Observer et évaluer, observer pour évaluer en EPS

Les 17 et 19 octobre derniers, l’association pour l’enseignement de l’éducation physique et sportive (AEEPS) organisait sa première biennale sur le thème « L’observation et l’évaluation au service des progrès des élèves en EPS ».

Outre des conférences surplombantes (l’évaluation pour les apprentissages ; le lien entre les théories de l’apprentissage et les formats d’observation de l’activité des élèves ; la régulation des apprentissages en EPS ; les tensions liées à l’évaluation sommative en EPS), des communications professionnelles, présentant systématiquement des vidéos d’élèves en activité (ou en position d’observateurs) étayaient les problématiques de l’évaluation sous toutes ses formes et approches (sans note, par compétences, pour la réussite, pour la motivation, en auto-évaluation, etc.) mais aussi celles des pratiques enseignantes (observation pour réguler, guider, évaluer ; utilisation des TICE).

Pour l’observateur néophyte, l’observation en EPS est un art structuré, précis, et disons le extrêmement découpé. Chaque activité est décrite dans ses moindres détails, mouvements, exigences pour que l’observation de l’élève en activité, par les élèves et l’enseignant, puisse donner lieu à un guidage par les élèves observateurs (comme par exemple les arbitres ou les secrétaires/juges/coachs en lutte). L’évaluation porte à la fois sur la réalisation de l’activité et sur l’implication des élèves dans les différents rôles.

« L’analyse des éléments de la compétence attendue amène les enseignants à dégager une démarche d’enseignement et à construire des contenus à aborder avec les élèves n’ayant aucun vécu dans l’activité » (1). Cette démarche s’accompagne de justificatifs didactiques et pédagogiques basés sur des indicateurs donnés aux élèves « pour favoriser des évaluations formatrices de leurs prestations sur les connaissances, capacités et attitudes principales à faire intégrer aux élèves pour maîtriser cette compétence attendue » (1).

Outre des compétences propres à leur discipline, les enseignants d’EPS sont attentifs aux compétences méthodologiques et sociales (CMS), évoquant une enseignement « par et pour les CMS », plaçant celles-ci au cœur des apprentissages en EPS (respecter les règles, assumer des rôles, s’engager lucidement, se connaître, se préparer, se préserver, se mettre en projet) mais aussi dans la transversalité des enseignements au sein de l’établissement scolaire. Se pose alors le problème de leur évaluation et de la didactique. « La définition des champs d’observation des CMS et des critères de leur évaluation est celle des contenus d’enseignement de ces compétences » (2). La didactisation passe donc par des indicateurs qualitatifs et quantitatifs.

CQFD ?

Références :

  • AE-EPS. L’observation et l’évaluation au service des élèves en EPS. Biennale 2015, Paris, UFRSTAPS de paris-Descartes, 17-18 octobre 2015. http://www.aeeps.org/biennale-.html
  1. Rusquet Vincent (2010). Programmes EPS, compétences attendues dans les APSA et socle commun de connaissances et de compétences. Académie de Créteil. http://eps.ac-creteil.fr/SitesExternes/GPSC/GPSC_LUTTE.pdf
  2. Evain Delphine, Lebrun Bernard, Raybaud Agnès (2013). « Évaluer des compétences méthodologiques et sociales ». e-novEPS, n° 4, janvier. http://www.pedagogie.ac-nantes.fr/servlet/com.univ.collaboratif.utils.LectureFichiergw?ID_FICHIER=1424145678891

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.