La géographie de l’éducation, une discipline de recherche … de la périphérie au centre ?

Histoire, philosophie, sociologie, … de l’éducation : à ces regards disciplinaires manque encore souvent à l’appel la géographie. Et pourtant, les objets éducatifs à résonance géographique ne manquent pas à l’heure actuelle. De la carte scolaire aux territoires apprenants, des projets éducatifs territoriaux (PEDT) aux réseaux d’éducation prioritaire (REP), quels sont les objets, méthodes et théories qu’investissent ceux et celles qui veulent spatialiser l’analyse en éducation ?

Si la DEPP produit annuellement une Géographie de l’École et que le CNESCO publiera le 17 octobre 2018 un rapport scientifique sur le thème Éducation et territoires, que la revue Diversité s’interroge sur l’expérience du territoire (n°191, janvier-avril 2018) et que le passage par la carte est un outil de travail pour le pilotage en éducation prioritaire au Centre Alain-Savary de l’Institut français de l’éducation (qui dispose aussi d’un observatoire des politiques locales d’éducation et de la réussite éducative), quelle contribution peut être celle des géographes pour comprendre les logiques d’organisation spatiale de l’école en France ?

Vendredi 22 juin 2018 a eu lieu à l’ENS de Lyon une journée d’étude organisée dans le cadre du programme ECRITE (étude sur les contextes de recompositions territoriales en éducation) qui a permis à différentes générations d’acteurs et actrices qui contribuent à l’institutionnalisation progressive d’une géographie de l’éducation de soulever certaines de ces questions.

Méthodes

La journée d’étude était consacrée aux « données » statistiques. Les chercheurs ont fait état de leurs itinéraires de recherche, ou plutôt dans certains cas de leur parcours du combattant : réussites et difficultés à accéder, grâce aux innovations technologiques des dernières décennies et malgré les questionnements déontologiques et éthiques qu’elles ont entrainées, à des données produites par les services, centraux ou déconcentrés, du Ministère de l’Education nationale, à des fins de recherche.

Pour partir de l’exemple de la plate-forme APB : accéder aux données à l’ère de l’open data demande de penser en amont l’architecture de leur collecte et de leur archivage, en confrontant des logiques administratives, techniques et scientifiques, afin de pouvoir produire des analyses géographiques à partir de ces données.

Croiser les méthodologies, quantitative et qualitatives, reste cependant nécessaire pour donner à voir et comprendre voir ce que les statistiques ne permettent pas d’approcher : le rapport des parents à l’institution scolaire, la perception de l’environnement, physique et social, de l’école, située dans un quartier ou une rue.

Objets

S’inscrivant dans l’héritage d’une géographie avant tout sociale et urbaine, les grandes thématiques abordées ont renvoyé à la question des inégalités socio-spatiales. Plusieurs échelles géographiques, articulées à différentes périodes de la scolarité de la maternelle à l’université, ont illustré cet enjeu de justice spatiale pour le système éducatif français : une expérimentation à l’échelle d’une école de quartier à Perpignan, les phénomènes d’ « évaporation » et de « condensation » scolaires autour de certains collèges à Paris et à Marseille, la durabilité des mobilités quotidiennes au sein de l’aire urbaine lyonnaise, enfin une cartographie des systèmes universitaires qui souligne en France le poids des grandes villes universitaires de province dans les trajectoires de formation.

La question de l’utilisation de données géolocalisées en éducation, entre autres à des fins politiques, médiatiques ou commerciales, a été posée à plusieurs reprises. L’analyse des jeux d’acteurs complexes qui se déploient aux Etats-Unis, mettant en tension à différentes échelles intérêts privés et publics, locaux et fédéraux, a permis de mettre au jour les usages, entre autres immobiliers, du caractère public des classements d’établissements permis par l’industrie du test standardisé destiné à mesurer les performances des élèves.

Références

Penser la géographie de l’école dans un cadre universitaire nécessite de s’inscrire dans des cadres théoriques. Ceux-ci sont devenus aujourd’hui, pour les chercheurs et chercheuses présentes lors de cette journée d’étude, largement plus internationaux, en particulier anglo-saxons et allemands, que français.

Lire les enjeux éducatifs actuels sous un angle spatial et international … un nouveau dossier pour la Veille ?


Une réflexion au sujet de « La géographie de l’éducation, une discipline de recherche … de la périphérie au centre ? »

  1. s’agit-il d’un élargissement des sciences de l’éducation ? quelle soit la bienvenue après de son homologue  » l’histoire de l’éducation » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.