Encore un coup de pied… des finlandais

Vous n’aimez pas les réformes? D’autres se chargent d’en faire pour vous… Un article du site Sputnik, daté de mars dernier lance un pavé dans la mare en titrant “La Finlande renonce à l’enseignement des maths et de la physique-chimie dans les écoles” (en 2020). L’information est trop importante pour en rester là et mérite quelques vérifications.

Sur le site du ministère finlandais de l’éducation, on trouve  un descriptif du nouveau curriculum pour l’enseignement de base (notre enseignement obligatoire, puisqu’il n’y a pas de rupture primaire/secondaire ). Pas de disparition annoncée mais de forts changements, qui feraient rire jaune certains enseignants français.

D’abord, on annonce la couleur: “le nouveau socle valorise le plaisir d’apprendre” (le nutella de Régis Debray??). Ensuite les textes confirment la collaboration entre les municipalités, les écoles, les enseignants, les formateurs d’enseignants et les chercheurs, et autres partenaires. Le ministère aurait rencontré un écho favorable de la part de tous ces acteurs, la réforme s’appliquera donc sans période d’essai.

On y réaffirme l’autonomie des autorités locales, la volonté de développer des communautés apprenantes, le plaisir d’apprendre, un climat collaboratif, l’autonomie des élèves dans leurs apprentissages et dans la vie scolaire. Les compétences transversales sont mises en avant à travers  les matières enseignées, communes à tous (et précisées dans le Basic education act  de 2012). Tout cela ne peut être mis en œuvre sans des pratiques collaboratives, de la multi-disciplinarité, un travail par projets et une évaluation formative (“évaluation pour les apprentissages et évaluation comme apprentissage”). (ici)



Citer ce billet
Annie Feyfant (2015, 17 juin). Encore un coup de pied… des finlandais. ÉDUVEILLE. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o3uf

2 réflexions sur « Encore un coup de pied… des finlandais »

  1. L’avenir de notre société et le pari à relever, c’est passer d’une réussite de quelques uns à la réussite de tous.
    En ce sens il s’agit de passer de la reconnaissance de la reproduction de performances académiques individuelles au développement de communautés apprenantes solidaires où le travail collaboratif est privilégié comme vecteur de construction d’une nouvelle citoyenneté.

Les commentaires sont fermés.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search