Le côté sombre de la méritocratie

En juillet 2014, Jean-Paul Delahaye, Inspecteur général de l’éducation nationale, se voyait confier, par le ministre de l’éducation nationale (B. Hamon) et sur sollicitation du Président du Conseil économique, social et environnemental (CESE), la mission d’un « travail d’analyse des initiatives partenariales qui permettent la réussite de tous et favorisent l’émergence d’une école pleinement inclusive ». Le rapport de cette mission « grande pauvreté et réussite scolaire » vient d’être présenté publiquement, aujourd’hui, 12 mai.

Dans la lettre de mission, B. Hamon faisait référence aux résultats de PISA 2012 et à l’aggravation des inégalités scolaires en France.

C’est la section de l’éducation, de la culture et de la communication « compétente dans les domaines de la formation initiale, de l’orientation et de l’insertion des jeunes, de l’enseignement supérieur et de la recherche, de la citoyenneté, de l’accès aux droits, de la société de l’information et de la diffusion des savoirs, des activités culturelles, sportives et de loisirs », qui a initié ce travail d’analyse.

Jean-Paul Delahaye a présenté les principales conclusions de ce rapport. En voici les grandes lignes :

Ce rapport aborde une question dont on parle peu : 1,2 million d’enfants, soit un enfant sur dix sont des enfants de familles pauvres ou très pauvres. La France est l’un des pays dans lesquels l’origine sociale pèse le plus sur les destins scolaires.

L’école a une part de responsabilités mais l’échec scolaire est aussi le révélateur des problèmes de l’ensemble de la société.

La question est de savoir pourquoi et pour qui refonder l’école ? Corriger les inégalités, cela veut dire faire réussir les plus pauvres, c’est une question de justice mais aussi de la cohésion sociale.

Le travail de la mission a été centré sur l’enseignement primaire et le collège, avec trois points attention,  (déjà exprimés dans la lettre de mission) : meilleure prise en compte de la précarité de vie des familles en grande difficulté ; amélioration des relations entre les familles pauvres et l’école ; démocratiser la réussite éducative.

Les relations entre École et grande pauvreté montre à la fois des enfants qui sont partiellement ou totalement exclus mais aussi des écoles qui deviennent des lieux refuges, de solidarité, une sorte d’institution d’aide pour les enfants les plus démunis. On constate que les enfants et adolescents en grande pauvreté sont moins disponibles, témoignent de fragilités multiples : problèmes vestimentaires, d’alimentation, impossibilité de participer aux voyages scolaires, problèmes de santé, etc.

Les améliorations à apporter passent par celles :
– des services sociaux et de santé ;
– de l’aide sociale, qui doit être portée à la hauteur de la situation : les fonds sociaux ont été la variable d’ajustement budgétaire, ces dernières années, avec des bourses équivalant à moins de deux euros par jour ;
– des minima sociaux à revaloriser ;
– des efforts de la part des- et vers les collectivités locales, même si les efforts de celles-ci sont notables, mais inégaux sur l’ensemble du territoire.

Le social ne suffit pas, les améliorations doivent être aussi d’ordre pédagogique. Pourquoi malgré les réformes, ça ne change pas? . “L’échec scolaire des plus pauvres n’est pas un accident, dès lors qu’on souhaite conserver un système éducatif dont le choix a été de trier et sélectionner”.

J.-P. Delahaye propose quatre leviers pour une politique globale au service d’un objectif unique, la réussite de tous les élèves :

  • Concentrer des efforts envers les élèves les plus en difficulté : maintenir et renforcer l’effort dès l’école primaire ; mieux accompagner les élèves socialement défavorisés dans leur travail personnel ; porter une attention soutenue à la scolarisation des élèves allophones et des élèves issus de la communauté des gens du voyage ; réduire l’effectif des classes dans les zones difficiles; donner des marges de manœuvre pour aller vers plus de solidarité ; réfléchir aux choix budgétaires (ex. : coût élevé d’un lycéen).
  • Privilégier le « scolariser ensemble » au cours de la scolarité obligatoire : favoriser la mixité sociale ; encourager les principes d’organisation et de fonctionnement pédagogiques qui semblent le plus efficaces (cycles et transitions entre les niveaux d’enseignement, évaluation, nouveaux rythmes scolaires, outil numérique, éducation artistique, culturelle et scientifique, décisions d’orientation indépendantes des origines sociales, autonomie des équipes pédagogiques) ; préférer la solidarité à l’individualisme et au « chacun pour soi »
  • Adopter une politique de formation et de gestion des ressources humaines pour réduire les inégalités : prendre en compte des conditions de travail difficiles, faire des progrès en matière de formation (sur publics difficile, par exemple) ; répondre à une demande accrue de formation continue de la part des enseignants.
  • Renforcer les alliances éducatives entre l’école et ses partenaires pour conjuguer réussite scolaire et réussite éducative : améliorer les relations entre école et parents pauvres ; prendre l’habitude que tous les parents soient reçus en entretien individuel lors de moments clés du parcours ; relancer l’internat pour la réussite de tous les élèves ; mieux accompagner la scolarité ; souligner le succès des programmes de réussite éducative.

En favorisant la réussite des plus pauvres, le système éducatif permet de sortir de cette pauvreté. Pour ce faire, il s’agit d’organiser et penser l’éducation pour tous et ne pas penser uniquement au 20% qui ne connaitront aucune difficulté. Certains intérêts particuliers ne veulent pas que l’école se transforme. « La méritocratie a une face claire pour ceux qui réussissent et une face sombre pour tous les autres ».

Le rapport est disponible ici.

PS : Comme l’ont écrit quelques twitteurs, on peut s’interroger sur l’absence d’intérêt dans les médias pour les travaux relatifs à la réussite des plus démunis face à l’ampleur des débats sur la réforme du collège et le nivellement par le bas qu’elle entrainerait. Mais demain est un autre jour…

 


1 réflexion sur « Le côté sombre de la méritocratie »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.