Entamer une carrière de recherche en sciences de l’éducation : quels défis ? Un regard suédois

Le dernier numéro de la revue British Journal of Sociology of Education propose un article qui fait le point sur les défis auquel se trouvent actuellement confrontés les jeunes chercheurs et chercheuses en sciences de l’éducation en Suède lorsqu’ils et elles envisagent leur futur parcours académique.

Le point de départ de l’article est un tableau général rappelant le conflit de valeurs entre enseignement et publications auquel sont confrontés les enseignants-chercheurs (voir à ce propos le récent Dossier de veille de Laure Endrizzi : Recherche ou enseignement : faut-il choisir ? ), et l’influence qui exerce le genre : globalement, les femmes assurent davantage que les hommes les tâches administratives et les activités d’enseignement, ce qui apparait comme un facteur de ralentissement de leur progression de carrière dans la recherche.

La recherche relatée étudie plus précisément la façon dont les jeunes enseignants-chercheurs et enseignantes-chercheuses en sciences de l’éducation arbitrent leurs choix.

L’article fait apparaitre différentes tensions :

  • entre les conceptions du travail académique, plusieurs des enquêté.e.s faisant état de dilemmes produits par les contradictions entre leur propres attentes vis-à-vis du travail de recherche et leur perception des attentes de leur département, ainsi que les contradictions concernant la conception du temps, du travail et de la réussite entre leurs différents collègues ;
  • entre les stratégies de travail et la reconnaissance obtenue, puisque la plupart des enquêté.e.s affrontent à la fois la nécessité de produire des écrits de recherche – clé de leur reconnaissance académique – et celle d’effectuer les autres tâches qui leur sont dévolues ;
  • entre le travail et la vie privée : l’article met en lumière le fait que, bien que les sciences de l’éducation constituent un domaine de recherche relativement récent, on y retrouve une structure « genrée » traditionnelle, et que, sur ce point, ce sont les femmes qui sont le plus confrontées à ce problème.

Pour consulter l’article :

https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/01425692.2017.1356219


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.