Neurosciences et petite enfance : un peu, à la folie… pas du tout !

geneve-houdeLa semaine dernière (1er et 2 décembre 2016) se déroulait à Genève le 12e colloque organisé par  le service petite enfance de la ville intitulé « L’éducation à la lumière des neurosciences ». Catherine Reverdy et moi-même y étions conviées suite à notre Dossier de veille sur les difficiles relations entre neurosciences et éducation. Des invités prestigieux,  comme Catherine Vidal ou Olivier Houdé, occupaient la tête d’affiche et nous fûmes flattées de leur être associées (après avoir averti l’organisatrice de nos réserves sur le concept de « neuro-pédagogie »).

Nous allons rendre compte de certaines des conférences  auxquelles nous avons assisté à travers plusieurs articles, dont le présent inaugure la série.

C’est tout d’abord le professeur Olivier Houdé qui a ouvert le colloque en invoquant Piaget, comparé à une rock star qu’il ne « s’interdira pas de critiquer » (en enviant son statut ?). Son exposé sur la naissance de l’intelligence s’articule autour du principe de conflit cognitif et de la mise en œuvre de deux types de stratégies de la part des élèves pour y faire face : heuristiques (rapides et inconscientes) et algorithmiques (lentes et réfléchies). Il rebondit sur une définition de l’intelligence ou plutôt de son développement en expliquant que c’est la permanence de l’objet qui chez le bébé entraine un raisonnement hypotéco-déductif avec une catégorisation des concepts (dès 4 ou 5 mois) et que cela lui permet de développer des capacités statistiques (capacités protomathématiques). L’affaire se complique lorsqu’il explique « sa politique » d’utilisation de la neuro-imagerie à l’école (mais pas vraiment à l’école car il n’est pas question d’installer les scanners et autres matériels lourds dans la classe, mais « juste à côté »). L’idée est de repérer grâce aux images quelles sont les régions du cerveaux qui s’activent lors de la résolution d’une tâche qui utilise une stratégie heuristique ou une stratégie algorithmique, la conclusion étant que l’enseignant devra privilégier les deux afin d’activer chaque zone cérébrale correspondante et de favoriser ainsi le processus d’inhibition (réussir à inhiber les choix de stratégies automatiques mais fausses).  Jusque-là, rien de très nouveau. Rappelons que la lecture des images issues des IRMf (lire notre article sur les techniques d’imagerie cérébrale) est soumise à de nombreuses variables car cette technique ne mesure pas directement l’activité des neurones, mais un signal (BOLD) correspondant à des modifications métaboliques complexes, très difficiles à interpréter, et qui n’est que le reflet indirect de l’activité neuronale (il ne permet pas de savoir si les neurones impliqués ont une activité inhibitrice ou excitatrice, ou s’il s’agit de l’activité importante d’un petit nombre de neurones ou de l’activité faible d’un grand nombre de neurones1). Olivier Houdé maintient qu’il peut y avoir de nombreuses applications de sa méthode d’observation de l’inhibition dans les milieux éducatifs mais également dans d’autres domaines comme celui de la justice et notamment dans la lutte anti-terrorisme : les terroristes n’auraient pas acquis le processus d’inhibition et cela se verrait à la lecture des images. Un contrat avec le ministère de la justice est paraît-il en discussion… Nous ne cachons pas avoir été  atterrées par cette tranquille affirmation, dont la prétention, au niveau éthique comme au niveau scientifique, n’a semble-t-il pas fait réagir autant de monde que nous l’aurions pensé. Quand on parlait de dérives des neurosciences

1 : Agid Yves & Benmakhlouf Ali (2011). Enjeux éthiques de la neuro-imagerie fonctionnelle. Avis n° 116. Paris : Comité consultatif national d’éthique pour les sciences de la vie et de la santé.


Une réflexion au sujet de « Neurosciences et petite enfance : un peu, à la folie… pas du tout ! »

  1. Bonjour Mme Gaussel, je me présente, je suis un ancien normalien diplômé en biologie, sciences de l’éducation, sciences cognitives et actuellement en fin de thèse en psychologie du développement et de l’éducation (d’ailleurs sous la codirection d’Olivier Houdé). J’ai étudié la genèse et l’avancée de la neuroéducation, et j’ai même eu la chance de travailler avec les membres du Laboratoire de recherche en neuroéducation dirigé par Steve Masson. Je suis d’accord avec vous sur deux points : la neuroéducation est une discipline qui n’est pas encore mature, et qui restera peut-être marginale par rapport à la psychologie de l’éducation. Je ne suis d’accord ni sur la forme ni sur le fond pour tout le reste de vos discours. Par exemple, le rapport que vous citez, que je connais bien, promeut évidemment la plus grande vigilance éthique et le mariage des disciplines (sociologie, psychologie, neurosciences…), mais n’est pas anti-neuroéducation. J’en cite une des conclusions : « les espoirs qui sont portés aujourd’hui sur la méthode de l’IRMf pour comprendre le fonctionnement du cerveau sont légitimes avec des applications de plus en plus fréquentes et fécondes » (les auteurs citent entre autres plus hauts les travaux de Stanislas Dehaene sur la lecture et l’arithmétie, vous citez ceux d’Olivier Houdé). Je tiens à vous assurer que les spécialistes du domaine font preuves de la plus grande vigilance éthique et scientifique dans leurs efforts quotidiens pour améliorer notre compréhension du cerveau, cet organe évoluant depuis des centaines de millions d’années pour réaliser au mieux cette fonction que l’on appelle l’apprentissage, fonction qui gagnerait à être moins méconnue. Pour ma part, je crois sincèrement que les sciences de l’éducation gagneraient à inhiber leurs conceptions (ou stratégies) heuristiques de luttes interdisciplinaires pour accueillir autant la sociologie que la psychologie, autant les neurosciences que la philosophie, autant les enseignants que les apprenants. Ce travail collaboratif permettrait à chacun de pallier aux faiblesses et méconnaissances des autres avec la plus grande vigilance éthique de tous, ainsi que vous le préconisez.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *