Quelques rappels sur le leadership

Aujourd’hui, le concept de leadership des enseignants se retrouve dans tous les modèles de leadership. Il est protéiforme et il révèle une variété de situations de travail, à tous les niveaux : avec les élèves, les collègues, l’administration (York-Barr & Duke, 2004). En complément du Dossier de veille n° 104 intitulé « Le leadership des enseignants au cœur de l’établissement », nous vous proposons donc ci-dessous des rappels sur les différents types de leadership tels que la recherche a pu les qualifier. Ce texte aurait dû se trouver dans la première partie du dossier, mais venait alourdir la lecture de l’ensemble.
L’article « Chefs d’établissement et leadership pédagogique » est aussi un complément au Dossier de veille n° 104.


Pilotage pédagogique

En 2001, le terme leadership n’était pas encore utilisé dans la littérature française. Perrenoud parlait de « pilotage » : « le pilotage pédagogique s’intéresse aux pratiques des enseignants en tant qu’elles concernent leurs interactions avec des élèves et ce qui les rend possible ou les prolonge ». Il constate que ce pilotage pose problème car il est très difficile de dire où commence le pédagogique. Le « pilotage partagé » permet de résoudre cette difficulté, en privilégiant une orientation des pratiques, des inspirations, des incitations plutôt que des prescriptions. C’est ce qu’on appellerait aujourd’hui le leadership distribué. Le partage du pilotage pédagogique entre les chefs d’établissement et les inspecteurs ne peut pas suffire, tant le système éducatif s’est ouvert aux experts de la formation, de l’accompagnement, du soutien, de la coordination, du conseil, du suivi, de l’animation pédagogique, etc., qui entretiennent des relations autres que hiérarchiques. Perrenoud attire l’attention sur la différence entre le travail prescrit et le travail réel. C’est dans l’écart entre les deux que se trouve la marge de manœuvre : « Pour produire efficacement, il faut prendre des risques, jouer avec les prescriptions » (Perrenoud, 2001).

Différents types de leadership

Le leadership instructionnel (instructional leadership) est centré sur les résultats des élèves aux standards ; le chef d’établissement est le leader des leaders. On envisage un leadership collaboratif entre enseignants et chefs  d’établissement pour discuter du curriculum, de l’évaluation et des résultats de l’établissement. Les enseignants sont vus comme des leaders experts qui développent des communautés d’apprentissage et « impulsent » l’établissement (Bernal & Ibarrola, 2015).

Le leadership pédagogique (ou leadership pour l’apprentissage) : point d’orgue du leadership instructionnel, vision large reliant apprentissage, organisation, professionnalité et leadership. Les chefs d’établissement s’investissent sur l’aspect pédagogique et sur l’apprentissage, mais le leadership du chef d’établissement et celui de la communauté éducative sont séparés. Il y a promotion d’une nouvelle professionnalité enseignante (développement personnel et collectif) et un travail en collaboration pour créer les conditions les plus favorables possibles à l’apprentissage (Bernal & Ibarrola, 2015). Au Québec, il semble que ce leadership, centré sur les processus d’enseignement, est difficile à mettre en œuvre à cause de la position hiérarchique des chefs d’établissement, qui ont une autorité limitée sur les personnels (Poirel & Yvon, 2012).

Le leadership distribué (ou partagé) : il y a plus de leaders que de chefs d’établissement (leadership partagé), en interaction permanente. Ce type de leadership est étroitement lié au développement professionnel des enseignants. Les enseignants sont leaders car ils sont experts, prennent des décisions sur les enseignements, affirmant un rôle différent de celui de leur mission d’enseignement : « Le leadership distribué ne correspond donc pas uniquement à la division des tâches au sein des membres d’un groupe, mais également à l’interaction dynamique qui existe entre des membres influents confrontés aux situations de l’école et à son contexte. » (Poirel & Yvon, 2012). Pour Dutercq, le « leadership partagé vise non seulement à favoriser la participation et l’empowerment (dans le sens de l’élargissement de leurs pouvoirs d’action et par conséquent du renforcement de leur prise sur la réalité de leur travail) des personnels concernés, mais également à valoriser des formes de travail collaboratif qui devraient, à terme, offrir des alternatives satisfaisantes et plaisantes à l’individualisme et au chacun pour soi » (Dutercq, 2015).

Le leadership éducatif apparaît comme un processus d’influence réciproque, au cours duquel les membres d’un collectif construisent, interactivement, le sens d’un « agir ensemble » qui vise à transformer les pratiques pédagogiques jusque dans la classe ; il ne peut pas, par conséquent, être l’exclusivité des directions ni des politiques : pour qu’il ait une influence effective sur les apprentissages des élèves, il importe qu’il soit partagé entre les acteurs impliqués et que ces derniers le considèrent comme une exigence durable de remise en question collective des pratiques pédagogiques et relationnelles. Il peut, à ce titre, être exercé par toute personne qui assume, officiellement ou de fait, une position de responsabilité et qui prend des initiatives visant à développer des dimensions d’ordre relationnel, culturel ou structurel au sein d’un système ou sous-système d’action.

Le leadership transformationnel (transformational leadership) est un « engagement réciproque entre le leader et les membres du groupe, les menant tous à un niveau plus élevé de motivation ». Ce dernier fait appel au charisme et comprend trois autres paramètres : pouvoir motiver les autres ; générer une stimulation intellectuelle ; montrer de la considération pour chacun. On peut considérer qu’il y a une vision éthique au cœur du leadership transformationnel (Brest, 2011). Or, faute de résultats probants sur la réussite des élèves, ce dernier semble abandonné (Poirel & Yvon, 2012).

Des passerelles existent entre ces différents leaderships. Ainsi le leadership pédagogique peut ne pas être « uniquement porté par une personne (le directeur d’établissement, dans le cas présent), mais partagé entre différents acteurs de l’établissement […] Dans cette perspective, un modèle distribué du leadership pédagogique se centre sur les interactions en tenant compte de tout exercice de leadership visant à faire évoluer l’organisation et à améliorer l’enseignement-apprentissage (Spillane, 2006) de façon durable. » (Progin & Gather Thurler, 2010).

Références bibliographiques

  • Bernal Martínez de Soria Aurora & Ibarrola García Sara (2015). Liderazgo del profesor: objetivo básico de la gestión educativa . Revista Iberoamericana de educación, n° 67, p. 55‑70.
  • Dutercq Yves et al. (2015). Le leadership éducatif. Louvain-la-Neuve : De Boeck.
  • Endrizzi Laure & Thibert Rémi (2012). Quels leadership pour la réussite de tous les élèves ? Dossier d’actualité, n° 73, avril. Lyon : ENS de Lyon.
  • Gaussel Marie (2007). Leadership et changements éducatifs. Dossier d’actualité, n° 24, janvier. Lyon : INRP.
  • Poirel Emmanuel & Yvon Frédéric (2012). Le leadership distribué : l’épreuve des réformes éducatives . Education et francophonie, vol. 40, n° 1.
  • Reverdy Catherine & Thibert Rémi (2015). Le leadership des enseignants au cœur de l’établissement. Dossier de veille de l’IFÉ, n° 104, octobre. Lyon : ENS de Lyon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *