Recherches internationales, recherches en anglais ?

Ulrich Teichler, professeur à l’université de Kassel (Allemagne) a publié dans la dernière livraison du European Journal of Education une trés intéressante revue de la recherche sur l’enseignement supérieur en Europe.
Nous aurons sans doute l’occasion de revenir sur les différents points abordés, mais nous nous contenterons pour l’instant de noter le développement qu’il réserve au rôle de la langue anglaise (rappelons ici que les revues scientifiques spécialisées sur l’enseignement supérieur sont toutes en langue anglaise), qui interpelle au delà du seul secteur de l’enseignement supérieur.

L’auteur constate en effet que la progression de l’usage de l’anglais comme langue de communication scientifique par de plus en plus de chercheurs européens sur l’enseignement supérieur a contribué à disséminer ce type de recherche dans l’Europe. Il observe ainsi une augmentation significative des articles de la revue de référence « Higher Education » publiés par des auteurs « non-britanniques » dans la période récente (29% entre 2001 et 2004, contre 13% entre 1993 et 1997), avec une présence consistante des néérlandais et des chercheurs de pays nordiques(Norvège, Suède..), qui publient beaucoup de travaux en anglais.

Mais Teichler souligne que ces revues anglophones ne sont pas en revanche devenues un miroir de cette recherche à travers les pays européens. Un important déséquilibre demeure entre l’Angleterre, dont on peut quasiment connaître la vie de chaque établissement universitaire, et des pays dont presque toute la recherche dans le domaine de l’enseignement supérieur est inconnue au niveau international, et l’auteur de citer la France, l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne et les pays d’Europe centrale et orientale.

Une réflexion qui interpelle toute la recherche en éducation : faut-il publier en anglais pour être « mieux exposé » et inséré dans le champ scientifique ou défendre la diversité linguistique au risque d’une marginalisation internationale ?

Concernant la France, la recherche en enseignement supérieur qui s’est trés tardivemment développée n’est pourtant pas repliée sur des problématiques exclusivement hexagonales.

Dans son dernier ouvrage portant sur « Le marché des universitaires », Christine Musselin procède par exemple à une comparaison éclairante des modes de recrutement et d’avancement dans la carrière des enseignants-chercheurs en France, Allemagne et Etats-Unis. Son ouvrage de référence sur « la longue marche des université françaises » a par ailleurs fait l’objet d’une traduction en anglais en 2004.

Toute une série de doctorants travaillent également sur les processus européens en cours. Pauline Ravinet a notamment réalisé récemment plusieurs communications, dont l’une à la Conférence de Bergen, sur son passionnant travail concernant la généalogie du processus de Bologne.

Notez encore sur ce thème que vous pouvez à tout moment consulter et même contribuer à la veille bibliographique sur l’enseignement supérieur que nous nous efforçons de maintenir.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.