Un ouvrage critique sur la sociologie de l’école

L’école unique présentée comme celle de l’égalité des chances est aujourd’hui remise en cause. L’école en France : Crise, pratiques, perspectives, sous la direction de Jean-Pierre Terrail, tente d’identifier les obstacles à la démocratisation scolaire en France.
Il montre quelles ont été les transformations du monde de l’école des années 1960 à 2005, comment elles ont pu agir sur les parcours scolaires et les pratiques des élèves et de leurs parents, et quels seraient les dépassements possibles pour relancer la démocratisation scolaire afin de sortir de la crise actuelle. Les réformes de structure des années 1960 et des années 1985 à 1995 ont impulsé un allongement massif des scolarités, mais leur efficacité a été réduite vers 1973 et 1995 principalement parce que les modifications de contenus et de méthodes n’ont pas suffisamment amélioré l’efficacité de l’action pédagogique. Il devient en effet difficile d’amener au lycée des élèves de troisième qui ne sont pas encore totalement entrés dans la culture écrite. Le problème se situerait dans l’écart entre le niveau de scolarisation et la réalité des acquisitions cognitives.

La démocratisation de l’école serait bloquée par la conduite des apprentissages qui ne sont pas assez orientés vers l’élaboration et l’utilisation de pédagogies « explicites ». Cela impliquerait une transformation des pratiques enseignantes et des dispositifs institutionnels qui les enveloppent vers plus d’efficacité pédagogique. Les politiques éducatives de pilotage à distance sur le modèle managérial visent à limiter l’autonomie des enseignants et à les mettre en concurrence, alors qu’il serait nécessaire de leur donner les moyens de se réapproprier pleinement leurs conditions de travail en dehors de toute logique d’expertise.

Afin de relancer la démocratisation scolaire, il faudrait tout d’abord rompre avec la logique de prescription externe tout en pouvant évaluer la pertinence des consignes des dispositifs institutionnels. Ensuite, la mise en place de cette démocratisation scolaire reposerait sur un rapprochement des difficultés des parents des classes populaires et celles des enseignants. Ces derniers pourraient ainsi mieux répondre à une exigence sociale d’efficacité professionnelle pour aider les élèves en difficulté, ce qui leur permettrait d’assurer une capacité d’autogestion collective de leur métier.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.