Des disciplines universitaires décomposées ou recomposées ?

Le point de départ du Dossier de veille de l’IFÉ de novembre était une analyse des transformations de l’offre de formation supérieure à la lumière des disciplines. Il s’agissait de sortir des approches pédagogiques transversales qui ont dominé nos précédentes analyses pour entrer dans les univers disciplinaires, comprendre ce qui détermine les évolutions curriculaires à l’échelle des disciplines, ce qui distingue les approches pédagogiques en histoire, de celles de gestion ou de celles de physique… Or le travail de collecte de la preuve empirique s’est avéré ardu : peu de recherches introspectives permettent de monter en généralité sur ces questions… Les publications en médecine et en ingénierie, nombreuses en langue anglaise, génèrent une appréhension « dispersée » parce qu’internationale, qui oblige à évacuer les contextes, à ne pas prendre en considération les dynamiques locales, intra ou inter-établissements, dont on sait l’importance qu’elles revêtent dans la variation des pratiques. Pour que le détour par l’international ne soit pas une fin en soi mais un moyen de mieux comprendre ce qui fait la force ou la faiblesse de notre propre système éducatif, il nous est apparu opportun d’explorer le statut de ces disciplines dans l’université d’aujourd’hui, et les tensions nouvelles entre logiques disciplinaires et logiques institutionnelles.

Ne voyez aucune mauvaise malice dans le titre de ce billet. Il s’agissait juste de jouer un peu avec « composante », « décomposition », « recomposition »… pour interroger cette idée, souvent colportée en sciences humaines et sociales, que les disciplines universitaires, héritées des facultés napoléoniennes, sont aujourd’hui moins légitimes, à la fois pour penser les frontières entre les domaines de la connaissance et pour structurer les espaces académiques. Moins légitimes parce que concurrencées par d’autres logiques, institutionnelles et sociétales, qui multiplient les sollicitations, voire les prescriptions (externes) et ringardisent les corporatismes disciplinaires… Depuis les années 2000, les injonctions à l’utilité des formations et à l’interdisciplinarité des recherches questionnent en effet fortement l’organisation des universités tout autant que les modes de production et de légitimation des savoirs et la fabrique des curriculums : la recherche n’aurait de sens qu’appliquée et l’enseignement devrait être professionnalisant.

Ces mutations dans le cadre d’une université dont le modèle dominant serait le service à la société, impactent également le niveau organisationnel. Devenues des « composantes », les disciplines s’incarnent désormais dans des structures multiples, intra et inter-établissements, qui institutionnalisent, quoi qu’on en pense, une séparation entre recherche et enseignement. Le poids des « écoles doctorales » se renforce, les « facultés » historiques (droit, médecine…) se maintiennent dans les organigrammes, les UFR (unités de formation et de recherche) se recomposent parfois en « collège », en « école » ou en « institut », les « départements de formation » se distinguent des « laboratoires de recherche » devenus « mixtes » avec la contractualisation (UMR, associant CNRS et université), qui s’inscrivent désormais dans des « pôles de compétitivité »…

Dans ce contexte, faut-il remettre en question le système des disciplines, fondé sur un modèle d’université plus détaché des impératifs sociétaux ? C’est à cette question que le Dossier de veille n°120, intitulé « L’avenir de l’université est-interdisciplinaire ? », se propose d’apporter des éléments de réponse. Après une première partie qui rend compte de ce qui définit intrinsèquement et extrinsèquement une discipline universitaire et explore ce qui l’affaiblit et la déstabilise aujourd’hui, cette revue de littérature, propose une analyse à la fois historique et sociologique des logiques disciplinaires. La deuxième partie examine ainsi les disciplines à la fois comme mode de différenciation et de spécialisation des savoirs et comme structure organisant l’espace institutionnel, en cherchant à mettre en évidence la manière dont elles s’adaptent et se reconfigurent sous l’influence de sollicitations externes. La troisième partie aborde l’interdisciplinarité en recherche, à la fois d’un point de vue théorique et au travers des pratiques scientifiques observables, et s’interroge sur l’avénement d’un nouveau paradigme aux frontières disciplinaires plus plastiques, avec l’essor massif des studies dans les pays anglo-saxons.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *