La réussite étudiante vue depuis les observatoires de l’enseignement supérieur

Si les observatoires de l’enseignement supérieur présentent une certaine diversité à la fois dans leur positionnement institutionnel et dans les profils de compétences qui composent les équipes, leurs missions ont également connu des évolutions significatives au rythme des réformes des 10 dernières années et les objets sur lesquels ils travaillent se sont considérablement diversifiés. Les enquêtes d’insertion ne sont en effet plus les seules missions légales de ces structures, la mesure touche aussi désormais les questions d’accès à l’université et de réussite étudiante.

C’est en tous cas l’un des messages clairement portés par les JNO (journées nationales des observatoires) qui se sont tenues la semaine dernière à l’université de Montpellier et dont le thème central était justement « la réussite étudiante ». Ces journées ont accueilli environ 120 participants, avec plus de 100 établissements représentés, signe de la vitalité de ce réseau – RÉSOSUP – créé il y a maintenant 12 ans sur les fondations posées dès les années 1970 par le CÉREQ (à cette époque intégré à l’ONISEP) et dans les années 1990 par l’OVE.

Les premiers observatoires locaux, apparus dans la décennie 1990 (OURIP en Rhône Alpes, OFIP à Lille…), constituaient une prise de distance par rapport aux enquêtes du CÉREQ, jugées inadaptées aux besoins des établissements de mieux connaître leur propre population étudiante. La mise en place d’un groupe de travail sur l’enseignement supérieur (GTES) en 1993, regroupant personnels des centres associés Céreq et des observatoires, a alors joué un rôle de catalyseur dans la multiplication des structures d’observation locales ou régionales. Dès lors, la dynamique était lancée, autour de la mesure de l’insertion professionnelle le plus souvent, mais aussi sur le devenir des étudiants de première année, le décrochage, la réorientation, dans un contexte de massification des effectifs étudiants.

Avec l’arrêté Bayrou de 1997, prônant la généralisation des enquêtes d’évaluation des formation et des enseignements, le périmètre des observatoires s’est progressivement élargi. Au cours de la dernière décennie, de nouveaux jalons ont été posés pour asseoir la place des observatoires dans le paysage à la fois institutionnel et national, même si on peut déplorer la faible visibilité de leurs travaux encore aujourd’hui : création de Résosup en 2006, association loi 1901 qui regroupent les professionnels des observatoires ; entrée en application de la LOLF en 2006 aussi, qui renforce les logiques de reddition de comptes introduites par les contrats quadriennaux ; création de l’agence qualité AERES qui s’intéresse à la rentabilité des diplômes à l’aune de l’insertion des diplômés ; loi LRU en 2007 qui ouvre essentiellement deux chantiers nécessitant une production d’indicateurs : la réussite étudiante (avec le PRL) et l’insertion professionnelle (avec l’ouverture obligatoire de BAIP dans chaque université).

Dès lors les liens avec l’administration centrale vont commencer à se renforcer. LRU, LOLF, contrats quadriennaux puis quinquennaux, AERES puis HCERES, tous ces « dispositifs » formulent des exigences en matière d’indicateurs, alors que parallèlement la demande locale (institutionnelle) s’intensifie dans le cadre de démarches d’autoévaluation mieux formalisées. La première enquête d’insertion à 30 mois lancée par la DGESIP en 2009, basée sur une collecte déconcentrée qui implique tous les observatoires, est un des principaux composants de ces rapprochements entre Résosup et le MESR, rapprochements évidemment marqués par l’alternance politique (avec la loi ESR de 2013, les enquêtes d’insertion sont positionnées à 1 et 2 ans).

L’évolution de ces structures depuis 20 ans constitue sans doute un bon analyseur des évolutions de l’université française, exagérément perçue comme « immobile ».  L’examen des organigrammes conforte cette intuition, avec environ un tiers des observatoires rattachés aux directions des études / formations / vie étudiante, un sixième dépendant des directions du pilotage et un autre sixième placés dans le giron des SCUIOP-IP. L’enquête lancée en 2017 par le réseau sur le réseau montre que les trois quarts des personnels permanents des observatoires sont diplômés à bac +5… un vivier de compétences que nos gouvernances négligent souvent, au profit du corps légitime des enseignants-chercheurs écartelés entre une foultitude d’activités.

Si l’insertion professionnelle et le suivi des parcours d’études constituent des thématiques privilégiées de travail, d’autres thèmes tels que les conditions de vie et d’études, l’évaluation des formations et la liaison lycée-université, orientent les activités. L’observatoire de Pau a par exemple développé une expertise reconnue au sein du réseau en matière d’évaluation des enseignements. L’observatoire de Montpellier mène une étude sur la caractérisation de la réussite par l’étudiant (mettant en évidence l’existence de deux pôles, un liant la réussite à sa finalité, sa rationalité, l’autre associant la réussite au « comment » plus qu’au « pourquoi », par la mobilisation du réseau). L’observatoire de St Etienne anime un groupe de travail autour des questions d’évaluation des stages étudiants. L’observatoire de Rennes 1 est impliqué dans la construction d’une méthodologie d’enquête sur la vulnérabilité étudiante. Beaucoup d’observatoires s’interrogent aujourd’hui sur la mesure à construire autour des voeux sur Parcoursup (désormais non hiérarchisés). Un certain nombre de travaux portent également sur des sous-populations, qu’il s’agisse des inscrits en licence ou bien des stagiaires de la formation continue par exemple.

L’ancrage partenarial est d’abord régional, les deux principaux partenaires étant le rectorat et la région. Mais des liens se construisent aussi avec les organismes interfaces entre la formation et l’emploi (dont on mesure, en les écoutant, la dispersion) : observatoire de l’emploi, CARIF-OREF, pôles de compétitivité… via les conseils de perfectionnement des universités par exemple, ou via les espaces de rencontres plus ou moins formels proposés par les uns ou les autres. Deux constats clés à mon sens ont émaillé les présentations sur ces questions lors des JNO : l’idée que l’emploi n’est pas aussi systématiquement qu’on aimerait le croire lié au domaine de formation initiale d’une part ; et l’idée que les employeurs donnent la priorité aux compétences transversales (soft skills : autonomie, implication, adaptabilité, qualité relationnelle… ) par rapport aux compétences techniques (qui elles peuvent s’apprendre sur le poste de travail, ou via un retour ponctuel en formation)… Ce qu’il convient d’en déduire sur l’offre de formation des universités, sur l’équilibre à trouver entre compétences et contenus n’est cependant pas évident. Et ce n’est pas le sujet du jour.

En tous cas, ces JNO ont été pour moi une belle découverte. La qualité des travaux conduits par le réseau et des échanges éprouvées durant ces 3 jours donnent à voir une conception de l’excellence qui, à défaut d’être revendiquée, existe en actes.

 


Une réflexion au sujet de « La réussite étudiante vue depuis les observatoires de l’enseignement supérieur »

  1. Bonjour,
    « l’idée que les employeurs donnent la priorité aux compétences transversales (soft skills : autonomie, implication, adaptabilité, qualité relationnelle… ) par rapport aux compétences techniques… »
    Vous avez tout dit, le décalage entre les (2) mondes (université-école et entreprise), est lié aux 2 logiques pédagogique et productive, les jeunes, en recherche de stage ou d’entreprise pour l’apprentissage, en font les frais, et, en sont les révélateurs. Un CV listant un programme, un référentiel de formation et, de l’autre, l’entreprise, tournée vers la dimension opérationnelle : qu’est ce que tu sais faire, qu’est ce que tu vas m’apporter …?
    Une approche par autre chose que le CV (portefeuille de compétences par exemple), où le jeune met en avant, son potentiel, son projet, plutôt, ses intérêts professionnels… avec en ligne de mire, de quoi l’entreprise a t-elle besoin ?
    Nos années de fac et de lycées nous préparent à un diplôme, lequel, facilite l’insertion. Pourtant, c’est en entreprise, que nous passons le plus clair de notre temps ! C’est entre les 2 transitions que le jeune a le plus besoin d’être accompagné, cela ne se prépare pas seulement en envoyant CV + LM. C’est aussi le moment où le jeune se retrouve seul, pour affronter le monde des adultes, du travail.
    L’autre blocage est lié à la multitudes acteurs (la formation)….
    Pour conclure, il s’agit d’aider le jeune à désapprendre pour apprendre, une nouvelle logique, vocabulaire, codes (les fameux SE, que nous devrions nommer SVE, savoirs vivre ensemble, puisqu’en entreprise, je ne suis pas seul, c’est là où cela peut poser problème : s’adapter à l’autre, l’équipe…).
    Envoyer un CV et une LM qui ressemblent à 90 % à ceux sur le marché, et faire l’inventaire de sa formation universitaire, ça ne suffit malheureusement pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.