Qualité de l’enseignement et de l’apprentissage : la vision de l’université d’Uppsala

Accueillie au sein de la Division qualité de l’université d’Uppsala en juin dernier, j’ai pu découvrir tout un écosystème au service d’une amélioration continue de l’enseignement, soutenu par une gouvernance très impliquée, motrice.

Cette implication ne relève pas de la seule initiative de l’université bien entendu, certaines prescriptions, telle la mise en oeuvre de la formation pédagogique des enseignants, sont émises à l’échelon national. Charge aux universités suédoises, pour continuer l’exemple, d’élaborer une offre mixant cours théoriques et dimensions pratiques, modules de base et modules avancés, pour permettre aux futurs enseignants-chercheurs de suivre les dix semaines de formation obligatoires en vue de la titularisation. L’université d’Uppsala n’est donc qu’un « cas » parmi d’autres, particulièrement « exemplaire » du fait d’un engagement stratégique de longue date en faveur de l’excellence en recherche et en enseignement, à part égale en apparence.

Les lignes directrices de la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage

L’université a ainsi construit une « vision » de la qualité de l’enseignement, dont les principes sont explicités dans un document de référence intitulé Teaching and learning at Uppsala University. Visions for Educational Activity and Development, ratifié par le conseil d’administration. Ce document téléchargeable et disponible en suédois et en anglais (19 pages), pose les bases pour une culture commune en termes de construction d’offre de formation, de promotion du développement professionnel et d’évaluation de l’enseignement. L’édition révisée en 2018 présente les quatre objectifs généraux qui structurent cette vision : créer les conditions favorables à l’apprentissage des étudiants, accompagner l’évolution continue et systématique des diplômes, fournir des opportunités de développement professionnel aux enseignants (pédagogie et didactiques) et reconnaître la légitimité des activités d’enseignement dans la carrière.

Ces objectifs, formulés à partir des missions et valeurs de l’université, sont le fruit d’un travail concerté entre les directeurs d’étude et responsables pédagogiques des facultés, les organisations étudiantes, la gouvernance de l’université et la bibliothèque universitaire. Ils sont considérés comme le point de départ d’une vision partagée de la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage.

Cette vision repose sur l’affirmation que les connaissances, compétences et attitudes acquises par les étudiants pendant leur scolarité supérieure à Uppsala constituent les fondations pour un apprentissage tout au long de la vie. L’affirmation ne semble pas juste rhétorique, elle est structurante pour toutes les lignes directrices produites par l’université, elles mêmes apparemment largement diffusées auprès des personnels.

Ce qui frappe dans cette « vision », c’est la responsabilité là aussi partagée de la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage : « The key to sound education is teachers who are proficient in science and pedagogy, students who are engaged and willing to take responsability, and effective interaction with society ». Les fondations pour l’apprentissage tout au long de la vie sont donc l’affaire de tous, personnels et étudiants. Si la participation active des étudiants eux mêmes est considérée comme un élément clé, l’engagement de l’institution au service de cette vision est tangible et la responsabilité des équipes enseignantes établie comme essentielle. L’université ne se contente donc pas d’énoncer des grands principes qui resteraient très éloignés des pratiques professionnelles, elle définit les champs d’action de chaque acteur.

Je reproduis ici le plan général de ces lignes directrices pour la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage, articulées autour des quatre objectifs précédemment cités.

  1. Créer les conditions favorables à l’apprentissage des étudiants
    1. une approche « scientifique », tant dans la façon d’enseigner, que dans les contenus d’enseignement et les compétences à acquérir
    2.  des environnements d’apprentissage, physiques et virtuels, propices
    3. des espaces et modalités d’enseignement qui favorisent les interactions et la coopération entre enseignants et étudiants
    4. des activités d’apprentissage qui stimulent la participation des étudiants
    5. un curriculum avec des objectifs et contenus d’apprentissage explicites, et une progression également explicite
    6. des modalités d’évaluation formative et sommative alignées avec le curriculum et là aussi clairement présentées
  2.  Accompagner l’évolution continue et systématique des diplômes
    1. des évaluations régulières des différentes dimensions curriculaires (notamment par les étudiants) : contenus, cohérence, utilisation des TIC…
    2. un travail collectif des pairs enseignants et des pairs étudiants
    3. un leadership pédagogique affirmé (soutenu par l’environnement)
  3. Fournir des opportunités de développement professionnel aux enseignants
    1. intégration des nouveaux enseignants, sensibilisation à leurs responsabilités d’enseignant (via mentorat par ex.)
    2. formation de base pour tous les enseignants, y compris les doctorants, obligatoire pour les nouveaux recrutés qui visent la titularisation
    3. développement professionnel continu, en pédagogie et didactique
  4. Reconnaître la légitimité des activités d’enseignement dans la carrière
    1. examen de la formation de base reçue et évaluation des acquis d’apprentissage
    2. utilisation d’un portfolio pour garder trace des activités d’enseignement (mobilisé pour les promotions)
    3. excellence en enseignement : récompense et dissémination

On note l’équilibre entre engagements de l’institution et des étudiants dans les deux premiers objectifs et mobilisations conjointes de l’université et des enseignants dans les deux derniers. Chaque élément de ces lignes directrices est ainsi décliné en exemples détaillés ; les responsabilités à la fois en terme de mise en œuvre et de facilitation à la mise en œuvre sont établies, et les implications pour l’étudiant ou pour l’enseignant explicitées. Au niveau institutionnel, les différentes parties prenantes sont explicitement mentionnées. Cet équilibre est posé comme une évidence, la stratégie se veut résolument systémique. Pas de discours outrancier ici sur le numérique levier de la pédagogie car le levier du changement, ce sont les individus.

Je prendrai quatre exemples pour illustrer cette vision explicite et concertée. Le premier est extrait de la rubrique 1.2 A good learning environment :

Le deuxième est extrait de la rubrique 2.1 Regular follow-up and feedback :

Le troisième est extrait de la rubrique 3.1 Introduction of new teachers :

Le quatrième est extrait de la rubrique 4.1 Reviewing teaching qualifications :

—–

Deux autres billets, à paraître dans les prochains jours, rendront compte de mon séjour à l’université d’Uppsala :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.