Voyage au cœur de la recherche francophone en éducation

Le Dictionnaire de l’éducation que nous a proposé Agnès van Zanten cet automne s’apparente par bien des aspects à un ouvrage aussi passionnant quant au fond qu’incertain quant à son statut.

Plus qu’à un dictionnaire traditionnel de l’éducation en France, nous avons affaire plutôt à une encyclopédie de la recherche en éducation francophone du début du 21 ° siècle. En prés de 200 entrées, chiffre qui reste peu élevé pour un ouvrage aussi dense de ce type (700 pages), le lecteur est en fait invité à embrasser un panorama des tendances fortes de la recherche avec une démarche qui donne clairement le primat à l’objet « scientifique » par rapport au sens commun.

A ce titre, il est amusant de comparer ce « dictionnaire » avec la troisième édition du « Dictionnaire encyclopédique de l’éducation et de la formation » publié par Retz en 2005.
Alors qu’on trouvait dans cette dernière des entrées descriptives du système éducatif comme « académie », « bourse », « classe de découverte » , « internat » ou encore « vie scolaire ». le dictionnaire coordonné par van Zanten s’articule en majorité autour de concepts construits tels que le « capital émotionnel », la « sociologie du curriculum », les « effets classe » , la « régulation des systèmes éducatifs » ou encore la « formation des élites ». L’ambition n’est donc pas d’analyser systématiquement les principaux aspect de la réalité sociale de l’éducation, mais bien de dresser un état de la recherche avec ses acquis et ses points de consensus comme avec ses points aveugles et ses interrogations.

On y trouve par conséquent des synthèses sur des grands sujets, effectuées par des incontournables du sujet, comme le « syndicalisme enseignant » par André Robert , la « didactique du français » par Yves Reuter ou encore « l’Histoire de l’éducation » par Antoine Prost. On peut également y découvrir des entrées plus pointues, issues de travaux récents menés par de jeunes chercheurs, comme la « gouvernance des universités » par Stéphanie Mignot-Gérard, les « associations de parents d’élèves » par Philippe Gombert ou « l’identité des établissements scolaires » par Hugues Draelants.

On peut même parfois confronter des entrées qui mettent en lumière des approches différentes sur des sujets proches, comme par exemple l’article « droit des élèves » rédigé par Pierre Merle et celui sur les « usagers de l’école », proposé par Hélène Buisson-Fenet .

Cette démarche explique aussi le choix des auteurs, parmi lesquels on retrouve des noms consacrés  (Dubet, Fayol, Lelièvre, Duru-Bellat, Crahay, Houssaye, Altet , Galland, Perrenoud…) mais aussi de jeunes maîtres de conférence ou chercheurs qui défrichent des sentiers nouveaux.

Comme on a pu le deviner, le champ couvert est moins la France que la recherche en éducation francophone (France, Québec, Suisse et Belgique), avec même quelques invités du monde anglophone ou d’autres pays d’Europe latine, sollicités sur des thématiques peu explorées en français (« anthropologie de l’éducation » , « littéracie », « conceptual change ») ou sur des sujets pour lesquels ils apportent un éclairage particulièrement pertinent (les « classes sociales » vues par Stephen Ball ou  les « réformes scolaires » par João Barroso).

Ce dictionnaire est donc particulièrement stimulant  puisqu’il permet d’aller directement au cœur de certaines questions vives de la recherche en éducation en cours de développement, tout en étant la plupart du temps largement accessible au néophyte. Sans être en effet familier des sciences de l’éducation, de la sociologie, de la psychologie ou encore de l’économie, on peut s’approprier aisément la plupart des entrées, même spécialisées, grâce aux efforts de vulgarisation consentis lors de la rédaction des articles.

En revanche, il faut aussi garder présent à l’esprit que la lecture de l’ouvrage fait progressivement apparaître soit des choix éditoriaux qui ont piloté l’entreprise soit des choix qui se sont imposés en cours de route ( beaucoup sont explicités par Agnès van Zanten dans son avant-propos), et qui limitent inévitablement la tentation d’exhaustivité inhérente à ce genre d’entreprises.

Concernant une entrée comme celle des « compétences et employabilité», par exemple, l’article de Luciano Benadusi privilégie une approche par le marché du travail, alors qu’il aurait été également possible de traiter la question de l’approche par compétences dans les apprentissages et la pédagogie, sujet largement abordé par la recherche canadienne ou belge entre autres.

Bien que largement pluridisciplinaire, il faut noter en l’occurence que le dictionnaire reflète une certaine prédominance de la sociologie sur le champ de la recherche en éducation, sachant que les sociologues de l’éducation sont – à tort ou à raison- dominants dans le débat public sur l’éducation.
Par ailleurs, si l’ouverture internationale des travaux est réelle, certaines thématiques assez présentes dans la recherche internationale, mais peu utilisées au niveau francophone, sont abordées de façon contingente ou ne sont pas abordée en tant que telles, ce qui tout à fait logique. Il en est ainsi par exemple du sujet du « leadership » en éducation ou encore de l’éducation « inclusive ».

Le Dictionnaire de l’éducation constitue donc l’ouvrage par excellence à garder sur son bureau, aussi bien pour une solide mise à jour des connaissances actuelles que pour vagabonder vers des sujets ou des démarches disciplinaires qui nous sont moins familières ou encore pour entamer un travail de recherche ou d’approfondissement d’une notion.

On peut juste regretter que le format, contrepartie d’un prix très accessible( 35 €), ne favorise pas toujours le plus grand confort de lecture, surtout concernant les bibliographies de fin d’article, aussi précieuses que malaisées à parcourir en un clin d’œil.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.