Harcèlement à l’école: ici et aux antipodes…

Ce titre abscons demande des éclaircissements immédiats :

– France, février 2015, la ministre de l’Éducation nationale appelle à la mobilisation de l’ensemble de la communauté éducative contre le harcèlement (ici).

– Nouvelle-Zélande, février 2015, le secrétaire d’État à l’éducation, fait le point sur l’usage d’un guide réalisé par le Bullying prevention advisory group : « Bullying prevention and response : a guide for schools » (ici), au cours du dernier trimestre 2014.

La lutte contre le harcèlement à l’école ne vient pas de commencer, d’un côté du globe ou de l’autre. Cette concomitance nous laisse juste à penser que la violence faite aux autres, dans le cadre scolaire, n’est pas l’apanage de tel ou tel pays, zone géographique ou hémisphère, et que partout les bonnes paroles ressurgissent régulièrement.

Restons en France, puisque le harcèlement est revenu dans l’actualité (peut-être en réponse à un livre écrit par la maman d’une jeune collégienne qui n’a trouvé que le suicide comme réponse au harcèlement subi).

Sur le site du ministère de l’Éducation nationale (France), on trouve les rapports et enquêtes réalisés depuis 2005 : situation au primaire, en collège, opinions et ressentis sur le harcèlement.

On lira par ailleurs avec intérêt les résultats d’une enquête réalisée en juillet 2014 et publiée en décembre 2014 : « Résultats de l’enquête Orchestra sur le harcèlement en milieu scolaire » (ici).

Une campagne de grande ampleur a été lancée en 2011/2012 : mise en place du dispositif « stop harcèlement » (ici), création du site « Agir contre le harcèlement » et de supports pédagogiques.

En novembre 2012, une mission ministérielle est chargée de relancer la politique de lutte contre le harcèlement scolaire en milieu scolaire. Elle rend compte de son travail un an plus tard, autour des maîtres mots : sensibiliser, prévenir, former, prendre en charge.

Le site est rénové, une nouvelle campagne est lancée, des référents harcèlement sont nommés dans chaque académie, des fiches, guides et incitations financières sont mis en place.
Malgré les différents dispositifs, documents d’accompagnements, supports pédagogiques, il ressort du rapport d’enquête que la politique de lutte contre le harcèlement est peu, voire pas connue, dans certaines écoles et EPLE.

L’enquête Orchestra montre que si les académies sont plutôt bien engagées dans la lutte contre le harcèlement et que les personnels de direction des établissements secondaires ont été largement informés (dans 26 académies sur 30), les professeurs des écoles sont peu informés des dispositifs par les services académiques (5 académies). En moyenne 23% des écoles et 37 % des établissements du second degré auraient mis en place un plan de prévention contre le harcèlement (estimations).  Sur le plan de la formation (à défaut d’information), très peu de formation continue (essentiellement dans le second degré), un défaut de formation de formateurs.

13 académies ont mis en place des partenariats (police, universités, associations, collectivités territoriales), 26 académies disposent d’une équipe ressource (autour du référent académique harcèlement).

Il ressort de la liste des difficultés rencontrées, par exemple : la difficulté de définir ce qu’est le harcèlement (ce qui peut conduire à sa minimisation), des tensions avec les familles (celles-ci attendant que l’institution soit plus rapide), le rôle jugé parfois intrusif des référents académiques. Les académies sont en attente de formation dans les établissement, d’un dispositif d’évaluation et de suivi dans la durée, d’une plus grande information à l’attention d u premier degré.

En Nouvelle-Zélande comme en France, de plus en plus de travaux s’appuient sur la notion de « whole education » ou « démarche globale et systématique » et insiste sur la nécessite de comprendre que climat scolaire et harcèlement sont indissociables.

« Les différents facteurs du climat scolaire: stratégie d’équipe, pédagogie et coopération, justice scolaire, qualité de vie à l’école, partenariats, coéducation, sont en principe impactés par la mise en place d’un plan de prévention du harcèlement. S’ils ne le sont pas, c’est que le plan n’est pas suffisant et qu’il ne pourra pas réduire à moyen et long termes les phénomènes de harcèlement« . (Enquête Orchestra).

 

 

 

 


1 réflexion sur « Harcèlement à l’école: ici et aux antipodes… »

  1. Je souhaite partager mon expérience toute récente de harcèlement.
    Mon fils de 12 ans, un soir, me confie qu’il est harcelé par un élève de sa classe depuis le début de l’année scolaire, soit depuis 4,5 mois. Bien qu’il refuse que j’intervienne, j’envoie un mail à la directrice dont voici une copie (que j’ai pris soin d’anonymer) :
    « Mon fils,5ème B, m’a parlé hier soir d’une situation qu’il vit quotidiennement au collège et qu’il nomme lui-même – et, très justement me semble-t-il – « harcèlement ».
    Il fait l’objet de persécutions incessantes de la part d’un élève qu’il n’a pas voulu nommer parce que, dit-il, il ne veut pas passer pour une « balance ».
    Pour situer la gravité du problème, je vous rapporte quelques propos que m’a tenus mon fils et qui en disent long sur la situation de stress qu’il vit actuellement : « Je suis colérique », « je retiens ma colère », « ça me ronge de l’intérieur », « j’ai l’impression de devenir un malade mental », « je deviens maso », « j’ai envie de faire du mal »…
    Pour information,il a eu une crise d’anxiété il y a quelque temps et prend un traitement parce qu’il a des maux d’estomac. C’est quelque chose qui m’a alarmée et je prends très au sérieux ce qu’il m’a rapporté.
    Il ne veut pas que j’intervienne, il ne veut pas passer pour une « balance ».
    J’espère que vous prendrez vous-même ce sujet très au sérieux et réglerez très vite cette affaire sans qu’il ait à en souffrir davantage. Je vous demande donc d’agir vite et discrètement. S., un ami de mon fils qui est en 4ème, connait l’identité du garçon.
    Je ne suis, moi-même, pas quelqu’un qui s’alarme pour rien.
    Nathan est dans ce collège R.parce que j’ai des convictions laïques, toutefois, j’envisage très sérieusement, de le changer d’établissement si la situation n’est pas réglée très vite. »

    J’avais peur de ne pas être écoutée, mais la directrice m’a appelée très vite pour me rassurer et une heure après, elle était intervenue et avait réglé l’affaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.