Tous les articles par Anne-Françoise Gibert

Travail enseignant, penser collectif ?

Le  Dossier de veille de l’IFE n° 124 d’avril 2018 est consacré aux différentes formes de travail collectif enseignant. Cette thématique a traversé plusieurs dossiers, en particulier les revues de littérature sur les sujets du leadership et de l’établissement.

 

Si l’exercice de la profession enseignante est traditionnellement considéré comme relativement autonome, la complexification du métier et les prescriptions nationales et internationales poussent au développement de pratiques professionnelles collectives. Ainsi, le dernier référentiel de compétence des métiers du professorat et de l’éducation de 2013 insiste sur la dimension collective du métier (coopérations, communauté éducative et démarche individuelle et collective de développement professionnel).

Depuis une quinzaine d’années, le travail collectif des enseignant.e.s est abondamment analysé dans des études anglo-saxonnes au travers des concepts de Communauté d’apprentissage professionnel (CAP) et de Communautés de pratique (CDP). Les travaux de recherche autour de ces concepts connaissent aujourd’hui une expansion mondiale. La plupart des auteurs s’accordent sur les conséquences positives de ce mode de travail sur le développement professionnel des enseignants, leur engagement dans l’établissement, et les conséquences sur les apprentissages et le comportement des élèves. Des effets ont également été constatés sur le climat général de l’établissement. Continuer la lecture de Travail enseignant, penser collectif ? 

A la recherche du bien-être en Education

Le colloque Le bien-être dans l’éducation : un objet de recherche pour les sciences humaines et sociales, organisé par le LabSchoolNetvork s’est déroulé du 2 au 4 octobre à Paris.

Une thématique contemporaine

La tenue de ce colloque coïncidait avec la publication du rapport scientifique du CNESCO sur la qualité de la vie à l’école,  coordonné par Agnès Florin et Philippe Guimard du CREN. Il est associé à une enquête sur la restauration et l’architecture scolaires.

Dans le contexte international, il existe actuellement de nombreuses manifestations sur le bien-être,  coordonnées par des organismes aux autorités scientifiques variées :   universités, réseaux mixtes d’institutionnels, chercheur.e.s et praticien.ne.s, organisme privé de formation professionnelle, institutions, associations :

2017 est aussi l’année d’édition du 5ème rapport mondial sur le bonheur par les Nations Unies : World Hapiness Report.

Psychologie positive, Education Nouvelle et Société Apprenante

Pascale Haag et Muriel Epstein chevilles ouvrières de cette manifestation posent le cadre de ces trois jours de rencontres, conférences et ateliers qui se tiendront entre le sous sol de l’Hôtel de Ville de Paris, et les locaux de l’EHESS. Plus de 100 intervenant.e.s, chercheuses et chercheurs, responsables institutionnels et praticien.ne.s se succèderont pendant les trois jours. Voici quelques extraits marquants de la première journée. Continuer la lecture de A la recherche du bien-être en Education 

Les sciences de l’éducation au risque de l’ovalie

Le colloque « Mêlées et démêlés, 50 ans de recherches en Sciences de l’Education » organisé par l’équipe Toulousaine du laboratoire EFTS a réussi la gageure de créer un événement réflexif et festif au service d’une « multi-discipline » scientifique. En séance d’ouverture, D. Lacroix, président de l’université de Toulouse, souligne que ce colloque permet d’inscrire cette discipline émergente dans une histoire, sans faire abstraction des polémiques.

Mélées et  Démélées ? un parallèle assumé

Le ton est ensuite donné par Jean-François Marcel, directeur de l’EFTS qui déroule avec brio l’analogie des sciences de l’éducation avec le maniement du ballon ovale.  Des champs où l’on ne craint pas de s’affronter, de controverser pour échanger, loin des précautions oratoires du « en même temps » (« pas de même temps » martèle l’orateur). On retiendra de sa leçon sommaire de rugby  l’importance des intervalles (la bonne distance du chercheur (et/ou de la chercheuse) avec son objet ?), des passages, des marquages et … des débordements, sans oublier la place de la défense et des adversaires.

Autour de la même thématique, les organisateurs du symposium ont confié à Marguerite Altet la difficile tâche de sélectionneuse des 15 figures marquantes des sciences de l’éducation pour composer une équipe qui gagne : 5 femmes, 10 hommes, qui ont répondu aux deux questions :

  • Quelle est la controverse la plus importante selon vous des sciences de l’éducation ?
  • Comment voyez-vous les sciences de l’éducation dans 20 ans ?

Continuer la lecture de Les sciences de l’éducation au risque de l’ovalie