Le conseil scientifique de l’Education nationale : futur lieu de passage entre recherches, politiques… et pratiques ?

A l’heure où les membres du futur conseil scientifique de l’Education nationale sont en passe d’être choisi.e.s, penchons-nous un instant sur la question des disciplines scientifiques qui constitueront ce futur conseil, présidé par le psychologue cognitiviste Stanislas Dehaene. Le ministre Jean-Michel Blanquer a annoncé que l’ensemble des disciplines scientifiques seraient partie prenante, ce que mettent en doute des personnalités scientifiques ou du monde de l’éducation dans l’appel « L’école a besoin de toute la recherche » lancé par un syndicat des enseignant.e.s du primaire, le SNUIPP.

Nous avons justement organisé à l’Institut français de l’Education une formation, les 23 et 24 novembre derniers,  sur le difficile et délicat passage entre les recherches en éducation, les politiques éducatives et les pratiques des différent.e.s acteurs et actrices en éducation et formation. Ce passage nécessite l’intervention de personnes connaissant suffisamment les trois pôles évoqués, et à même de faire le lien pour une meilleure utilisation des recherches par les praticien.ne.s. Dans la recherche internationale sur cette thématique, ces personnes sont nommées brokers (littéralement « courtiers »), terme que nous avions traduit dans le service Veille & Analyses il y a quelques années par « passeur.se » en éducation et qui connait un certain succès depuis.

Un des objectifs de cette formation était de démystifier la formule « Que dit la recherche ? » pour mieux comprendre comment pouvaient s’articuler les résultats dispersés des recherches en éducation, les volontés politiques dépendantes de l’actualité et l’utilité réelle de ces recherches dans les pratiques quotidiennes des enseignant.e.s. En effet, LA recherche représente en fait de multiples recherches issues de disciplines et de croisements de disciplines différentes, et le plus souvent ces recherches ne donnent qu’un éclairage assez restreint du problème étudié.

Mais quelles sont ces fameuses disciplines de recherche en éducation ? En a-t-on une liste précise ? Voici une cartographie (parmi d’autres) que nous avons choisi de présenter à cette formation, en se basant sur deux rapports : Pour un programme stratégique de recherche en éducation d’Antoine Prost de 2001 et La recherche sur l’éducation, éléments pour une stratégie globale de l’Alliance Athéna de 2017.

On remarquera que la psychologie cognitive, domaine des sciences humaines comme toute la psychologie, est déjà représentée dans le futur conseil scientifique par son futur président. On remarquera également que certaines disciplines comme les sciences de l’éducation ont des frontières changeantes, par leur définition même puisqu’elles sont interdisciplinaires (voir à ce propos le Dossier de veille L’avenir de l’université est-il interdisciplinaire ?  rédigé par Laure Endrizzi et publié en novembre 2017), et que d’autres disciplines contribuent au domaine de l’éducation depuis quelques années seulement.

Quel sera donc le rôle du futur conseil scientifique de l’Education nationale ? Aura-t-il une vision stratégique comme le laisse à penser le terme choisi ? Est-ce que cette vision stratégique s’appuiera aussi sur le pôle des pratiques éducatives qui ne semble pas évoqué jusqu’à présent ? Sera-t-il par exemple chargé de piloter l’expérimentation dans les établissements ? De faire des enquêtes de terrain pour connaitre les différents champs que les recherches en éducation pourraient explorer ? Ou est-ce une vision davantage pyramidale de l’utilisation des recherches, pour découvrir les meilleures méthodes à appliquer dans toutes les classes françaises ? L’article d’Anton Bryk How we learn to improve de 2014 (traduit et commenté notamment sur le site du Centre Alain Savary de l’IFE) montre à ce propos que les politiques éducatives auraient tout à gagner à passer de l’evidence-based practice (pratique basée sur des preuves scientifiques solides, mais difficile à mettre en oeuvre dans les faits) à la practice-based evidence (étudier les pratiques réelles pour mesurer systématiquement les difficultés d’application des résultats de recherche), confirmant la nécessité des allers-retours entre recherches et pratiques, largement théorisée dans la littérature internationale.

Une utilisation efficace des résultats de recherches en éducation nécessite ainsi de notre point de vue :

  • d’articuler les trois pôles de recherches, pratiques et politiques éducatives ;
  • de disposer de revues de littérature sur des sujets précis, tenant compte des difficultés d’application de ces recherches sur le terrain ;
  • de former des personnes situées à l’interface entre les trois pôles, et dont le rôle est de faciliter les relations entre toutes les parties prenantes.

3 réflexions au sujet de « Le conseil scientifique de l’Education nationale : futur lieu de passage entre recherches, politiques… et pratiques ? »

  1. J’ajoute à mon article le lien vers un outil du Center for Curriculum Redesign destiné à nous aider à visualiser les relations entre les disciplines à partir de la base de données des pages Wikipédia (40 disciplines, 6 millions de pages, 140 millions de connexions). On retrouve sous un autre angle les disciplines citées dans l’article quand on regarde les relations du champ de l’éducation (sociologie, psychologie, histoire, mais aussi économie, droit et science politique).
    Explication de l’outil : http://curriculumredesign.org/ccr-offers-knowledge-navigator-open-tool-to-explore-interdisciplinarity-4dedu/
    Lien vers le réseau : http://curriculumredesign.org/ccrknowledgenavigatornetwork/#

  2. Instaurer un conseil scientifique peut apparaître comme une bonne idée, mais comme d’habitude tout dépendra des intentions qui sont derrière cette création.
    Pour les formateurs d’enseignants du 1er degré, la pression monte.
    Quel discours officiel va-t-il falloir (ou pas) relayer ?
    A l’heure où la « liberté pédagogique » est en ligne de mire, il va falloir être solidement armé pour faire face aux « evidence-based » et faire vivre le pluralisme des approches pédagogiques et les courants actuellement « black-listés ».
    C’est dans ces moments où le politique semble reprendre la main qu’une veille scientifique indépendante comme celle de l’IFE est indispensable.

  3. Pour arriver à rendre compte du réel de ce qui se joue dans la classe , pour comprendre des dynamiques heureuses ou délétères observables, une conception « écologique » de la recherche s’impose . Elle nécessite le croisements et allers et retours des regards de disciplines multiples, de point de vue croisés : les différents acteurs , les enseignants, les élèves, les familles, les chercheurs , la prise en compte des dimensions contextuelles, sociales. On est aujourd’hui en mesure de le faire, de comprendre ces mécanismes de l’humain, du vivant en évolution, en développement. Ce n’est pas le chemin actuellement privilégié. Il pourrait asservir la recherche en sciences humaines et la réduire à simplement outil idéologique au service , d’une conception très particulière et politique de l’éducation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *