Au primaire, je compte, tu calcules, elle dénombre, nous résolvons…

Non les petits français ne sont pas tous nuls en maths et si la proportion d’élèves en indélicatesse avec les nombres et les opérations augmente, il n’est pas permis de dire que c’est inéluctable. Si les didacticiens (et les psychologues) peuvent nous faire découvrir que le nombre a un sens, que « grandeur » n’est pas synonyme de « quantité », ils nous montrent aussi que la progression des apprentissages mathématiques est un élément essentiel. Et comme pour la lecture et l’écriture (plus peut-être ?), le développement cognitif de l’enfant entre en jeu, de manière très prégnante. Comment les enseignants du premier degré s’en sortent-ils avec tout ça ? Pas simple pour des enseignants qui, pour une très large majorité, ont arrêté de fréquenter les maths après le bac et de s’y intéresser bien avant. Et cela ne concerne pas que les profs des écoles français mais la plupart des enseignants en Europe. Et qui dit enseignement dit pratiques enseignantes ; pour que celles-ci soient mieux adaptées à la diversité des élèves, on évoque inévitablement le contenu de la formation initiale, l’accompagnement des enseignants et leur développement professionnel en maths.

Les programmes évoluent pour le cycle 2 et le cycle 3, mais comment associer didactique, sociologie et psychologie, etc. pour que les maths ne soient plus objet de sélection et que l’on cesse de se dire « nul en maths » et de ne pas les aimer.

Pour appréhender, experts à l’appui, toutes les problématiques (ou presque) liées aux apprentissages des nombres et des opérations au primaire, une conférence de consensus est organisée les 12 et 13 novembre prochain par le CNESCO (Conseil national de l’évaluation du système scolaire).

En amont, le Dossier de Veille de l’IFÉ du mois de juin 2015 (n° 102) pose quelques jalons quant au contexte de la situation : des données évaluatives, nationales et internationales et une synthèse des travaux de recherche sur les pratiques enseignantes et sur l’environnement d’apprentissage des élèves. En attendant la conférence et ses multiples documents…


1 réflexion sur « Au primaire, je compte, tu calcules, elle dénombre, nous résolvons… »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.