Travail enseignant, penser collectif ?

Le  Dossier de veille de l’IFE n° 124 d’avril 2018 est consacré aux différentes formes de travail collectif enseignant. Cette thématique a traversé plusieurs dossiers, en particulier les revues de littérature sur les sujets du leadership et de l’établissement.

 

Si l’exercice de la profession enseignante est traditionnellement considéré comme relativement autonome, la complexification du métier et les prescriptions nationales et internationales poussent au développement de pratiques professionnelles collectives. Ainsi, le dernier référentiel de compétence des métiers du professorat et de l’éducation de 2013 insiste sur la dimension collective du métier (coopérations, communauté éducative et démarche individuelle et collective de développement professionnel).

Depuis une quinzaine d’années, le travail collectif des enseignant.e.s est abondamment analysé dans des études anglo-saxonnes au travers des concepts de Communauté d’apprentissage professionnel (CAP) et de Communautés de pratique (CDP). Les travaux de recherche autour de ces concepts connaissent aujourd’hui une expansion mondiale. La plupart des auteurs s’accordent sur les conséquences positives de ce mode de travail sur le développement professionnel des enseignants, leur engagement dans l’établissement, et les conséquences sur les apprentissages et le comportement des élèves. Des effets ont également été constatés sur le climat général de l’établissement.

Certaines situations favorisent le travail collectif :

  • les engagements choisis dans des collectifs professionnels ou militants ;
  • les inscriptions dans des travaux de recherches ;
  • l’apprentissage du métier, en particulier par l’observation de pratiques ;
  • les dispositifs éducatifs et pédagogiques mis en place dans la perspective d’une école plus « inclusive », qui requièrent la participation de métiers complémentaires ou la mise en réseau de professionnels.

En nous basant sur différents modèles de recherche, nous nous sommes efforcés dans cette revue de littérature, de dégager les facteurs du travail collectif :

  • le partage d’un objectif commun ;
  • l’élaboration de ressources en lien avec les apprentissages des élèves ;
  • des dialogue, concertations et controverses ;
  • des échanges et des productions de savoirs professionnels à partir de la pratique ;
  • une gouvernance partagée.

La professionnalisation est une démarche résolument collaborative. Elle s’insère aussi dans un parcours de reconnaissance. Le travail collectif enseignant ne peut s’exercer que dans une double tension entre liberté d’exercice et organisation de type leadership distribué.


2 réflexions au sujet de « Travail enseignant, penser collectif ? »

  1. BonJour,
    je tenais simplement à vous remercier chaleureusement pour la richesse de ce document que j’ai lu avec grand plaisir et qui me servira énormément dans le cadre de mon travail. Je le partage régulièrement autour de moi.

    Je vous souhaite une belle journée.

    Laurent Boiteux
    Chef de projet et Formateur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.