Robot cherche élève pour apprentissage interactif

Les 12 et 13 mai derniers ce sont déroulées les premières journées « Robotique en éducation », organisées par l’Institut français de l’éducation et l’université Lyon 1.

Outre l’enthousiasme des intervenants et des éditeurs de robots pour l’éducation, les échanges et interventions ont porté sur l’usage des robots et plus largement sur l’impact des objets techniques sur les apprentissages (y compris tout au long de la vie).

Pour M. Lussault (directeur de l’IFÉ), la numérisation transforme l’accès aux savoirs, l’impact de la donnée massive change « le mode d’administration de la preuve ». Contournant l’interrogation de Lamartine « objets inanimés avez-vous donc une âme ? », M. Lussault interroge cet objet désormais animé qui interagit avec l’humain, devient plus qu’un medium mais un partenaire ou un co-acteur. (Lors des ces journées, on parlera, par exemple, de ces robots coréens qui permettent de faire l’appel, par reconnaissance faciale des petits élèves de maternelle). D’autre part, le numérique bouscule le jésuitisme français, en bousculant la hiérarchie des normes, remettant en cause le rôle du « père », porteur de la Vérité. Il insiste sur la dimension de coéducation, entre tous les partenaires éducatifs (et le robot) et la nécessité d’un travail collectif pour définir les savoirs à enseigner (et à apprendre).

Si l’usage des robots en éducation se développe, longtemps concurrencé par les logiciels éducatifs, la question est de savoir quel peut être le modèle d’intégration des robots en classe. C’est l’analyse faite par Stéphane Simonian, du laboratoire ECP (Éducation, cultures, politiques) de l’université Lyon 2, à partir du concept d’affordance sociale.

Le mot affordance a été inventé par Gibson, dans les années 1970, pour représenter les potentialités de notre environnement, qui lorsqu’elles sont perçues, nous poussent à agir. Cette approche donne une dimension sociale à la relation personne–machine (ou personne-objet). « L’intérêt du concept d’affordance ne se limite plus alors qu’aux possibilités offertes par un outil donné et à ce qui survient lorsqu’un individu l’utilise, mais aussi à ce qui se produit lorsqu’un individu interagit dans un contexte social donné, c’est-à-dire au sein d’une communauté d’individus partageant des valeurs, des pratiques, des normes, des routines, etc. On peut alors parler d’affordances sociales. Lorsque les outils technologiques sont mis à contribution par une telle communauté, ce sont les interactions personne(s) à personne(s) par le biais de la technologie qui deviennent centrales. Dans ce cas, on peut alors parler d’affordances socionumériques »[1].

Partant de l’expérimentation d’un « robot lycéen », dans trois lycées rhônalpins, S. Simonian étudie les interactions potentielles et réelles, et cherche à savoir s’il y a transformation, et de quel type. À partir d’observations, d’entretiens individuels avec des enseignants, il s’agit d’analyser les données d’un point de vue instrumental (placement, mode d’utilisation de l’outil), culturel (quelles valeurs enseignantes), social, instrumenté (intention/action).

Plusieurs robots étaient présentés lors de ces deux journées, la plupart étant des robots de sol, c’est à dire des robots circulant sur un tapis personnalisable, et permettant aux élèves de coder les déplacements du robot, selon des objectifs les plus divers, de calculer avec divers objets matériels et numériques (Blue-Bot, Bee-Bot, Thymio, Ozobot, OCINAEE). Le robot utilisé dans le projet robot-lycéen est un autre type de robot (robot de téléprésence) utilisé pour permettre aux élèves en situation de handicap ou devant s’absenter sur une période relativement longue, de pouvoir garder le lien avec le l’école (ou de « déplacer », dans un musée, par exemple). Pour ce deuxième type d’usage, les avantages sont plutôt d’ordre social, pour garder le lien avec les pairs notamment.

Des fiches descriptives présentant les différentes ressources utilisables par des enseignants non spécialisés, à destination d’élèves en situation de handicap, sont consultables sur le site de l’ORNA (observatoire des ressources numériques adaptées).

Pour en savoir plus :

[1] S. Allaire, 2008. A propos du concept d’affordance. Blog Afford@nce. http://affordance.uqac.ca/about_affordance.html


1 réflexion sur « Robot cherche élève pour apprentissage interactif »

  1. Bonjour à toutes et à tous,

    J’ai été enseignant au secondaire (inférieur et supérieur) et Maître d’éducation physique depuis 20 années. Je participe, actuellement, dans les classes de Suisse Romande à l’Etat de Vaud, en qualité d’enseignant de Renfort Pédagogique depuis quatre années. Je suis diplômé d’un Master en éducation et langues (Lettre UNIL & HEP Lausanne) et je cherche, à pouvoir collaborer avec des personnes intéressées à faire évoluer l’enseignement au travers des apprentissages.

    A Lausanne, je me trouve déjà en lien avec Ms Francesco Mondada et Sébastian Gautsch, tous deux docteurs à EPFL.

    Mais en Suisse, les domaines de la robotique ou du numérique restent confinés soit pour l’industrie ou l’ingénierie, soit dans les Universités et autres HES…

    C’est pourquoi, je fais appel à votre bienveillance puisque je crois avoir un bon savoir dans les domaines de l’enseignement, de l’éducation et mon intérêt se porte fortement sur le savoir numérique palliant aux 3 types de savoirs des humains.

    Je désirerais savoir, s’il y a lieu de pouvoir « avancer et progresser » ensemble puisque ces domaines précis, en Suisse, ne sont pas encore, bien ou du tout, explorés.

    Dans l’attente de vos nouvelle, je vous prie de croire, mes meilleurs messages.

    Patrick Attila Ferland
    Enseignant de Renfort Pédagogique
    Maître secondaire et Maître d’éducation physique
    Ancien nageur Olympique (Los Angeles, Seoul, Barcelona)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.