Tous les articles par Anne-Françoise Gibert

Privée/ publique, l’école à la croisée des chemins

Le large spectre des privatisations s’étend des écoles privées à l’instruction en famille en passant pas des modalités de financement public des écoles privées, ou une incursion des modes de raisonnement, des valeurs et d’objectifs privés au sein du fonctionnement de l’école, comme dans ses curriculums. Au niveau mondial, le phénomène tend à s’accroitre depuis les années 1980, qui ont vu l’avènement des nouveaux modes de management. À cet égard, les derniers dossiers consacrés à ce sujet par la Revue Internationale d’éducation de Sèvres  – Les privatisations de l’éducation (n° 82, décembre 2019)–, La Revue d’éducation comparée La construction sociale des marchés scolaires (N°23 2020) – et les Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs – Privatisations et ségrégations de l’éducation. Perspectives internationales (n° 19, 2020) – sont éloquents et décryptent le phénomène. Si le sujet interroge pleinement le monde de la recherche, les praticiens sont confrontés au quotidien à de multiples formes de privatisation, tant à l’intérieur de l’école que à ses lisières et le Dossier de veille n°137 intitulé Privatisations, marchandisations, l’école archipel en offre quelques aperçus.

Continuer la lecture de Privée/ publique, l’école à la croisée des chemins

Corps, nature et savoirs : des relations à renouveler en éducation

Voici le résumé d’un article de recherches en éducation, à lire en intégral sur notre carnet Edupass, qui croise les investigations de Marie Gaussel sur la place du corps en éducation et les miennes autour des thématiques de savoirs et des éducations à l’environnement.

Incorporer des savoirs d’adaptation dans un monde anthropisé

Cet article s’appuie sur des travaux de divers champs de recherche en vue de développer une réflexion pour une éducation à l’adaptation. Dans le monde de la modernité tardive du fait des changements climatiques, de l’épuisement des ressources et de la perte de la biodiversité, les conditions de milieu ont évolué profondément. La culture occidentale s’est construite dans la conception d’une nature considérée comme extérieure à l’être humain. Elle a institué une éducation marquée par la forme scolaire qui, privilégiant les savoirs savants au détriment des savoirs d’expérience, coupe les élèves de leur milieu de vie et de leur corporéité. Continuer la lecture de Corps, nature et savoirs : des relations à renouveler en éducation

L’EDD toujours d’actualité

La série Édubref, lancée par le service Veille et analyses de l’IFÉ au printemps 2018, propose en quatre pages une lecture très condensée des apports des recherches sur des questions éducatives. Les derniers numéros abordent des sujets variés comme l’école inclusive, les projets à l’école, la coopération des élèves ou l’éducation artistique et culturelle.

En 2018 les élèves et étudiant·e·s sont descendu·e·s dans la rue et ont demandé une meilleure intégration des enjeux climats dans leurs cursus. Actuellement, le rythme des textes relatifs à l’organisation de l’Éducation au développement durable (EDD) dans le système éducatif semble s’être accéléré. Ainsi ces sujets s’inscrivent dans l’agenda politique  comme en témoigne également la mis en place en 2020 du groupe de travail sur l’insertion des enjeux de la transition écologique dans le Supérieur, présidé par le climatologue Jean Jouzel.

Continuer la lecture de L’EDD toujours d’actualité

Quelques aspects de l’Outdoor education

Et si l’avenir de l’école était le plein air? C’est le titre de l’article publié fin septembre dans le Figaro. Il s’inscrit dans la continuité de plusieurs appels, et publications lancés en cette période post Covid19[1] :

En avril 2020, un collectif de plusieurs dizaines de chercheurs, enseignants, formateurs et acteurs associatifs ont publié une tribune dans le quotidien Le Monde, afin de proposer que les cours puissent aussi se faire à l’extérieur des établissements : Coronavirus et si nous faisions la classe dehors ? Dans les Cahiers pédagogiques, des Membres du comité de pilotage de la recherche action « Grandir avec la nature » signent en mai une autre tribune : Pour un retour en classe dehors ! . Enfin, des enseignants agricoles publient fin aout dans le magazine Reporterre À l’école de la nature, les vies s’épanouissent [2]où les signataires veulent « transmettre cet amour inestimable des plaisirs simples et gratuits que la nature nous prodigue dans sa générosité » et constatent que « Dans nos établissements de l’Enseignement agricole public, nos espaces ne sont pas limités à l’enceinte d’une classe, pas restreints à la promiscuité et à l’immobilité d’une unité de lieu fixe contraint, pas concentrés en une densité susceptible d’être propice au stress, au bruit, à l’énervement, à la fatigue. Bien sûr, cela arrive aussi, car nos classes existent bien évidemment entre les murs, mais avec la capacité de ce choix simple et efficace : sortons ! »

Au delà de la crise sanitaire qui a accéléré la prise en compte de ces préoccupations de reconnexion de l’éducation à la nature, le mouvement s’inscrit dans un contexte plus général. Le développement de l’outdoor education depuis une vingtaine d’années est important dans les mondes scandinave et anglosaxon (Royaume –Uni, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande), et plus récent dans d’autres pays (Turquie, Estonie). Il et a généré de nombreuses recherches dont les objets  rejoignent les problématiques de recherche en santé publique relatives au déficit d’activité physique des jeunes générations, questionnements renforcés par l’apparition de nouvelles affections psychiques liées à la dégradation de l’environnement telles l’écoanxiété et la solastalgie. Les chercheuses et chercheurs s’intéressent aux conditions d’apprentissage informel ou complémentaires aux modes enseignements traditionnels, à leurs résultats et aux bénéfices induits en terme de compétences sociales et émotionnelles.

A quels modes d’organisations  ce terme générique de classe dehors  se réfère-t-il ? Dans ce billet[3] j’esquisse une modeste typologie de l’outdoor éducation à partir de revues de littérature consacrée au sujet dans différents pays.

Continuer la lecture de Quelques aspects de l’Outdoor education

L’histoire des textes officiels en dit long sur la difficulté de l’école à enseigner la transition écologique

Cet article est paru dans la Lettre de l’éducation du 26 mai 2020

 

Le phénomène d’un virus qui fait le tour du monde à grande vitesse peut-il être l’objet, en classe, d’une leçon de géographie ? De sciences ? De politique ? Ne serait-il pas plus judicieux d’en faire l’étude au sein d’une matière interdisciplinaire que l’on pourrait nommer « environnement » et inscrite à l’emploi du temps des élèves ? Pourquoi peut-on être surpris d’avoir à se poser cette question en 2020 ? Car dès 1977, la conférence intergouvernementale sur l’éducation relative à l’environnement soulignait la nécessité : « d’acquérir les connaissances, les valeurs, les comportements et les compétences pratiques nécessaires pour participer de façon responsable et efficace à la prévention et à la solution des problèmes de l’environnement et à la gestion de la qualité de l’environnement ». Comment l’Éducation nationale a-t-elle pensé l’éducation à l’environnement depuis cette date ?

Continuer la lecture de L’histoire des textes officiels en dit long sur la difficulté de l’école à enseigner la transition écologique

D’où vient le terme … apprenant

Nation apprenante, où est passée l’éducation ?

Cet article se propose de parcourir le panorama de l’utilisation du terme  « apprenant », fort diffusé en ces temps de confinement. Quelles sont ses utilisations et que recouvre-t-il ?

Afin d’assurer une forme de continuité pédagogique, « l’école à la maison », le Ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse a lancé le 18 mars 2020, au surlendemain du confinement, l’opération « nation apprenante ». Mise en place en concertation avec les médias France Télévisions, Radio France et Arte, elle s’apparente ainsi à une palette d’émissions éducatives. Où est donc passé le terme «  éducation » ? Est-il en passe de devenir obsolète, anachronique, ou désuet ? Quelles raisons poussent à substituer l’adjectif substantivé « apprenant » à celui « d’éducatif » qui prévalait jusqu’alors ?

Pour mieux saisir ce changement de vocable, revenons sur les tribulations de ce terme d’apprenant, qui au gré de publications et de déclarations politiques, a été accolé successivement à de nombreuses structures comme « organisations », « communautés », « établissements », « territoires » puis « société », « académies » et désormais « vacances » ou « colonies ».


Continuer la lecture de D’où vient le terme … apprenant

Quelques pistes pour éduquer en Anthropocène

Quelle est la relation entre le COVID-19 et l’urgence climatique ? Entre autres l’incertitude associée à des risques que nous apprenons à connaitre et la nécessité de prendre des mesures à la hauteur des enjeux. Nous sommes aujourd’hui, et pour un temps indéterminé, en confinement généralisé. Est-ce que cette période de quarantaine va nous conduire à des façons différentes de penser ? Certaines recherches consacrées à l’éducation à l’environnement montrent que l’expérience de vie conditionne la motivation envers les apprentissages et la profondeur de ces apprentissages.

 

le Dossier de veille de l’IFE n° 133 Éduquer à l’urgence climatique parcourt des travaux scientifiques relatifs à ce que certains chercheurs nomment la littératie climatique, pour se situer dans un monde en dérèglement, s’attarde sur les compétences nécessaires pour faire des choix éclairés, et s’intéresse aux conditions de développement d’une écocitoyenneté essentielle.

Continuer la lecture de Quelques pistes pour éduquer en Anthropocène

Zoom sur les tests de littératie énergétique

Pour prendre en compte la multidimensionnalité des constructions cognitives, affectives (valeurs personnelles et aux sentiments d’auto-efficacité) et comportementales de la littératie énergétique, Dewaters & Power ont construit une échelle basée sur la recherche en psychologie de l’éducation et en psychologie sociale (Dewaters & Power, 2011, 2013. À leur suite, plusieurs tests de littératie énergétique ont été développés, basés sur les connaissances, les attitudes et les comportements, dont vous trouverez un aperçu ci dessous. Ces tests offrant un panorama relativement diversifié, il nous a paru intéressant, en complément du dossier de veille « Éduquer à l’urgence climatique » de vous en présenter quelques uns ici.

Continuer la lecture de Zoom sur les tests de littératie énergétique

Quoi de neuf en anthropocène ? du coté des programmes scolaires

Pourquoi aller en classe si le futur climatique n’est pas pris en compte par les politiques ? Ainsi parlait Greta Thunberg lors de sa première grève de l’école devant le parlement suédois, suivi au long de l’année scolaire 2018-2019 par un ensemble d’élèves et d’étudiants. Longtemps le propos a été renversé, et souvent implicitement c’est les élèves qui étaient chargés de leur futur, invités à mettre en place des comportements vertueux ou d’encourager leurs parents à le faire. Désormais, au delà des gestes individuels, la réflexion, en particulier dans le cadre de la recherche en éducation au développement durable, se déplace vers les possibilités d’engagement citoyen et politique au sein des établissements et de leurs territoires. Nous voici embarqués et l’intitulé d’un ouvrage récent « Éduquer en anthropocène » montre l’imbrication étroite entre l’objet de cette éducation et le milieu dans lequel il s’inscrit.

Au risque d’une simplification abusive, Wynes (2019), dans la revue Green Teacher[1] propose de se concentrer sur l’essentiel pour l’enseignement du changement climatique. Il présente cinq messages clés à faire passer au public pour l’encourager à agir :

  • The Earth is warming
  • It’s Bad
  • It’s because of humans
  • Experts agree
  • We can fix it

La question fondamentale réside désormais dans la dernière assertion, et les controverses portent sur la façon dont nous pouvons agir face à ce défi climatique.

Au delà de la définition de son contenus, il semble que l’éducation au changement climatique (ECC) soit en train de se normaliser. Si l’on se réfère à quelques récentes déclarations, il apparaît qu’elle est passée d’un sujet confidentiel à un sujet « mainstream ». Les mobilisations en faveur de l’ECC se sont multipliées au cours de cette dernière année aboutissant à des résultats, comme en France, le renforcement des programmes des lycées, en seconde en SVT et Histoire Géographie, l’impact des activités humaines sur le milieu, dans l’enseignement scientifique de première et  la totalité de l’enseignement scientifique de terminale qui sera consacré aux enjeux climatique à partir de la rentrée 2021.

Revenons en cette fin d’année sur un aperçu de ces mobilisations, en France et au delà.

Continuer la lecture de Quoi de neuf en anthropocène ? du coté des programmes scolaires

Quoi de neuf en anthropocène ? les valeurs des mots climatiques

Dans le billet précédent, j’ai mentionné le fait que le terme « urgence climatique » avait été retenu comme mot de l’année par les Oxford Dictionary. Les mots ont leur importance pour nous permettre de penser le monde et leur évolution mérite toute notre attention. Les mots sont aussi une source de revenus, source principale du moteur de recherche Google basé sur le fonctionnement d’AdWords. Cet état de fait a conduit le professeur en humanités digitales suisse Kaplan  à qualifier ce phénomène de «capitalisme linguistique ». En particulier, les mots relatifs au changement climatique sont marchandisés. Le chercheur en sciences de l’information Ertzscheid relate sur son blog affordance.info l’histoire de Mike Bloomberg, 11ème fortune mondiale et futur candidat à la maison blanche, qui vient d’acheter le mot climat sur Google, ainsi que 840 expressions liées, pour les requêtes émanant de certains états susceptibles de a faire basculer le vote.

La publication de la toute récente note d’orientation et de propositions pour le renforcement des enseignements relatifs au changement climatique, à la biodiversité et au développement durable (cycles 1, 2, 3 et 4) – décembre 2019 du conseil supérieur des programmes est l’occasion de s’interroger sur le choix de mots du climat dans notre système éducatif.

Continuer la lecture de Quoi de neuf en anthropocène ? les valeurs des mots climatiques