Le DIPF : qu’est-ce que c’est ? Das DIPF – was ist das?

A l’occasion de la journée franco-allemande du 22 janvier, date-anniversaire de la signature en 1963 du traité d’amitié franco-allemand, dit traité de l’Elysée, par Charles de Gaulle et Konrad Adenauer, nous vous proposons de découvrir le partenaire allemand (Francfort sur le Main et Berlin) de l’IFé et de l’ENS de Lyon en matière de recherches en éducation : le DIPF, Deutsches Institut für internationale pädagogische Forschung. Portrait croisé de ces deux institutions « sœurs », à l’heure où E. Macron et A. Merkel souhaitent « promouvoir notre coopération bilatérale dans les domaines de l’éducation, de la recherche, de l’innovation et de la culture » (déclaration conjointe du 22 janvier 2018) …


Des missions en partie communes

Le DIPF est un centre interdisciplinaire de recherche et d’information en et sur l’éducation où convergent recherches empiriques en éducation, plate-formes numériques ad hoc et médiation des savoirs en éducation, afin de répondre au mieux aux défis éducatifs que connaît l’Allemagne aujourd’hui. Cette institution soutient chercheurs, décideurs et praticiens dans et grâce à la production de données et résultats de recherche, de mise à disposition de bases de données et d’analyses nationales et internationales.

Le rapport bisannuel Bildung in Deutschland, dont la forme se rapproche des rapports annuels l’état de l’école publiés par la Direction de l’Evaluation, de la Prospective et de la Performance (DEPP) du Ministère de l’Education Nationale, est ainsi coordonné par le DIPF. Les enquêtes PISA sont également coordonnées par cette institution.

A destination d’un public plus large, trois outils attirent l’attention : les lettres d’information dipf informiert, le blog dipfblog.com (un cousin d’Eduveille !) et le Frankfurter Forum, journée d’études annuelle ouverte à tous, dans l’esprit des plus modestes (mais semestriels) Entretiens Ferdinand Buisson de l’IFé. Le dernier numéro de Dipf informiert (Voneinander lernen. Austausch von Bildungswesen zwischen Wissenschaft, Praxis und Politik, Dipf informiert, 25, octobre 2017) entre par exemple particulièrement en résonance avec les préoccupations de l’IFé : « Apprendre les uns des autres. La circulation des savoirs en éducation entre science, pratique et politique ».

Le DIPF gère enfin le site Deutscher Bildungsserver, qui permet en allemand ou en anglais sous le nom eduserver, de s’informer sur dix grandes thématiques au cœur des enjeux du système éducatif allemand – ou plutôt des 16 systèmes éducatifs dans ce pays fédéral. Ce site se rapproche donc du portail Eduscol du Ministère de l’Education nationale.

Des structures différentes

Le DIPF emploie environ 300 personnes, dont la moitié assure des fonctions de recherche.

Il est composé de cinq grands départements (Abteilungen) (les « unités opérationelles » de l’IFé), dont chacune pilote ou contribue à un grand nombre de projets de recherche, rapidement identifiables grâce à une base de données et une fiche de présentation standardisée (description du projet, ancrage universitaire, financement, partenaires, pilotage, chercheurs, durée).

Les recherches menées dans le département éducation et développement (Bildung und Entwicklung) interrogent quant à elles les compétences motivationnelles, volitives et cognitives des élèves tout au long de leur trajectoire individuelle dès la petite enfance (le Kindergarten allemand, contrairement à l’école maternelle française, n’est pas pris en charge par l’institution scolaire).

L’entrée « qualité et évaluation en éducation » (Bildungsqualität und Evaluation) est celle de ceux qui s’interrogent sur comment décrire et mesurer les effets des processus éducatifs dans le cadre de la classe et de l’école, en termes de performances disciplinaires et de compétences. Questionnaires, vidéos de situations de classe ou encore interventions quasiexpérimentales s’ajoutent dans ce cadre aux recherches PISA menées pour le compte de l’OCDE.

Le département « structure et management des systèmes éducatifs » (Struktur und Steuerung des Bildungswesens) permet à des partenaires institutionnels, Länder ou non, de faire expertiser les conditions sociales, structurelles et institutionnelles qui influencent les performances, la réalité de l’égalité des chances, de l’efficacité d’innovations ou encore des instruments de gouvernance mis en place sur leur territoire.

Informationszentrum Bildung (centre d’information sur l’éducation) : une ressource à découvrir pour tout chercheur en éducation s’intéressant à l’Allemagne ! La base de données peDOCS donne libre accès à des ressources bibliographiques produites au DIPF ; FIS Bildung interroge à la littérature scientifique en sciences de l’éducation en général ; la base DaQS permet de consulter des protocoles de recherche tels que tests et questionnaires ; ProHaBil est dédié aux thèses et mémoires d’habilitation à diriger les recherches ;  FDZ Bildung livre pour les historiens de l’éducation un exemple d’archivage indexé de plus d’un millier de vidéos de situations de classe et d’entretiens (mais en accès réservé …).

Des histoires parallèles ?

Cinquième composante du DIPF, la bibliothèque de recherche en histoire de l’éducation (Bibliothek für bildungsgeschichtliche Forschung) est elle située à Berlin. Fondée en 1876 en tant que « musée scolaire allemand » (deutsches Schulmuseum ; le Musée national de l’Education de Rouen a lui été fondé en 1879 à Paris en tant que « musée pédagogique d’Etat »), ses activités s’articulent autour des pôle bibliothèque, archive et recherche en histoire de l’éducation ; y sont aussi organisés des colloques, ateliers et expositions. Cette bibliothèque est l’héritière de la recomposition au début des années 1990 du paysage de la recherche en éducation : suite à la réunification, l’« académie des sciences pédagogiques » (Akademie der pädagogischen Wissenschaften) est-allemande a été partiellement intégrée au DIPF, sa « bibliothèque pédagogique centrale » (pädagogische Zentralbibliothek) devenant bibliothèque de recherche en histoire de l’éducation.

Pour remonter plus loin dans le temps, la page histoire du site du DIPF nous enseigne que la HIPF (Hochschule für internationale pädagogische Forschung) a été fondée en 1951 par le gouvernement hessois, avec le soutien de la ville de Francfort-sur-le-Main et de l’administration militaire américaine, avec l’ambition initiale de contribuer aux recherches empiriques en éducation. Le Centre National de Documentation Pédagogique, ancêtre de l’INRP puis de l’IFé, a lui été créé en 1955.

Le HPF devient DIPF en 1963 et s’oriente, en plus de la recherche, vers la formation initiale et continue des formateurs et cadres de l’administration scolaire. Des enseignants peuvent y être détachés pour un an afin de faciliter les ponts entre recherches et pratiques … Mais dans les années 1980, la dimension recherche est réaffirmée, tandis que la dimension internationale se développe : comparaison internationale, séjours de chercheurs et de décideurs pour comprendre les structures, spécificités et réussites du système éducatif ouest-allemand – dans le contexte de Guerre Froide, la compétition entre les deux Allemagne est aussi passée par l’éducation.

En 1997, le DIPF rejoint le réseau Leibniz-Gemeinschaft, qui regroupe différents centres extra-universitaires de recherche.

A l’IFé et au DIPF d’écrire de nouveaux chapitres à cette histoire, dans le sillage d’autres formes de coopération scolaire et universitaire entre France et Allemagne !

Et pour nos lecteurs germanophones, quelques lignes de résumé pour conclure … Das DIPF zielt darauf ab, Forschung, Politik und Praxis im Bildungsbereich miteinander zu verknüpfen. Es besteht aus fünf Abteilungen : Informationszentrum Bildung, Bibliothek für bildungsgeschichtliche Forschung, Bildungsqualität und Evaluation, Struktur und Steuerung des Bildungswesens, Bildung und Entwicklung. Das 1951 bzw. 1963 gegründete DIPF ist in Frankfurt am Main und Berlin tätig.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.