“L’école à l’épreuve de l’actualité”

Préparant mon futur dossier sur les relations complexes entre les disciplines et les “attentes transversales” (questions vives, interdisciplinarité, etc.),  me voici aujourd’hui devant la préface rédigée par Jean-Pierre Astolfi de l’ouvrage L’école à l’épreuve de l’actualité (Legardez & Simonneaux, 2006). Le titre aurait dû me mettre la puce à l’oreille, mais j’entame la préface de ce livre datant de presque dix années, sans me douter de son écho prémonitoire des sombres événements de janvier :

La diversité idéologique de nos sociétés contemporaines rend nécessaire, mais en même temps délicate, la mise en débat scolaire des questions vives. La question se pose de savoir si celle-ci ne fait pas courir à l’École républicaine un risque d’éclatement, dès lors que les attentes des individus et des groupes vis-à-vis d’elles sont largement contradictoires. Avec comme sombre horizon, un développement d’enseignements alternatifs qui “recrutent” les élèves sur une certaine vision du monde. […] Car la difficulté est ici de savoir ce qui peut être mis en débat et ce qui ne doit pas l’être. Il faut, dirait Kuhn, définir le paradigme stable au sein duquel prennent sens les controverses, si l’on veut éviter que des idéologies non démocratiques ne s’engouffrent dans la brèche d’un relativisme généralisé.

Ce paragraphe se termine par la phrase : “La question de ce qui doit être “réchauffé” et de ce qui doit être “refroidi” s’avère finalement assez subtile.” Question subtile mais qui paraît indispensable : comment l’école peut (car elle doit) arriver à trouver l’équilibre entre une nécessaire prise en compte de la “diversité idéologique” actuelle et une “conciliation pragmatique [et prudente] d’idéologies contradictoires” ?

Même si nos anciens Dossiers d’actualité sont désormais des Dossiers de veille, il s’agit maintenant d’inclure cette actualité brûlante dans une réflexion globale sur les rapports de l’école… à l’actualité. Encore faut-il arriver à le faire sereinement.

Legardez Alain & Simonneaux Laurence (dir.) (2006). L’école à l’épreuve de l’actualité : Enseigner les questions vives. Issy-les-Moulineaux : ESF.

1 réflexion sur « “L’école à l’épreuve de l’actualité” »

  1. Bonjour Cathérine,

    C’est un excellent thème que vous soulevez. L’école n’est pas institution étrangère aux sujets qui préoccupe la société, qu’ils soient d’actualité ou non. Les attentats, qui ont eu lieu à Paris en janvier dernier, ont marqué plus que d’autres actes terroristes, parce qu’ils ont touché un des principes des régimes démocratique : la liberté d’expression. Ils ont soulevé aussi que l’auteur libanais, Amin Maalouf, appelle les “identités dangereuses.”
    Dans une société soumise à la pression médiatique, les différentes/différents actrices/acteurs du monde politique et de la société civile doivent réagir, sans oublier la manipulation de ces dernières/derniers sur l’opinion publique. Le sociologue parlait de la fabrication d’une opinion sur des thèmes d’actualité, choisis par celles et ceux qui contrölent les techniques d’enquête et d’analyse.
    Je pense qu’une société, qui se “multiculturalise” de plus en plus, l’institution scolaire ne serait à l’écart de ce qui se passe dans la société. L’école comme lieu de formation d’un socle commun à plusieurs qui vivent dans un même espace géographique a changé dans ses relations avec une société multiculturelle. Avec une diversité culturelle et sociale des membres de celle-ci, l’école républicaine ou juleferrienne ne pourrait échapper à la pression des idéologies anciennes et nouvelles qui agitent la société.
    L’augmentation du nombre d’écolières/écoliers d’horizons culturels et géographiques divers a eu une incidence dans la représentation que se font toutes les communautés qui vivent sur le territoire français. Je n’ai pas lu livre de Legardez A. et Simonneaux L., L’école à l’épreuve de l’actualité : enseigner les questions vives, je ne sais pas si les réflexions des auteure/auteur porte aussi les écoles communautaires anciennes ou nouvelles, qui sont d’ailleurs soutenues par le ministère de l’éducation. Même si les programmes sont identiques, la manière d’enseigner ou de faire passer les messages aux jeunes apprenantes/apprenants peut être différente. Il faut aller plus loin de la réflexion sur cette relation école-actualité sociopolitique, qui a toujours existé. Il faut d’abord savoir que l’enfant passe passe peu de temps à l’école. D’autres institutions interviennent dans le développement psychologique, sa perception du monde virtuel et réel qui l’entoure. Une/un enfant chrétienne/chrétien, juive/juif, musulmane/nusulman fréquente d’autres institutions, régies par d’autres philosophies de pensée, qui dans la majorité des cas, s’éloignent des principes d’une école avec des valeurs républicaines, qui uniformisent le destin de ses usagères/usagers.
    L’actualité s’impose au monde de l’école de manière brutale; celle-ci n’a pas les moyens de juguler les effets sur les jeunes.
    La maire de Paris Anne Hidalgo disait dans une rencontre sur la lutte contre le terrrorisme à Wachington, que “dernière chaque processus de radicalisation, il y a l’échec de l’école”. C’est vraiment injuste d’accuser cette institution, déjà soumise à la lutte politique des partis dirigeants. Faut-il adapter les programmes d’enseignement aux valeurs d’une société multiculturelle? Adapter ne veut pas dire renier des valeurs, qui doivent constituer un socle dans lequel toutes les communautés doivent se retrouver et être traitées dignement.

Les commentaires sont fermés.