la ligne éditoriale de la Revue internationale d’éducation de Sèvres.”

Pour en savoir plus sur ce qui s’est déroulé lors de ce colloque ouvert seulement sur invitation, trois possibilités :

  • attendre le numéro spécial de cette Revue consacré aux réformes en éducation qui est prévu pour 2020…
  • ou relire le Dossier de veille “Le changement, c’est comment ?” rédigé en 2016 par Olivier Rey et qui met en perspective les effets des changements dus aux réformes sur les acteurs et actrices de l’éducation
  • ou enfin profiter dès aujourd’hui de notre rubrique peut-être méconnue des “Colloques en ligne” qui vous donne accès aux documents complémentaires (quand ils existent) des colloques : textes, articles, audios, vidéos… La chaine YouTube du CIEP a justement publié il y a quelques jours toutes les vidéos des plénières de ce colloque, pour suivre les échanges comme si vous y étiez !

Afin de bénéficier en avant-première de cette rubrique, et ce dès la rentrée, il ne reste plus qu’à ceux et celles qui ne l’ont pas encore fait de s’abonner à notre Bulletin Veille & Analyses (trois messages par mois pour tout savoir de l’actualité des recherches en éducation) : http://veille-et-analyses.ens-lyon.fr/abonnement.php.

 

Une journée inclusive pour écouter la mélodie des étoiles

C’était le vendredi 28 juin 2019 qu’a eu lieu la journée d’étude “Enabling science, science inclusive” à l’occasion des 25 ans de la Mission handicap de l’université Claude Bernard-Lyon 1. Plusieurs interventions et ateliers ont montré différents exemples concrets pour rendre accessibles certains travaux scientifiques à tout le monde, et notamment du côté de l’astronomie : de la présentation des outils de l’association BrailleNet permettant une meilleure accessibilité numérique des données scientifiques à la promotion des études scientifiques pour tous et toutes, sans discrimination de sexe ou de nationalité, en passant par la webcam branchée directement sur le télescope du 9e étage du Science Center d’Harvard… dont l’ascenseur s’arrête au 8e étage.

L’exemple de Valentin Duthion, étudiant de l’INSA et souffrant surtout de ne pas avoir toutes les conditions réunies d’un travail en équipe avec les autres étudiant.e.s, montre qu’un dossier d’acceptation à l’université pour une personne en situation de handicap se prépare deux ans à l’avance, qu’il faut absolument tout anticiper, du bâtiment à rejoindre à l’autre bout du campus en moins de 10 min aux adaptations pédagogiques à fournir par des enseignant.e.s pas toujours très compréhensif.ve.s. Pour lui, “tout est accessible mais rien n’est adapté”. La Mission handicap de l’université Claude Bernard-Lyon 1, sans laquelle son accueil aurait été encore plus difficile, s’occupe ainsi de 800 étudiant.e.s, soit 40 fois plus qu’à sa création en 1994, pour seulement quelques personnes à temps plein.

Continuer la lecture de Une journée inclusive pour écouter la mélodie des étoiles

Qui sont les futur.e.s enseignant.e.s ? Une enquête dans les ESPE

Le SIES, ou Systèmes d’information et études statistiques, du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a publié en mai 2019 une Note Flash sur “Les effectifs en ESPE en 2018-2019” . S’appuyant sur 30 des 32 Écoles supérieures du professorat et de l’éducation de France, les données sur ces effectifs ont été recueillies en janvier 2019.

Sans surprise, les effectifs des mentions MEEF (Master des Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation) du 1er degré sont les plus nombreux, représentant la moitié des 65 600 étudiant.e.s inscrit.e.s en ESPE. Suivent de près les effectifs des MEEF second degré, puis les mentions “Pratiques et ingénierie de la formation” et “Encadrement éducatif”, pour respectivement 4,4 % et 2,6 %.

Continuer la lecture de Qui sont les futur.e.s enseignant.e.s ? Une enquête dans les ESPE

Un cours en ligne à tester pour accompagner les collectifs enseignants

À l’initiative du Centre international d’études pédagogiques (CIEP) et de l’IFÉ-ENS de Lyon, et suite à une première journée autour de l’interdisciplinarité organisée en novembre 2017, une journée d’échanges autour du travail collectif enseignant a présenté les dernières avancées du projet « Cross-curricular Teaching » (CROSSCUT) aux enseignant.e.s français.e.s et aux personnels de direction impliqué.e.s dans le projet, ainsi qu’à des membres des CARDIE (Cellules académiques de recherche, développement, innovation, expérimentation) et de Canopé, et notamment la version pilote du cours en ligne issu du projet (https://crosscut.uab.pt/courses/course-v1:CrosscutProject+000+000/course/).

Les tables rondes, les présentations du projet et les exemples de travaux de recherche, ainsi que les échanges qui ont suivi se sont centrés sur les difficultés à instaurer une dimension collective dans les établissements et les leviers éventuels que les équipes peuvent utiliser. L’importance de l’accompagnement des collectifs enseignants à l’intérieur même des établissements a été une question centrale, aussi bien pour les enseignant.e.s que pour les personnels de direction, moins formé.e.s à l’animation d’un collectif autour de projets qu’à la formalisation de ces projets. Une des propositions de la journée serait d’inscrire des formations suivies et régulières (par exemple sous la forme de formations d’initiative locale) dans une sorte de plan de formation interne à l’établissement pour consolider ces collectifs émergents.

Pour accéder au compte-rendu de cette journée : http://ife.ens-lyon.fr/ife/partenariat/international/programmes-et-projets/crosscut/compte-rendu_journee-echanges_crosscut_15-mai-2019

Participez vous aussi au test du cours en ligne CROSSCUT

Le cours en ligne CROSSCUT est en phase de test, en anglais (la version finale est prévue en français) jusqu’au 5 JUIN : https://crosscut.uab.pt/courses/course-v1:CrosscutProject+000+000/course/ . Nous vous invitons à participer en tant qu’enseignant.e ou personnel de direction à cette phase de test en renseignant le questionnaire de début de cours, en vous inscrivant sur la plateforme, en participant aux activités des modules et aux auto-évaluations que vous souhaitez. Il n’y a pas d’ordre de préférences pour les modules, qui sont à la carte. Si vous ne disposez pas de beaucoup de temps, n’hésitez pas à ne tester qu’un seul module.

Pour nous aider à améliorer l’ensemble de ce cours, même si vous n’avez pas suivi l’ensemble des modules proposés, nous vous remercions de remplir le questionnaire final situé à la fin du cours (en anglais ou en français) ou via le lien suivant (en français).

Pour plus d’information, voir le site de l’IFÉ-ENS de Lyon.



Une formation continue des enseignant.e.s qui reste à asseoir ?

A l’occasion des Assises de la formation continue des enseignant.e.s des 14 et 15 mars 2019 (que nous avions annoncées fin février dans un autre article de ce blog), les inspections générales, organisatrices de la journée, ont souhaité commencer par un état des lieux de la formation continue à partir d’enquêtes et d’études de divers horizons (de la DGESCO à l’OCDE et son enquête TALIS de 2013). Le constat était unanime : il faut faire mieux, à la fois au niveau du nombre d’enseignant.e.s à former et sur la qualité des formations dispensées. Derrière ce constat, tentons de brosser rapidement le paysage de la formation continue aujourd’hui, qui reste assez complexe, comme le décrit bien le rapport des inspections générales “La formation continue des enseignants du second degré – De la formation continue au développement professionnel et personnel des enseignants du second degré ?” qui a été publié fin mars 2019. Depuis 2015, avec la mise en place du CAFFA (Certificat d’aptitude aux fonctions de formateur académique) pour le second degré et la rénovation du CAFIPEMF (Certificat d’aptitude aux fonctions d’instituteur ou de professeur des écoles maitre formateur) côté premier degré, les formateurs et formatrices d’enseignant.e.s partagent désormais un cadre et un référentiel communs. Ces certifications sont organisées par les rectorats. Dans certaines académies, les ESPE peuvent en parallèle proposer une mention particulière du master MEEF (Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation) souvent intitulée “Pratiques et ingénierie de la formation” et qui est destinée à ces formateurs et formatrices. A cela s’ajoutent les formations proposées par le Plan national de formation et les formations de formateur.rice.s organisées par l’Institut français de l’Éducation-ENS de Lyon, dont certaines par le Centre Alain-Savary. Pour l’offre de formation continue destinée aux enseignant.e.s (voir cette page du site de l’ESENESR qui reprend les différents types de formation continue), il existe les plans académiques de formation, les formations d’initiative locale destinées à un accompagnement des équipes pédagogiques dans les établissements, ou encore les parcours M@gistère et les autres ressources en ligne conçus par Canopé.

Pour connaitre les attentes des enseignant.e.s dans ce paysage décrit trop rapidement, revenons à l’enquête la plus récente, proposée en février 2019 aux enseignant.e.s à l’occasion de ces Assises de la formation continue, et dont les résultats complets feront l’objet d’une communication. Elle a permis de dégager quelques premiers chiffres :

Lire la suite

CHANGEMENT DE DATE : Journée d’échanges le 15 mai 2019 à l’IFÉ-ENS de Lyon : “Dynamique collective et pratiques pédagogiques”

ATTENTION : Changement de date pour cette journée d’échanges autour du projet CROSSCUT : elle aura lieu le mercredi 15 mai 2019 et non le 3 avril.

Le projet Erasmus+ CROSSCUT (Cross-curricular Teaching, 2016-2019) aborde à travers l’étude des pratiques interdisciplinaires des enseignants d’autres problématiques plus larges auxquelles les établissements scolaires font actuellement face : comment entrainer les enseignant.e.s dans une dynamique collective centrée sur l’apprentissage des élèves ? Quel changement de pratiques enseignantes cela suppose ? Quel type de formation proposer pour accompagner les enseignant.e.s dans la mise en place de projets, notamment interdisciplinaires ? Comment organiser l’enseignement des savoirs complexes à l’échelle de l’établissement ? Comment capitaliser les effets des projets interdisciplinaires réussis, et avec quels outils ?

Le cours en ligne issu de ce projet CROSSCUT est en phase de finalisation. Il est destiné à former les enseignants à des pratiques davantage ouvertes à l’interdisciplinarité. Nous sommes ravis de vous inviter à le découvrir à l’occasion d’une journée d’échanges autour du thème du travail collectif dans l’établissement, qui aura lieu :

le mercredi 15 mai 2019 de 9h à 16h

à l’Institut français de l’Éducation – ENS de Lyon

19 allée de Fontenay
69007 Lyon

Lire la suite

Rapprochements sociologiques au Sud de l’Europe

Alors que le Congrès de l’Association française de sociologie se prépare pour fin août 2019 sur le thème “Classer, déclasser, reclasser” , c’est une autre actualité sociologique inédite qui vient sur le devant de la scène. Dans un appel à contributions d’un prochain numéro conjoint, les revues IJSE (Italian Journal of Sociology of Education) et RASE (Revista de Sociologia de la Educacion) proposent de réfléchir à une sociologie de l’éducation commune aux pays du Sud de l’Europe.

Lire la suite

Du nouveau pour la formation continue ?

A l’occasion des futures Assises de la formation continue qui auront lieu les 14 et 15 mars 2019 à Paris, Eduscol ouvre une enquête à destination des enseignant.e.s afin de recueillir leurs besoins et leurs propositions.

La formation continue des enseignant.e.s n’est pas si souvent que cela sous le feu des projecteurs, cette enquête est donc l’occasion de rappeler qu’il n’est pas si facile de former plus de 800 000 enseignant.e.s, même si des dispositifs nationaux et locaux existent (du Plan national de formation aux formations d’initiative locale) et que la formation se développe à l’intérieur même des écoles ou des établissements (voir notamment l’article Eduveille “Établissement formateur ou formation en établissement ?”).

Est-ce que ces Assises verront la mise en place d’un cadre détaillant précisément les contenus de formation, comme il est prévu pour la formation initiale ? Les formations continues des premier et second degrés garderont-elles un fonctionnement différent comme c’est le cas actuellement ou y aura-t-il plus de similarités ? C’est pour l’heure aux enseignant.e.s de proposer des pistes pour leur formation et leur développement professionnels.

A venir : Un futur Dossier de veille prévu dans quelques mois permettra de faire le point sur la question de la formation initiale des enseignants.