Les neurosciences : un outil au service de la psychologie

fmriJeudi dernier, nous sommes allées, ma collègue Catherine Reverdy et moi, visiter le laboratoire « Langage, Cerveau et Cognition » (L2C2), en compagnie de Jérôme Prado, neuroscientifique à l’Institut des sciences cognitives de Bron (69). Depuis la publication en 2013 de notre Dossier de veille « Neurosciences et éducation : la bataille des cerveaux« , nous n’avons cessé de nous intéresser à ce sujet, d’autant plus que nous sommes sollicitées régulièrement par les professionnels de l’éducation qui veulent savoir si oui ou non les neurosciences sont utiles dans la classe ou aux enseignants.

Nous avions auparavant déjà échangé avec des neuroscientifiques pour comprendre pourquoi le cerveau fascine tant et pourquoi les neurosciences sont perçues par un large public comme les sciences qui vont révolutionner l’apprentissage. François Gonon et Thomas Boraud, tous deux neurobiologistes et directeurs de recherche au CNRS ont participé à l’ouvrage collectif « Neurosciences et société – Enjeux des savoirs et pratiques sur le cerveau » en rédigeant un chapitre sur la médiatisation des neurosciences ou comment les écarts entre les observations scientifiques, leur interprétation et leur présentation par les médias sont souvent considérables et participent à la distorsion des résultats de la recherche. La neurophilie ou la fascination du cerveau a pour origine l’attraction du public inexpérimenté pour toute information contenant des éléments neuroscientifiques légitimant à ses yeux les résultats de la recherche, d’autant plus s’ils sont accompagnés d’images du cerveau issues d’expérimentations par IRM fonctionnelle (lire sur ce blog « Les techniques d’imagerie cérébrale« ). Les chercheurs dénoncent aussi le comportement de certains scientifiques, qui n’hésitent pas à exagérer l’impact de leurs travaux, et de certains journalistes qui participent à la surmédiatisation de résultats de recherche non corroborés voire parfois réfutés par la suite.

Pour approfondir nos connaissances sur ces sujets, nous souhaitions donc voir « en direct » une session d’IRM fonctionnelle menée par  et son équipe dans leur laboratoire. Après avoir d’abord insisté sur la filiation des neurosciences à la psychologie cognitive, Jérôme Prado confirme que la neuro-imagerie est pour lui un outil utilisé pour mieux caractériser les mécanismes cérébraux qui sous-tendent le raisonnement humain et la cognition mathématique chez les adultes et les enfants, l’objectif final étant d’en apprendre un peu plus sur les comportements des enfants apprenants. Il travaille d’ailleurs avec Marie-Line Gardes, didacticienne des mathématiques, formatrice à l’ESPE de Lyon, dans le cadre d’une expérimentation portant sur les liens éventuels entre psychologie cognitive et formation des enseignants, à l’aide des outils de neuro-imagerie.

Nous sommes d’abord impressionnées par les machines elles-mêmes, le bruit, la zone magnétique à ne pas franchir, mais aussi par tout le travail nécessaire à la préparation des enfants qui participent à l’étude (initiation lors d’une « fausse » IRM fonctionnelle, séances d’entraînement pour que l’enfant apprenne à ne pas bouger). Enfin, l’expérience nécessite quatre personnes, deux pour gérer la machine, deux autres pour suivre les tests et parler à l’enfant. L’expérimentation porte sur une suite d’opérations simples, additions et multiplication de chiffres, précédées par le symbole de l’opération, +, – ou x, montrées à l’enfant par l’intermédiaire d’un moniteur à l’intérieur de la machine. Après découpage du cerveau en tout petites zones 3D, l’IRM fonctionnelle mesure un signal pour chaque petite zone, et la répétition de l’expérience auprès d’une vingtaine d’enfants fournit une analyse statistique de ce signal. L’idée est de définir si le résultat du calcul auquel parvient l’enfant provient d’un rappel de la mémoire (ce qui semble le cas pour la multiplication) ou bien d’un calcul ultrarapide à partir d’une ligne mentale sur laquelle un « curseur » se déplace (pour les additions et les soustractions), activant ainsi des réseaux neuronaux (la vision du signe + déclenchant l’utilisation de la ligne avant même que les chiffres n’apparaissent). Cette hypothèse est issue de la psychologie cognitive et l’apport de l’IRM fonctionnelle est de fournir une plus grande précision dans les expériences.

Pour l’instant, ni Jérôme Prado ni Marie-Line Gardes ne savent comment ils vont pouvoir vérifier cette théorie en classe sauf de faire une étude de psychologie cognitive qui pourrait confirmer ou infirmer les résultats obtenus par neuro-imagerie.

Nous en avons aussi profité pour recueillir l’avis du chercheur à propos des nombreuses dérives (comme par exemple les styles d’apprentissage et les intelligences multiples), liées à la mauvaise interprétation des résultats neuroscientifiques, les « neuromythes »  et à leur surmédiatisation, ce que Gonon & Boraud nomment « distorsion du discours ». Il confirme que ces pratiques ne peuvent que nuire à la crédibilité d’une science en devenir et ajoute que l’actuelle course aux résultats et à la publication pour les chercheurs les empêchent de partager sereinement leurs résultats, positifs ou négatifs.

Un grand merci à Jérôme Prado qui, avec patience et gentillesse, nous a expliqué son travail et a répondu à nos nombreuses questions et à Nicole Bouin pour nous avoir invitées à cette séance privilégiée.


3 réflexions au sujet de « Les neurosciences : un outil au service de la psychologie »

  1. Merci de vos dossiers.
    Auriez-vous fait une analyse des travaux de M. Olivier Houdé, notamment sur son utilisation des neurosciences pour confirmer l’hypothèse des intelligences multiples ?

    1. Bonjour, merci pour l’intérêt que vous portez à nos dossiers. Concernant votre question sur les intelligences multiples, nos lectures et nos entretiens avec des chercheurs nous ont fait comprendre qu’elles n’existaient pas comme éléments distincts car le cerveau fonctionne en réseau. Le concept d’intelligence est lui-même encore très controversé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *