Tous les articles par Claire Ravez

Une formation autour des recherches en éducation

Un nombre croissant de professionnels exerçant des métiers intermédiaires (cadres, formateurs et formatrices, etc.) intègre les recherches en éducation dans leur activité, exerce des formes de médiation entre la production de savoirs scientifiques, des politiques éducatives et des pratiques de terrain. Continuer la lecture de Une formation autour des recherches en éducation

Un nouveau Dossier de veille sur l’éducation… nouvelle

Le Dossier de veille n° 138 « l’Éducation nouvelle : une mosaïque centenaire » voit le jour à l’heure de nouvelles dynamiques sur ce thème, illustrées par l’initiative « Convergence(s) pour l’Éducation nouvelle », engagée en 2021 à l’occasion du centenaire du congrès de Calais, et la première Biennale internationale de l’Éducation nouvelle, organisée en 2017 par les Ceméa, les CRAP-Cahiers pédagogiques, la Fespi, l’ICEM-pédagogie Freinet, la Ficeméa et le GFEN. Continuer la lecture de Un nouveau Dossier de veille sur l’éducation… nouvelle

Le numérique à l’école : des mythes aux réalités ?

Nous tenons à remercier André Tricot pour sa relecture attentive.

Apprendre et faire apprendre, aussi et surtout à la maison : une situation devenue quotidienne, depuis un an, pour les élèves et leurs parents, et bien sûr aussi leurs enseignant‧es. L’essor de la pratique des classes virtuelles a notamment réactivé des interrogations anciennes portant sur l’efficacité des outils numériques au service des apprentissage scolaires.

André Tricot, psychologue cognitiviste et professeur des universités (université Paul Valéry Montpellier 3), a coordonné le dossier « numérique et apprentissage scolaires » du Conseil national d’étude des systèmes scolaires (Cnesco) mis en ligne en octobre 2020. Comme le montre sa bibliographie, ses nombreuses publications et interventions s’appuient à la fois sur des synthèses de la littérature empirique et ses propres travaux de recherche.

À quelles réflexions pédagogiques et didactiques la lecture de quelques-unes de ses publications récentes conduit-elle ? Comment les situer pour mieux les lire et les comprendre ? Et, au final, pourquoi et comment les mobiliser, pour sa propre activité et/ou celle d’autres professionnels de l’éducation ? Continuer la lecture de Le numérique à l’école : des mythes aux réalités ?

Les réformes de l’éducation se font aussi, et surtout, par le milieu.

Ce texte a été publié dans Le Monde de l’éducation le 17 novembre 2020.

Depuis plusieurs décennies, les réformes du système éducatif se suivent et se ressemblent dans leur processus d’élaboration et de mise en œuvre : une vision politique ambitieuse, des consultations plus ou moins longues et houleuses avec les partenaires sociaux, la promulgation d’une loi ou la publication d’un texte administratif (décret, arrêté, circulaire), une couverture médiatique qui oscille entre soutien et défiance, et, sur le terrain, une réception plus ou moins enthousiaste et une mise en œuvre plus ou moins fidèle à la lettre et à l’esprit de ces directives qui viennent « d’en haut ». Continuer la lecture de Les réformes de l’éducation se font aussi, et surtout, par le milieu.

Mobiliser les recherches en éducation quand on pilote le système éducatif… aux États-Unis

Certains situations professionnelles amènent de plus en plus fréquemment les personnels de direction et d’encadrement à s’emparer d’objets, de concepts, de courants et de disciplines de recherche allant des didactiques disciplinaires à la sociologie des organisations : lire des documents identifiés comme relevant « de la recherche », inviter des chercheurs·ses à prononcer une conférence, convaincre des enseignant‧es de l’intérêt de s’engager dans un projet de recherche avec des universitaires, etc. Au-delà de la diversité des expériences individuelles, cette mobilisation des recherches par les acteurs intermédiaires du système scolaire repose-t-elle sur certaines régularités ?

Le détour par la présentation succincte des résultats d’une enquête par questionnaire (Penuel et al., 2017) menée auprès de 733 school leaders (« elementary, middle school, and K-8 principals », Penuel et al., 2017) ou district leaders de l’un des 14 000 districts scolaires états-uniens, en particulier en milieu urbain (« deputy, associate, and network superintendent; curriculum supervisors; special education supervisors; directors of federal, bilingual, and English-as-a-second-langage program; “multirole” central office leaders », ibid.) permet de poser quelques repères dans trois directions : le rôle des réseaux professionnels dans l’accès aux travaux de recherche, leurs usages pluriels et parfois en tension, enfin les dispositions individuelles et les dispositifs collectifs favorables à leur mobilisation.

Les réseaux professionnels au cœur de la circulation des savoirs

Pour les school/district leaders qui ont répondu au questionnaire, le recours à la littérature de recherche – écrite avant tout pour être lue par d’autres chercheurs·ses – ne va pas de soi. La compréhension en profondeur de ces travaux est chronophage pour qui cherche des réponses immédiates à ses questions ou pour le moins l’identification des retombées d’une recherche pour la pratique éducative.

Pour ces répondant.es, les réseaux professionnels et les pairs sont les principales ressources pour accéder aux travaux de recherche, avant les portails institutionnels (What Works Clearinghouse, National Center for Education Statistics ou encore Regional Education Laboratories), les liens directs avec les chercheurs.ses, ou encore les médias et les réseaux sociaux.

Les usages des recherches en éducation : pluralité ou contradictions ?

Dans la continuité de la littérature sur cette question, les auteurs‧trices de l’article ont mis en avant quatre usages possibles des recherches par les school/district leaders. Les deux les plus fréquemment cités sont :

– l’usage imposé, « mandaté par la loi ou une politique publique » (ibid.) – même si être sommé‧e d’« utilise[r] la recherche ne signifie pas qu’[on] y accordera de l’importance » (ibid.) ;

– et l’usage instrumental, selon lequel « les preuves issues des résultats de la recherche façonnent directement les décisions liées à la politique ou à la pratique » (ibid.) éducatives.

Ce « fort biais culturel en faveur de l’utilisation des résultats de la recherche dans la prise de décision [s’explique] en raison des changements politiques qui ont eu lieu au cours des dernières décennies » (ibid.). En effet, les financements fédéraux, qui représentent aux États-Unis en moyenne 10 % du budget des établissements scolaires (mais beaucoup plus pour les établissements accueillant des élèves de milieux défavorisés) sont liés à la sélection, à l’adaptation et à la mise en œuvre de programmes et stratégies « fondées sur la preuve », c’est-à-dire ayant démontré une « amélioration des résultats des élèves ou le potentiel d’amélioration des résultats des élèves » (ibid.).

Deux autres types d’usage ont également été mis en avant :

– l’usage symbolique : une recherche peut être citée pour apporter des arguments lors d’une discussion, renforcer une conviction, ou encore justifier une décision ; cet usage plus stratégique pose question lorsque des résultats de recherche sont utilisés hors de leur domaine de validité, faisant alors l’objet d’une généralisation abusive ;

– enfin l’usage conceptuel : « la recherche modifie la façon dont une personne perçoit un problème ou les espaces de solution possibles pour un problème » (ibid.) ; dans cette perspective, des théories, des résultats et des concepts construits au sein de différents cadres disciplinaires et épistémologiques deviennent des outils intellectuels au service de l’action, et sont mobilisés dans des moments de réflexion individuelle ou d’échange avec autrui.

Utiliser les recherches : dispositions individuelles ou culture organisationnelle ?

Les analyses menées par les auteurs·trices de l’article montrent que certaines caractéristiques personnelles des répondant‧es peuvent rendre compte d’une partie des résultats obtenus :

– avoir développé une attitude favorable envers des recherches perçues comme pertinentes, utiles et fiables ;

– être disposé à fournir l’effort nécessaire pour s’y acculturer ;

– et donc s’appuyer in fine sur le bagage intellectuel et méthodologique nécessaire pour pouvoir lire et interpréter ces recherches (par exemple en suivant un cursus universitaire), caractéristique qui dans cette étude est positivement corrélée à un usage conceptuel des recherches.

Mais c’est bien la culture organisationnelle de l’établissement ou du district qui permet d’ancrer dans les pratiques ordinaires l’utilisation des recherches, entre autres par le biais de controverses professionnelles autour d’attentes divergentes à leur égard. Selon la nature des fonctions exercées et l’environnement professionnel, ces opportunités de considérer les recherches comme un objet de travail partagé sont plus ou moins régulières et variées, allant de l’argument avancé ponctuellement en réunion aux séances de lecture partagée (book study).

Au terme de ce rapide panorama venu d’outre-Atlantique se (re)posent donc des questions qui alimentent la réflexion quotidienne de l’équipe Veille et analyses de l’IFÉ ou d’autres “passeurs” en éducation : quels travaux de recherche faire connaitre aux pilotes, et plus largement aux professionnels des métiers de l’éducation ? Dans quels espaces, physiques et virtuels, de médiation entre recherches, politiques et pratiques se situer et intervenir pour favoriser leur mobilisation au service du développement professionnel des enseignante‧s et, au final, des apprentissages des élèves ?

La lecture de cet article rappelle enfin que les personnels de direction et d’encadrement contribuent aussi à la production de savoirs de recherche sur leur activité : sans recueil de données (sous la forme de questionnaires, d’entretiens, d’observations en situation de travail, etc.), les publications qui ont permis de rédiger le récent Édubref qui leur est consacré, Piloter : entre métiers et activités, n’auraient tout simplement pas vu le jour !

Référence bibliographique

Penuel W.R. et al. (2017). How School and District Leaders Access, Perceive, and Use Research. AERA Open, vol. 3, n° 2, p. 1-17. En ligne : https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/2332858417705370

Naviguer à vue ou garder le cap ?

Depuis bientôt un an, les équipes de direction des collèges et des lycées ont appris à composer avec les versions successives des protocoles sanitaires, à appliquer les circulaires qui se sont succédé pour réorganiser les examens, tout en apprenant dans l’urgence à opérationnaliser le pilotage de la continuité pédagogique et éducative. D’autres inconnues de ce début d’année leur sont plus ou moins familières : dans quels espaces collectifs de travail effectuer les arbitrages liés à l’affectation des moyens de la dotation horaire globale (DHG) pour l’année scolaire 2021-2022, reçue ces dernières semaines ? Comment faire pour que les nouveaux dispositifs d’autoévaluation et d’évaluation externe des établissements, proposés par le Conseil de l’évaluation de l’École créé en juillet 2019, puissent contribuer à soutenir, accompagner et former l’ensemble des personnels ? Ou encore comment se projeter dans le tout nouveau rythme d’évaluation des personnels de direction, désormais annuel (décret du 4 février 2021) ? Ou plutôt : comment arriver à tout tenir en même temps ?

Continuer la lecture de Naviguer à vue ou garder le cap ?

Y aura-t-il des (notes de) lectures à Noël ?

Chère lectrice, cher lecteur, rassurez-vous : pas de didactique de la compréhension écrite ou d’évaluation au service des apprentissages dans ce dernier billet de blog de cette année 2020… mais un détour du côté des revues de recherche en éducation, dont nous signalons régulièrement les nouvelles livraisons dans notre bulletin. « Notes critiques » de la Revue française de pédagogie (la doyenne des revues françaises généralistes en sciences de l’éducation), « notes critiques et lectures » dans Recherche & formation (revue thématique consacrée au développement professionnel), « notes de lecture » d’Administration & Éducation (revue interface à destinations des cadres de l’éducation), etc. : quelles sont les visées de ces rubriques traditionnellement placées en fin de volume ? Quels usages les « passeurs » en éducation peuvent-ils en faire ? Continuer la lecture de Y aura-t-il des (notes de) lectures à Noël ?

Prendre la mesure de « l’état de l’École » en France… et ailleurs

Comme il est d’usage en cette période de l’année, la direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP), « portail de la statistique sur l’éducation et la formation » du ministère de l’Éducation nationale a publié, en novembre 2020, son trentième État de l’École, « une analyse globale de notre système éducatif fondée sur des indicateurs structurels et pérennes, […] décrivant les principales évolutions et tendances tout en apportant notamment l’éclairage des comparaisons internationales et territoriales » (Jouvenceau, Monso & Dumay, 2020). Simple rituel administratif – et marronnier journalistique ? Loin de là… Continuer la lecture de Prendre la mesure de « l’état de l’École » en France… et ailleurs

Le tour du monde du développement professionnel du Cnesco en trois jours… et après ?

Trois longues « pauses » méridiennes, une dizaine d’interventions faisant voyager de l’Ontario à l’Estonie, de l’Ecosse à Singapour, des échanges nourris par claviers et micros interposés… et, pour cloturer la sixième conférence de consensus internationale (CCI) du Cnesco – désormais Centre national d’étude des systèmes scolaires rattaché au Centre national des arts et métiers (Cnam) – 12 ateliers thématiques participatifs visant à formuler des préconisations pour l’avenir de la formation continue et du développement professionnel des personnels d’éducation en France. Les trois substantiels rapports scientifiques de C. Lessard (université de Montréal), R. Malet et al. (université de Bordeaux) et O. Maulini (université de Genève) qui contribueront à mettre en perspective les interventions et les notes d’expertise de leurs collègues seront mis en ligne en janvier 2021. En attendant, dans quels Dossiers de veille de l’Institut français de l’éducation se (re)plonger pour prolonger la réflexion engagée ? Continuer la lecture de Le tour du monde du développement professionnel du Cnesco en trois jours… et après ?

Des outils pour lire et comprendre les recherches en éducation

Qu’est-ce qui fait la spécificité du regard didactique sur ce qui se passe en classe ? Comment travaillent les sociologues ? Quelle forme prend la validation des résultats de recherche en psychologie cognitive ou en histoire de l’éducation ? D’où viennent et que recouvrent les expressions « forme scolaire » ou encore « enseignement explicite » ? Ces questions que se posent de temps à autres les enseignant.e.s, les formateurs.trices ou les personnels d’encadrement interrogent les implicites des chercheurs.ses et les règles des différentes communautés scientifiques qui contribuent à produire des connaissances sur les systèmes éducatifs, l’enseignement et les apprentissages. Continuer la lecture de Des outils pour lire et comprendre les recherches en éducation