Tous les articles par Anne-Françoise Gibert

D’où vient le terme … apprenant

Nation apprenante, où est passée l’éducation ?

Cet article se propose de parcourir le panorama de l’utilisation du terme  « apprenant », fort diffusé en ces temps de confinement. Quelles sont ses utilisations et que recouvre-t-il ?

Afin d’assurer une forme de continuité pédagogique, « l’école à la maison », le Ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse a lancé le 18 mars 2020, au surlendemain du confinement, l’opération « nation apprenante ». Mise en place en concertation avec les médias France Télévisions, Radio France et Arte, elle s’apparente ainsi à une palette d’émissions éducatives. Où est donc passé le terme «  éducation » ? Est-il en passe de devenir obsolète, anachronique, ou désuet ? Quelles raisons poussent à substituer l’adjectif substantivé « apprenant » à celui « d’éducatif » qui prévalait jusqu’alors ?

Pour mieux saisir ce changement de vocable, revenons sur les tribulations de ce terme d’apprenant, qui au gré de publications et de déclarations politiques, a été accolé successivement à de nombreuses structures comme « organisations », « communautés », « établissements », « territoires » puis « société », « académies » et désormais « vacances » ou « colonies ».


Continuer la lecture de D’où vient le terme … apprenant

Quelques pistes pour éduquer en Anthropocène

Quelle est la relation entre le COVID-19 et l’urgence climatique ? Entre autres l’incertitude associée à des risques que nous apprenons à connaitre et la nécessité de prendre des mesures à la hauteur des enjeux. Nous sommes aujourd’hui, et pour un temps indéterminé, en confinement généralisé. Est-ce que cette période de quarantaine va nous conduire à des façons différentes de penser ? Certaines recherches consacrées à l’éducation à l’environnement montrent que l’expérience de vie conditionne la motivation envers les apprentissages et la profondeur de ces apprentissages.

 

le Dossier de veille de l’IFE n° 133 Éduquer à l’urgence climatique parcourt des travaux scientifiques relatifs à ce que certains chercheurs nomment la littératie climatique, pour se situer dans un monde en dérèglement, s’attarde sur les compétences nécessaires pour faire des choix éclairés, et s’intéresse aux conditions de développement d’une écocitoyenneté essentielle.

Continuer la lecture de Quelques pistes pour éduquer en Anthropocène

Zoom sur les tests de littératie énergétique

Pour prendre en compte la multidimensionnalité des constructions cognitives, affectives (valeurs personnelles et aux sentiments d’auto-efficacité) et comportementales de la littératie énergétique, Dewaters & Power ont construit une échelle basée sur la recherche en psychologie de l’éducation et en psychologie sociale (Dewaters & Power, 2011, 2013. À leur suite, plusieurs tests de littératie énergétique ont été développés, basés sur les connaissances, les attitudes et les comportements, dont vous trouverez un aperçu ci dessous. Ces tests offrant un panorama relativement diversifié, il nous a paru intéressant, en complément du dossier de veille « Éduquer à l’urgence climatique » de vous en présenter quelques uns ici.

Continuer la lecture de Zoom sur les tests de littératie énergétique

Quoi de neuf en anthropocène ? du coté des programmes scolaires

Pourquoi aller en classe si le futur climatique n’est pas pris en compte par les politiques ? Ainsi parlait Greta Thunberg lors de sa première grève de l’école devant le parlement suédois, suivi au long de l’année scolaire 2018-2019 par un ensemble d’élèves et d’étudiants. Longtemps le propos a été renversé, et souvent implicitement c’est les élèves qui étaient chargés de leur futur, invités à mettre en place des comportements vertueux ou d’encourager leurs parents à le faire. Désormais, au delà des gestes individuels, la réflexion, en particulier dans le cadre de la recherche en éducation au développement durable, se déplace vers les possibilités d’engagement citoyen et politique au sein des établissements et de leurs territoires. Nous voici embarqués et l’intitulé d’un ouvrage récent « Éduquer en anthropocène » montre l’imbrication étroite entre l’objet de cette éducation et le milieu dans lequel il s’inscrit.

Au risque d’une simplification abusive, Wynes (2019), dans la revue Green Teacher[1] propose de se concentrer sur l’essentiel pour l’enseignement du changement climatique. Il présente cinq messages clés à faire passer au public pour l’encourager à agir :

  • The Earth is warming
  • It’s Bad
  • It’s because of humans
  • Experts agree
  • We can fix it

La question fondamentale réside désormais dans la dernière assertion, et les controverses portent sur la façon dont nous pouvons agir face à ce défi climatique.

Au delà de la définition de son contenus, il semble que l’éducation au changement climatique (ECC) soit en train de se normaliser. Si l’on se réfère à quelques récentes déclarations, il apparaît qu’elle est passée d’un sujet confidentiel à un sujet « mainstream ». Les mobilisations en faveur de l’ECC se sont multipliées au cours de cette dernière année aboutissant à des résultats, comme en France, le renforcement des programmes des lycées, en seconde en SVT et Histoire Géographie, l’impact des activités humaines sur le milieu, dans l’enseignement scientifique de première et  la totalité de l’enseignement scientifique de terminale qui sera consacré aux enjeux climatique à partir de la rentrée 2021.

Revenons en cette fin d’année sur un aperçu de ces mobilisations, en France et au delà.

Continuer la lecture de Quoi de neuf en anthropocène ? du coté des programmes scolaires

Quoi de neuf en anthropocène ? les valeurs des mots climatiques

Dans le billet précédent, j’ai mentionné le fait que le terme « urgence climatique » avait été retenu comme mot de l’année par les Oxford Dictionary. Les mots ont leur importance pour nous permettre de penser le monde et leur évolution mérite toute notre attention. Les mots sont aussi une source de revenus, source principale du moteur de recherche Google basé sur le fonctionnement d’AdWords. Cet état de fait a conduit le professeur en humanités digitales suisse Kaplan  à qualifier ce phénomène de «capitalisme linguistique ». En particulier, les mots relatifs au changement climatique sont marchandisés. Le chercheur en sciences de l’information Ertzscheid relate sur son blog affordance.info l’histoire de Mike Bloomberg, 11ème fortune mondiale et futur candidat à la maison blanche, qui vient d’acheter le mot climat sur Google, ainsi que 840 expressions liées, pour les requêtes émanant de certains états susceptibles de a faire basculer le vote.

La publication de la toute récente note d’orientation et de propositions pour le renforcement des enseignements relatifs au changement climatique, à la biodiversité et au développement durable (cycles 1, 2, 3 et 4) – décembre 2019 du conseil supérieur des programmes est l’occasion de s’interroger sur le choix de mots du climat dans notre système éducatif.

Continuer la lecture de Quoi de neuf en anthropocène ? les valeurs des mots climatiques

Quoi de neuf en anthropocène ? du coté de la recherche et des universités

En ce mois de novembre 2019, un nouvel appel vient de sortir World Scientists’ Warning of a Climate Emergency soulignant l’accélération actuelle du changement climatique par rapport aux prévisions des scientifiques et l’indescriptible souffrance humaine qu’elle va générer. Il a déjà récolté plus de 11 000 signatures internationales. Il est utile de préciser ici que le terme d' »urgence climatique » a été retenu comme mot de l’année 2019 par l’Oxford dictionaries. 

Dans son Emission gap report – 2109, l’Unep relève que l’accord de Paris qui vise à  limiter la hausse des températures à 1,5 degré à la fin du siècle ne pourra être atteint que si on réduit les émissions de gaz à effet de serre de 7,6 % par an et de moitié d’ici 2030. En effet, l’implémentation des engagements de Paris conduisent à une augmentation des températures de 3,2 degrés.  En octobre 2018 le GIEC  avait déjà alerté le monde en ce sens, dans  le rapport 1,5 degré, issu de  plus de 6 000 articles scientifiques, qui prévoit cette augmentation de températures des 2030. Le résumé à l’attention des décideurs politiques, Summary for Policymakers of IPCC Special Report on Global Warming of 1.5°C approved by governments s’adresse en fait à tout citoyen. Un collectif citoyen l’a traduit en français en mai 2019 mis  à disposition sur le site Wikisource, (aujourd’hui indisponible, le 29/11/2019) vous pouvez le consulter sur le site de l’IPCC suisse. L’OCE, office for climate education, fondation abritée par la fondation La Main à la pâte, a produit un résumé à l’attention des enseignants.

Une dernière information scientifique marquante de ce mois de novembre 2019 est la publication dans la célèbre revue scientifique médicale britannique du Lancet Countdown. Sans modification notable des trajectoires de production et de consommation, la santé des enfants sera fortement affectée par le changement climatique. 

Rencontres, colloques, ateliers autour du changement climatique se multiplient. Au delà de la compréhension indispensable des facteurs ayant un impact sur notre commune destinée, se dessine une volonté désormais ancrée de chercher comment réagir et quelles dynamiques d’atténuation et d’adaptation mettre en œuvre, comme le titre le prochain colloque de l’Académie des sciences : Face au changement climatique, le champ des possibles. A partir de la région lyonnaise, et pas seulement, voici un aperçu de quelques initiatives, signaux de cette effervescence.

Continuer la lecture de Quoi de neuf en anthropocène ? du coté de la recherche et des universités

Preuves basées sur les pratiques en formations agroécologiques

La question des liens entre la recherche et la pratique dans un contexte marqué par l’hétérogénéité ne concerne pas seulement le monde éducatif ou le monde médical, auquel il est souvent fait référence dans les questions d’EBE (evidence base education). Chaque situation agroécologique est caractérisée par sa singularité dans un environnement complexe. Aussi se pose ici également la question de la montée en généricité des savoirs issus des pratiques, c’est à dire la question des preuves basées sur des pratiques (PBE practice based evidence) au contraire de l’approche descendante des pratiques fondées sur des données probantes (EBP evidence based practices).

En agroécologie, science ou pratiques en émergence, les enseignants-formateurs, comme les agents de développement réalisent un travail épistémique c’est à dire la production, la formalisation, la capitalisation, l’évaluation et la légitimation des connaissances (Girard & Magda, 2018; Cayre, 2013).

Continuer la lecture de Preuves basées sur les pratiques en formations agroécologiques

Ethique, technique et bien commun

La rénovation du baccalauréat conduite et gestion des entreprise agricole nécessaire à l’installation d’un agriculteur, est l’occasion de nous interroger plus largement sur la prise en compte dans le monde éducatif d’une notion relativement nouvelle: la question des communs.

Qu’est ce qu’un bien commun ?

Le concept de bien commun[1] est issu des travaux de Elinor Ostrom prix Nobel d’économie 2009. Avec son équipe, elle a développé sa théorie sur les communs à partir de l’étude  des règles mises en place pour gérer les réseaux d’irrigation en Californie, entre maintenance collective et utilisation agricole privative. Ces travaux font suite à un article célèbre paru en1968  « The Tragedy of the Commons» [2] qui analysait la surexploitation de paturages communaux lorsque les villageois ne prenaient pas en compte les conditions de sa pérennisation (Hardin, 1968).

Continuer la lecture de Ethique, technique et bien commun

Urgence climatique : étudiant.e.s et dirigeant.e.s à la tribune

En 2018, le Manifeste étudiant pour un réveil écologique  signé à ce jour par plus de 30 000 étudiants a sonné comme un cri d’alerte. Il montre que les élèves signataires, en particulier dans les écoles de commerce et écoles d’ingénieurs, ne souhaitent pas travailler dans des grands groupes dont la politique n’est pas en cohérence avec leurs convictions environnementales.

Les responsables des établissements d’enseignement supérieur ont pris la mesure de ce mouvement, et le 8 juillet, ont publié une tribune « Urgence climatique : université et grandes écoles mobilisées aux coté des étudiants pour la réalisation des 17 Objectifs de Développement Durable ».

Deux jours auparavant le Think Tank The Shift Project avait lancé l’appel « Pour former tous les étudiants du supérieur aux enjeux climatiques et écologiques », signé également par des présidents d’université. A partir du constat que les jeunes sont aujourd’hui volontaires pour jouer leur rôle dans la transition énergétique et écologique, il demandant à l’état de s’engager à agir.

Cette question de « l’urgence écologique et climatique » a été inscrite à l’unanimité par les députés français, lors de l’examen duprojet de loi Energie-Climat à la mi juin.

Étudiants, professeurs et responsables étaient présents à l’occasion du colloque du Fecood « devenir acteurs et actrices d’un monde qui change ».

Continuer la lecture de Urgence climatique : étudiant.e.s et dirigeant.e.s à la tribune

Un bac professionnel rénové et une évaluation du raisonnement à l’oral

Le groupe de travail Pepieta a réalisé un suivi ce premier bac CGEA rénové. Des observations et des recherches-actions visent à définir des facteurs de réussite pour cette nouvelle épreuve exigeante. L’épreuve consiste en une présentation orale de 5 minutes basée sur la réalisation préalable de 4 fiches. Elle est complétée d’un entretien avec le jury de 15 minutes. Elle interroge les pratiques des enseignants et leurs modalités d’évaluation.

Continuer la lecture de Un bac professionnel rénové et une évaluation du raisonnement à l’oral