Unisciel : 10 ans déjà et pas une ride !

Unisciel ne s’occupe pas simplement de valoriser les ressources numériques pour l’enseignement des sciences dans le supérieur. Né dans la mouvance des universités numériques thématiques (après une impulsion initiale au sein du RUCA – réseau universitaire des centres d’autoformation dans les années 1990), le groupement d’intérêt scientifique (GIS ) a su évoluer depuis 10 ans pour aujourd’hui se distinguer nettement des autres projets d’UNT.

C’est la dimension « accompagnement » qui prévaut et qui structure les activités du groupement bien au-delà de l’appui même à la conception de ressources, qui figurait aussi dans les missions premières. Au premier plan, ce sont des projets multiples visant l’appropriation de ces ressources et oeuvrant plus largement pour la transformation pédagogique des 45 établissements membres. Le numérique n’est donc plus l’entrée privilégiée dans la pédagogie, même s’il ne s’agit pas de l’évacuer bien entendu (voir le projet Socles 3 par ex., un parcours de niveau licence, en ligne, structuré et scénarisé à partir des ressources Unisciel existantes).

Les problématiques sont multiples donc, depuis la lutte contre l’échec en licence et la mise en oeuvre de la loi ORE (au coeur des journées annuelles qui se sont déroulées à l’ENS de Lyon la semaine dernière), à la prise en compte des besoins des étudiants salariés, des étudiants internationaux ou des étudiants en situation de handicap, à l’accompagnement des pratiques pédagogiques et aux transformations curriculaires (AAP NCU notamment), en passant par la diffusion de la culture scientifique auprès d’un public plus large (cf. par ex. le Mooc Quidquam  et la série-documentaire Kezako).

Unisciel n’est d’ailleurs plus l’ « université des sciences en ligne », son logo met en évidence désormais « l’essentiel » que constitue la réussite des études supérieures en sciences (maths, informatique, physique, chimie, sciences de la vie, sciences de la terre et de l’univers). Un projet phare au service de cette réussite, c’est le lancement en 2015 de Faq2sciences, une banque de questions pour l’autopositionnement des néobacheliers, projet qui bénéficie aujourd’hui d’un intérêt renouvelé avec les « attendus de formation » et les « oui si » à venir dans le cadre de la loi ORE.

Faq2sciences permet ainsi à tout candidat aux études scientifiques de vérifier s’il ou elle possède les prérequis nécessaires à la réussite. La visée est formative bien entendu, il ne s’agit pas de doubler l’évaluation sommative du baccalauréat. Comme tous les projets Unisciel, l’outil est flexible et collaboratif : les questions peuvent être utilisées à différents moments, en amont ou en aval des voeux d’orientation ; les lycéens et étudiants peuvent se tester en autonomie, ou bien être accompagnés dans la lecture des résultats ; à l’université, certaines composantes intègrent les questions à Moodle, d’autres les diffusent en papier ; les établissements membres ont la possibilité de modifier ou d’ajouter des questions (et de les mutualiser) et Unisciel fournit l’accompagnement à la mise en oeuvre si besoin.

Le moment de passation reste important, selon les modalités de remédiation envisagées. C’est ce que révèlent aussi les expériences belges, avec la « sécession » de l’Université catholique de Louvain qui s’est désolidarisée du consortium à l’initiative du projet des Passeports pour le bac (2007), pour lancer récemment DiagnoSciences, centré sur un diagnostic anticipé (avant l’entrée dans le supérieur) de compétences transversales et disciplinaires.

En France, certains établissements mobilisent Faq2sciences en contrôle continu, mais ce n’est pas sa vocation première. Faut-il demander aux étudiants de passer le test lors de l’inscription administrative avant les vacances d’été ? ou bien lors de la semaine d’intégration avant l’inscription pédagogique ? L’expérience d’appropriation menée à l’UCBL en biologie montre que le choix n’est pas si simple et que, quel que soit le moment, la remédiation ne va pas non plus de soi. Tant pour les néobacheliers qui, s’ils prennent conscience de l’effort à fournir pour réussir et de leurs faiblesses individuelles, ne savent généralement pas s’organiser par eux mêmes pour profiter des ressources de remédiation, que pour les référents pédagogiques qui exploitent finalement peu les résultats.

La démarche parviendra-t-elle à s’installer dans les pratiques tant étudiantes qu’enseignantes, voire à essaimer au delà de la problématique somme toute spécifique d’accès des néobacheliers aux études supérieures ? alors que les discontinuités des parcours  de formation sont la règle et la continuité l’exception ?…

On en reparlera sans doute à l’occasion des 20 ans d’Unisciel !… en attendant pour une analyse des enjeux liés aux tests de prérequis dans le contexte de la transition secondaire-supérieur et des expériences belges de mise en oeuvre, la lecture de cet autre billet publié sur Éduveille en 2015 ne peut pas être néfaste 😉

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.