La didactique de l’éducation à la citoyenneté en colloque (1) – présentation

Les enjeux de l’éducation à la citoyenneté ont été depuis deux ans renouvelés par des orientations politiques prises à l’échelle nationale (onze mesures pour une grande mobilisation de l’Ecole pour les valeurs de la République annoncées par la ministre N. Vallaud-Belkacem le 22 janvier 2015) et européenne (déclaration de Paris du 17 mars 2015 des ministres européens de l’éducation de l’Union européenne portant sur la promotion de l’éducation à la citoyenneté et aux valeurs communes de liberté, de tolérance et de non-discrimination). Au sein du système éducatif français, de nouvelles prescriptions curriculaires sont apparues : le domaine 3 du socle commun de connaissances, de compétences et de culture entré en vigueur en septembre 2016 porte sur la formation de la personne et du citoyen, l’enseignement moral et civique a été mis en place du cours préparatoire au baccalauréat, un parcours citoyen a été créé.

Les recherches et productions scientifiques sur ces questions se sont également multipliées : programmes de recherche comme Redisco dont l’Institut français de l’Education est partie prenante, journées d’études et colloques, publications et numéros thématiques de revues.

Il était donc intéressant de rendre compte de cette thématique du point de vue de la didactique disciplinaire.

Du mercredi 18 au vendredi 20 octobre 2017 s’est tenu dans les locaux de l’ESPE de Bordeaux le colloque international des didactiques de l’histoire, de la géographie et de l’éducation à la citoyenneté « Quelles références pour les didactiques de l’histoire, de la géographie, de l’éducation à la citoyenneté ? ».

Ces colloques ont succédé aux Journées d’Etudes didactiques fondées au tournant des années 2000 et ont désormais lieu tous les deux ans, en France ou à l’étranger. La manifestation de cette année a été portée par l’ESPE d’Aquitaine, l’université de Bordeaux (LAB-E3D Laboratoire Epistémologie et didactique des disciplines et UMR 5319 Passages) et le Centre de Recherche en Education de Nantes (CREN).

Environ cent enseignants-chercheurs, doctorants et formateurs, ont ainsi pu durant trois jours partager leurs réflexions et leurs expériences, majoritairement francophones (France, Suisse romande, Québec, Belgique), mais aussi espagnoles et italiennes.

Les didactiques sont ici considérée comme des « disciplines de recherche qui analysent les contenus (savoirs, savoir-faire …) en tant qu’ils sont objets d’enseignement et d’apprentissages » (Didactiques, in Y. Reuter et al., Dictionnaire des concepts fondamentaux des didactiques, Bruxelles, De Boeck, 2013, p. 65) et les références comme ces « éléments, points que l’on a choisis ou déterminés au préalable comme cadre pour situer et résoudre un problème » (Trésor de la langue française informatisé). Trois axes de travail avaient été retenus par les organisateurs : construction et reconstruction des cadres de référence, tension entre références (épistémologies, savoirs pratiques, disciplines contributives) et relations entre références et usages professionnels et institutionnels.

Ne seront ici évoqués qu’une partie des échanges, se rapportant plus directement à la didactique de l’éducation à la citoyenneté. Certaines des nombreuses autres contributions inscrites plus explicitement dans le champ des didactiques de l’histoire et de la géographie ont cependant également pu aborder cette dimension.

De ce point de vue, quelques éléments ressortent des trois jours de débats :

– l’articulation de plus en plus pensée entre didactique de l’histoire, didactique de la géographie et questionnements liés aux finalités civiques de ces disciplines scolaires. Les opérations cognitives en jeu dans l’enseignement-apprentissage de l’histoire à l’école et les évolutions de la géographie scolaire en direction de l’éducation au développement durable et de la prospective constituent à ce titre des leviers à exploiter,

– l’ouverture nécessaire, voire consubstantielle, de l’éducation à la citoyenneté à l’interdisciplinarité dans les pratiques scolaires et les recherches universitaires : les disciplines de référence y sont multiples, les approches croisées (didactique, sciences politiques, sociologie, psychologie, philosophie, etc.),

– la fonction heuristique de la dimension internationale de la recherche : la tension entre repérage d’éléments de convergence entre les systèmes éducatifs et l’ancrage de chacun dans leurs contextes (national, régional, local) se lit dans les domaines des valeurs liées à l’éducation à la citoyenneté, des dispositifs d’enseignement-apprentissage et de formation des enseignants,

– enfin la référence aux travaux fondateurs de F. Audigier, qui dans le champ francophone a contribué à la naissance et à la structuration de la discipline.

Pour approfondir les réflexions présentées ci-dessus, les trois formats de communication qui ont permis la réflexion collective  structurent la suite de ce billet : séances plénières (2), ateliers (3) et symposium (4).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *