Tous les articles par Claire Ravez

À l’école, citoyens !

Dix ans (déjà) de débats médiatiques, politiques et sociaux depuis l’inscription de l’instruction morale et civique à l’emploi du temps des élèves à l’école élémentaire ; diverses controverses autour de la « morale laïque », de la mise en place de l’enseignement moral et civique (EMC) ou de celle du parcours citoyen ont ensuite eu lieu. Dans le même temps, les attentes envers l’institution scolaire ont changé d’ampleur, et peut-être de nature, dans un contexte politique intérieur et international de plus en plus clivant.

Les textes officiels sur l’éducation à la citoyenneté ont certes connu des mutations… mais en va-t-il de même de ses fondements, de ses objectifs, de ses pratiques au quotidien et de ses éventuels résultats ? Éduquer à la citoyenneté à l’école interroge les missions de l’institution scolaire, entre instruction et socialisation ; sa place au cœur ou à l’abri de la Cité ; l’articulation entre proclamation de valeurs et de principes démocratiques et républicains d’une part et leur visibilité dans l’expérience scolaire des élèves et des enseignants de l’autre. Continuer la lecture de À l’école, citoyens ! 

La géographie de l’éducation, une discipline de recherche … de la périphérie au centre ?

Histoire, philosophie, sociologie, … de l’éducation : à ces regards disciplinaires manque encore souvent à l’appel la géographie. Et pourtant, les objets éducatifs à résonance géographique ne manquent pas à l’heure actuelle. De la carte scolaire aux territoires apprenants, des projets éducatifs territoriaux (PEDT) aux réseaux d’éducation prioritaire (REP), quels sont les objets, méthodes et théories qu’investissent ceux et celles qui veulent spatialiser l’analyse en éducation ?

Continuer la lecture de La géographie de l’éducation, une discipline de recherche … de la périphérie au centre ? 

Modéliser les liens entre recherches et pratiques en éducation, un nouveau défi pour la recherche ?

Question professionnelle de plus en plus saillante pour les chercheurs, les décideurs, les formateurs et les enseignants, l’articulation entre production et mobilisation des résultats de recherche en éducation est un enjeu d’actualité, en France et dans le monde, au coeur des missions du service Veille et Analyses.

Ce billet présente une synthèse et quelques éclairages sur le cadrage théorique proposé par une équipe de recherche de l’université du Delaware (Center for Research in Education and Social Policy) qui vient d’être rendu accessible sous la forme d’un article scientifique (Farley-Ripple Elizabeth, May Henry, Karpyn Allison, Tilley Katherine et DcDonough Kalyn, « Rethinking Connections Between research and practice in Education : A Conceptual Framework », Educational Researcher, 2018, vol. 47, n° 4, p. 235-245).

Continuer la lecture de Modéliser les liens entre recherches et pratiques en éducation, un nouveau défi pour la recherche ? 

Quelles pratiques des recherches en éducation pour la formation des enseignant.e.s ?

En novembre dernier, le service Veille et Analyses organisait une formation à destination des acteur.rice.s du système éducatif sur la lecture critique et la mobilisation des écrits de recherche dans le cadre de leur pratique professionnelle. Deux journées de formation organisées par le Centre Alain Savary à l’IFé la semaine dernière ont été l’occasion de reprendre et d’approfondir la réflexion sur cette thématique à partir des pratiques de formateur.rice.s et coordinateur.rice.s exerçant en éducation prioritaire et de conseiller.ère.s pédagogiques de circonscription de l’académie de Lyon. Quels gestes et quels enjeux se cachent au quotidien derrière l’expression « articuler théorie et pratique en formation » ?

Continuer la lecture de Quelles pratiques des recherches en éducation pour la formation des enseignant.e.s ? 

Que disent les recherches sur la formation continue des enseignants aux Etats-Unis ?

La rubrique Cool Thinking on Hot Topics du site CPRE knowledge hub, porté par le Consortium for Policy Research in Education (CPRE) – réseau de sept universités états-uniennes ayant pour mission de mettre en relation chercheurs, décideurs et praticiens dans le domaine de l’éducation – consacre son dernier dossier aux perspectives émergentes sur le développement professionnel efficace des enseignants (Emerging Insights into Effective Professional Development). Neuf entretiens filmés de chercheurs et de décideurs proposent un tour d’horizon des acquis et débats en cours sur cette question aux Etats-Unis. De la prise en compte des pratiques enseignantes en contexte au nécessaire accompagnement dans la durée, de la dimension disciplinaire de la formation à celle de l’enrôlement des élèves, toute ressemblance avec les questions que se posent enseignants, formateurs et prescripteurs de formation en France ne serait pas totalement fortuite … Continuer la lecture de Que disent les recherches sur la formation continue des enseignants aux Etats-Unis ? 

Le DIPF : qu’est-ce que c’est ? Das DIPF – was ist das?

A l’occasion de la journée franco-allemande du 22 janvier, date-anniversaire de la signature en 1963 du traité d’amitié franco-allemand, dit traité de l’Elysée, par Charles de Gaulle et Konrad Adenauer, nous vous proposons de découvrir le partenaire allemand (Francfort sur le Main et Berlin) de l’IFé et de l’ENS de Lyon en matière de recherches en éducation : le DIPF, Deutsches Institut für internationale pädagogische Forschung. Portrait croisé de ces deux institutions « sœurs », à l’heure où E. Macron et A. Merkel souhaitent « promouvoir notre coopération bilatérale dans les domaines de l’éducation, de la recherche, de l’innovation et de la culture » (déclaration conjointe du 22 janvier 2018) …


Continuer la lecture de Le DIPF : qu’est-ce que c’est ? Das DIPF – was ist das? 

Lire-écrire-compter-… écouter ! L’éducation sur les ondes : quel paysage sonore ?

Depuis la rentrée de septembre, l’Institut français de l’Education dispose d’une webradio, Kadékol, portée par Florence Sauvebois.

A l’heure où un tiers des Français et des Européens, et surtout les plus jeunes d’entre eux, utilise Internet pour écouter des émissions de radio (source : Ministère de la Culture, Pratiques culturelles en ligne, en France et en Europe – Points de repère et de comparaison 2007-2014), la radio numérique vient donc s’ajouter à la longue liste des moments, espaces et supports utilisés par les passeurs en éducation pour articuler recherches, politiques et pratiques éducatives et en faire dialoguer les acteurs. Pour rappel, le terme de passeur a été proposé par le service Veille et Analyses pour désigner en français les « courtiers » (brokers) qui grâce à leur regard et expérience des trois pôles – recherches, politiques, pratiques – contribuent à rendre utiles et utilisables les recherches en éducation.

Pour qui cherche à de temps en temps à reposer ses yeux, et ouvrir grand ses oreilles, la baladodiffusion complète la visite des sites Internet spécialisées en éducation, la lecture d’articles de recherche ou de revues professionnelles, la participation à des manifestations scientifiques et à des journées de formation.

A quelles conditions une webradio peut-elle être un lieu de production, de diffusion et de mise en débat des savoirs en éducation ? Quel « paysage éducatif sonore » (educational soundscape) pour le système éducatif français actuel ? Continuer la lecture de Lire-écrire-compter-… écouter ! L’éducation sur les ondes : quel paysage sonore ? 

Trois études internationales sur l’éducation à la citoyenneté

Le 7 novembre 2017, lors d’une journée de présentation commune organisée à Bruxelles, l’IEA (International Association of the Evaluation of Educational Achievement) et le réseau Eurydice de la Commission Européenne ont rendu publics deux documents de référence : d’une part les résultats de l’enquête internationale ICCS 2016 Becoming Citizens in a Changing World. IEA International Civic and Citizenship Education Study 2016 International Report, d’autre part le rapport Citizenship Education at School in Europe – 2017.

Le 11 octobre 2017, le Conseil de l’Europe célébrait quant à lui le vingtième anniversaire de ses réflexions et actions dans le domaine de l’éducation à la citoyenneté démocratique et publiait le rapport Apprendre à vivre ensemble. Rapport du Conseil de l’Europe sur la situation de l’éducation à la citoyenneté et aux droits de l’homme en Europe 2017.

Les enjeux actuels liés à la comparaison et à l’évaluation des systèmes éducatifs concernent donc également l’éducation à la citoyenneté … Continuer la lecture de Trois études internationales sur l’éducation à la citoyenneté 

La didactique de l’éducation à la citoyenneté en colloque (4) – symposium

Jeudi 19 octobre après-midi, dans le cadre du colloque international des didactiques de l’histoire, de la géographie et de l’éducation à la citoyenneté « Quelles références pour les didactiques de l’histoire, de la géographie, de l’éducation à la citoyenneté ? », qui fait l’objet d’un compte-rendu en quatre parties (présentation, séances plénières, ateliers, symposium) sur Eduveille, quatre interventions à plusieurs voix ont permis aux membres du réseau REPCITé (Réseau d’études pluridisciplinaires sur la citoyenneté et l’éducation), ancré dans la psychologie, de partager avec des didacticiens leurs références et quelques résultats de recherche, dans le cadre du symposium « didactique de l’éducation à la citoyenneté : contributions pluridisciplinaires des recherches menées en sciences humaines et sociales ». Continuer la lecture de La didactique de l’éducation à la citoyenneté en colloque (4) – symposium 

La didactique de l’éducation à la citoyenneté en colloque (3) – ateliers

 Impossible d’assister à l’ensemble des communications portant sur l’éducation à la citoyenneté proposées lors du colloque international des didactiques de l’histoire, de la géographie et de l’éducation à la citoyenneté « Quelles références pour les didactiques de l’histoire, de la géographie, de l’éducation à la citoyenneté ? », dont il est question dans Eduveille (présentation, séances plénières, ateliers, symposium), et encore moins à la totalité ce celles présentées lors des douze ateliers. Cinq exposés auxquels nous avons assisté permettent tout de même d’illustrer différentes approches de l’enjeu des références en didactique de l’éducation à la citoyenneté.

Jean-Charles Buttier (université de Genève) a présenté quelques réflexions à partir de sa thèse sur les catéchismes politiques français (1789-1914) lors de sa communication portant sur « l’éducation à la citoyenneté en France : un projet républicain entre prescription et contestation (1789-2015) ». Au moment des débats portant sur l’introduction d’un enseignement de morale laïque en 2013, certaines voix se sont élevées contre un possible retour à un catéchisme républicain datant de la IIIème république. S’inscrivant dans un cadre théorique historico-didactique (M.-F. Bishop, C. Heimberg), J.-C. Buttier a démontré l’anachronisme de cette crainte. Le catéchisme politique tout comme l’éducation à la citoyenneté sont des produits des années révolutionnaires (43% des catéchismes républicains de la période 1789-1914 sont publiés à cette époque, avec un pic en 1794 ; pour les catéchismes scolaires, le pic est atteint dès 1793), l’étude des rééditions successives dans les années 1790 de l’un d’entre eux montrant par ailleurs la diversité et les mutations des attributs associés à la citoyenneté. L’article 35, sur le droit à l’insurrection, de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793 (jamais appliquée) réapparaît dans un catéchisme de 1848, ici vecteur d’émancipation bien plus que d’endoctrinement. Forme sécularisée d’un apprentissage par cœur de questions-réponses, le catéchisme n’est pas au centre de la pédagogie de la IIIème République : support pédagogique décrié, associé à l’Eglise catholique, il est éclipsé dans l’éducation à la citoyenneté par d’autres outils de transmission des valeurs républicaines (manuels d’histoire d’E. Lavisse, Tour de France par deux enfants de G. Bruno).

Un atelier a été consacré au « contexte multiculturel ». Stéphane Minvielle (« L’introduction de l’enseignement moral et civique dans le contexte multiculturel de l’Ecole calédonienne : le choc des références ? », ESPE de l’université de la Nouvelle-Calédonie) a présenté le « bricolage » effectué à partir de références multiples en éducation à la citoyenneté, en partie spécifiques au contexte néocalédonien. Entre les accords de Nouméa de 1988 (création d’une collectivité territoriale sui generis, d’une citoyenneté calédonienne et naissance d’un « destin commun ») et le référendum sur l’autodétermination qui doit avoir lieu en 2018, le système éducatif néocalédonien a fait l’objet de transferts de souveraineté successifs : ainsi, l’instruction morale et civique est toujours enseignée à l’école primaire (à parité entre dimension nationale et locale), puis l’EMC au collège et au lycée (depuis février 2016). Au « bricolage » du prescrit s’ajoute celui des valeurs : françaises, occidentales, républicaines d’un côté, kanak et océaniennes de l’autre. Ces dernières sont présentées de façon éclatée dans différents textes : Charte du Peuple kanak de 2014, préambule du projet éducatif néocalédonien et rapport sur la mission d’écoute et de conseil sur l’avenir institutionnel de la Nouvelle-Calédonie de 2016 et portées depuis 2017 par un enseignement obligatoire des fondamentaux de la culture kanak. Quelles articulations penser et pratiquer entre ces systèmes de valeurs ? Ce « bricolage » se prolonge pour les praticiens, comme ailleurs, par des enjeux liés aux cycles (programmations et progressions annuelles et triennales) et aux pratiques pédagogiques préconisées, notamment la mise en place du débat argumenté et ses difficultés.

Les trois communications suivantes ont été présentées dans le cadre de l’atelier « Valeurs et savoirs, quels enjeux sociaux ? ».

Nora Köhler (université de Genève, « Quelles références pour les valeurs transmises à l’école ? ») a proposé une analyse de discours d’enseignants d’histoire de deux cantons suisses romands, réagissant en partie à des extraits du Dictionnaire de pédagogie et d’Instruction primaire de F. Buisson. Elle utilise donc certains textes emblématiques de la IIIème République comme déclencheurs de parole pour approcher qualitativement les différentes références mobilisées de façon déclarative par les enseignants : plan d’études romand (parfois débattu), croyances religieuses privées, déclaration universelle des droits de l’homme, projet d’établissement. Sont principalement déclarés comme visés les règles de civilité (respect, tolérance, vivre ensemble) nécessaires au bon fonctionnement de l’espace classe et le développement de l’esprit critique ; les difficultés à faire valoir ces valeurs sans les prescrire transparaissent également dans les entretiens.

Anne Vézier (ESPE de Nantes, « l’enseignement laïque des faits religieux entre savoirs et valeurs, quelles références pour aborder le religieux ») s’est quant à elle intéressée aux références mobilisées par les professeurs stagiaires dans le cadre de leur mémoire professionnel. Après avoir replacé l’émergence de cet enseignement dans son contexte éducatif et scientifique, elle a situé sa propre recherche dans différents cadres théoriques, entre autres les sciences religieuses, la problématisation du philosophe M. Fabre, l’histoire qui permet de L. Febvre à A. Nef de replacer des croyances dans leur contexte, l’anthropologie de J. Bazin fondée sur l’observation de rites visibles. Elle a enfin proposé une catégorisation des références des enseignants stagiaires : histoire et sens commun de l’enseignement, inscription dans le champ des questions socialement vives, et de façon ponctuelle science sociales. En conclusion, la tension a été reprise entre « éducation à » et enseignement, l’enjeu de formation de faire émerger des références et leurs potentielles contradictions a été dégagé, la différence entre neutralité axiologique et neutralité épistémique posée et complétée par Nadine Fink (Haute Ecole Pédagogique de Vaud) par la notion d’« impartialité engagée » (T. Kelly) au cours de la discussion.

Enfin, Lola Petit (Ecole Pratique des Hautes Etudes) a développé la question de « l’enseignement laïque des faits religieux et de l’éducation à la laïcité à l’école primaire : de la pluralité des représentations à la multiplicité des références épistémologiques – Comment produire des outils didactiques sur des questions socialement vives ». Sa recherche-action l’a amenée à s’emparer de cette référence didactique, dont elle a illustré la définition par la présentation des enjeux sociaux et médiatiques, scientifiques et scolaires de son objet d’études.

En raison de la richesse du programme, d’autres communications dont les titres et les résumés se rapportent principalement à l’éducation à la citoyenneté n’ont pu être entendues. Laurence Fouache (Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, « la géographie prospective : entre formation du citoyen et formation disciplinaire ») et Marco Lupatini (« Géographie et citoyenneté » interrogent tous deux dans leur thèse de doctorat les finalités politiques de la géographie scolaire. L’éducation au patrimoine connaît également une inflexion dans le sens de l’éducation à la citoyenneté, comme en témoignent les travaux de C. Fredella (université de Milan-Bicocca, « histoire locale et construction de sa propre identité : une recherche formation dans le domaine de l’éducation à la citoyenneté ») et de ses collègues italiennes, espagnoles, suisses et français (ESPE de Marseille), menées depuis 2015 dans le cadre du projet Erasmus+ Step. Laura Trivino Cabrera (université de malaga) a développé un propos centré sur « les études culturelles et la perspective féministe dans l’éducation à la citoyenneté à travers la culture médiatique ».

Une dernière modalité de discussion a été centrée sur les références de l’éducation à la citoyenneté : le symposium dédié (4).

Pour aller plus loin

  1. F. Audigier, « Les Education à … quels significations et enjeux théoriques et pratiques ? Esquisse d’une analyse », Recherches en didactique, 13, 2012, p.25-38
  2. F. Buisson (dir.) 1911, Nouveau dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire, Paris : Hachette, 1911 (2èmé édition). Consultable en édition électronique: http://www.inrp.fr/edition-electronique/lodel/dictionnaire-ferdinand-buisson/
  3. P. Kahn, « L’enseignement moral et civique : vain projet ou ambition légitime ? Eléments pour un débat », Carrefours de l’éducation, 2015/1, 39, p.185-202
  4. T. Kelly, « Discussing controversial issues : four perspectives on teacher’s role », Theory and Research in Social Education, 1986, 14, p.113-138
  5. A. Nef, L’islam a-t-il une histoire ? Du fait religieux comme fait social, Lormont, Le Bord de l’eau, 2017
  6. S. Urbanski, L’enseignement du fait religieux : Ecole, république, laïcité, Paris, Presses universitaires de France, 2016