Quelles pratiques des recherches en éducation pour la formation des enseignant.e.s ?

En novembre dernier, le service Veille et Analyses organisait une formation à destination des acteur.rice.s du système éducatif sur la lecture critique et la mobilisation des écrits de recherche dans le cadre de leur pratique professionnelle. Deux journées de formation organisées par le Centre Alain Savary à l’IFé la semaine dernière ont été l’occasion de reprendre et d’approfondir la réflexion sur cette thématique à partir des pratiques de formateur.rice.s et coordinateur.rice.s exerçant en éducation prioritaire et de conseiller.ère.s pédagogiques de circonscription de l’académie de Lyon. Quels gestes et quels enjeux se cachent au quotidien derrière l’expression « articuler théorie et pratique en formation » ?

Exercer son esprit critique sur les productions issues des recherches en éducation

Les formateur.trice.s utilisent un grand nombre de canaux et de supports pour accéder à des connaissances scientifiques difficiles à synthétiser, voire à des résultats de recherche à première vue contradictoires : lectures d’articles de revue ou d’ouvrages, consultation de sites Internet institutionnels ou collaboratifs, assistance à des conférences ou visionnage de captation vidéo de ces dernières … les Dossiers de Veille de l’Ifé figurent bien entendu également dans cet inventaire !

Construire des compétences spécifiques pour développer et nourrir un sentiment d’efficacité objective et subjective dans leur analyse constitue un enjeu de légitimité fort pour ces professionnels. Sur quels critères évaluer la pertinence d’une publication d’apparence scientifique ? Quels sont les savoirs utiles aux formateur.rice.s, mobilisables pour répondre efficacement aux besoins des élèves et à ceux de leurs enseignants en formation ? Comment se repérer efficacement dans le champ des disciplines, des concepts, des auteurs et des controverses qui les met en présence ?

La documentation réunie en amont d’une formation doit aussi être travaillée pour sélectionner les supports qui, de ressource pour le formateur, deviendront des ressources de formation à destination des stagiaires.

Tisser du lien en formation : entre théories et pratiques, ou entre recherches et problèmes de métier ?

Qui doit ou peut prendre en charge les savoirs de recherche en formation ? A quels objectifs leur mobilisation répond-elle ? A quel moment est-il le plus efficace de les apporter ? A partir de quels supports et selon quelles modalités mettre en action les stagiaires ? Quelle place accorder aux savoirs scientifiques dans l’économie globale d’une formation en regard d’autres demandes et besoins ? Autant de questions que se posent, individuellement ou collectivement, les formateur.rice.s au moment de concevoir, puis de mettre en œuvre et d’animer une formation.

Les apports des recherches sont plus larges que la nécessaire outillage conceptuel qu’ils permettent pour mettre des mots sur des situations de classe et des vécus professionnels, pour comprendre ce qui se passe dans les situations scolaires d’enseignement-apprentissage. Un travail de recherche peut être utilisé pour ramener des traces de l’activité des enseignant.e.s et des élèves en formation, par exemple en utilisant des transcriptions de séquences d’enseignement ou d’entretiens menés par des chercheur.se.s avec des enseignant.e.s, des élèves ou des parents. La présentation d’un outil, méthode de lecture ou dispositif lié à la vie de classe, peut être le moment d’en présenter les fondements théoriques.

Faire dire, faire faire, faire collaborer … : d’autres modalités de transmission des recherches en éducation, de leurs résultats et / ou de l’explicitation de leur méthodologie et de leurs enjeux, que celles liées à un format descendant (de type exposé ou conférence) sont pensables et pratiqués. Ainsi, loin de pouvoir être considérée comme une solution de facilité pour les formateur.rice.s, la projection d’une vidéo mettant en scène un.e chercheur.se (conférence, entretien …) soulève des enjeux de didactisation semblables à celles que l’enseignant.e se pose au quotidien pour enrôler puis maintenir ses élèves dans une posture d’engagement : quelle durée ? quelles taches ? quel étayage ? quelle appropriation ?

Un.e formateur.rice expérimenté.e répondra à toutes ces interrogations par un « Ca dépend », fruit de son savoir d’expérience … et rappellera que d’autres activités et métiers sont à prendre en compte dans cette architecture complexe, par exemple liés aux préoccupations des pilotes académiques, départementaux ou de réseau.

Quand et avec qui développer ses compétences de lecture critique et de mobilisation des recherches en éducation ?

Si de nombreux professionnels se retrouvent seuls devant leur écran puis leurs stagiaires, certains moments se révèlent propices à un développement professionnel plus particulièrement centré sur les liens avec les recherches.

La rédaction d’un mémoire professionnel dans le cadre du Cafipemf (certification d’aptitude aux fonctions d’instituteur ou de professeur des écoles maître-formateur) dans le premier degré ou du Caffa (certificat d’aptitude aux fonctions de formateur académique) dans le second degré constitue à ce titre une étape importante dans la trajectoire de professionnalisation. Cette prescription permet autant de pouvoir effectuer un état de l’art, un tour d’horizon de la littérature disponible sur un sujet, que d’éprouver, de mettre en pratique, une démarche scientifique, dans les limites du format imposé par l’exercice.

Co-concevoir et co-animer une formation permet de confronter plusieurs bagages de lectures et de visions du monde, ce qui peut aboutir sur certaines thématiques à faire émerger une culture partagée, des références communes, dont les enseignant.e.s et les élèves peuvent ensuite bénéficier à l’échelle d’un réseau, d’une circonscription, voire d’un département.

Enfin, c’est en formation de formateurs qu’une réflexion collective sur ces questions de métier peut émerger, non pas tant en quête d’un consensus fondé sur des « bonnes pratiques » (étayées vous l’aurez compris par la recherche …) que dans l’optique de faire nourrir la controverse sur les enjeux et modalités de la mobilisation des résultats de recherche dans l’ordinaire du métier … bel objet d’étude pour un.e chercheur.se en éducation ?!


Une réflexion au sujet de « Quelles pratiques des recherches en éducation pour la formation des enseignant.e.s ? »

  1. Arrêtez donc avec votre écriture inclusive à la noix, cela rend la lecture difficile pour rien et orthographiquement, c’est très contestable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *