Le goût du travail chez les jeunes

Le Dossier de veille sur la jeunesse (n°95 : une jeunesse fantasmée, des jeunesses ignorées ?), s’il est un peu décalé par rapport aux dossiers habituels dans la mesure où il ne traite pas spécifiquement d’éducation, suscite des demandes d’interventions qui portent essentiellement sur la difficulté d’accompagner les jeunes lors de leur entrée sur le marché du travail. Ces questionnements concernent d’ailleurs l’incompréhension mutuelle entre employeurs et jeunes. Les enseignants et/ou formateur de la formation professionnelle (initiale et continue) doivent s’adapter à une situation nouvelle qui les déstabilise autant que les employeurs.

Est-ce lié à l’évolution de la jeunesse, et plus particulièrement de la « Génération Z » ? Je vous renvoie au Dossier d’actualité de Laure Endrizzi sur la jeunesse 2.0, dans lequel elle décrit la génération Z ainsi :

« La génération Z (qui fait suite à la génération Y) ou la génération C (qui crée, communique, collabore) désignerait des personnes exposées dès leur plus jeune âge à l’informatique connectée et ubiquitaire, aux pratiques multimédia nomades, associées notamment au téléphone mobile, aux réseaux sociaux. Les SMS, la musique et l’internet sont leurs médias favoris. On les appelle aussi generation M (pour le fonctionnement multitâche) ou generation text (pour l’usage intensif des SMS).

Mais les frontières entre les deux générations restent floues. Les statisticiens, sociologues et autres économistes prompts à raisonner en termes générationnels divergent en effet sur le moment de la transition : certains estiment la durée de vie de la génération Y à une vingtaine d’années (donc une durée équivalente à celle des générations précédentes), d’autres plaident pour une transition accélérée, fixant le passage à la génération Z ou C à la fin des années 1990. »

Cette génération qui a grandi dans un quotidien largement envahi par les usages numériques se distingue par son hyperconnexion et sa manière d’être dans la communication permanente, notamment avec ses pairs. Cela bouscule les relations hiérarchiques traditionnelles, à l’école comme dans le monde du travail. C’est pourquoi, la transmission du savoir telle qu’elle est habituellement organisée à l’école ou dans l’entreprise (élèves stagiaires, apprentis, ou débutants dans un emploi) est mise à mal par ces jeunes qui ne se reconnaissent pas dans ce fonctionnement.

Rapport québécois

Pourtant, ce n’est pas nécessairement le rapport au travail qui serait déficient. C’est d’ailleurs ce que montre une étude québécoise publiée par l’Université Laval, intitulée « Le goût du travail : l’évolution du rapport au travail de jeunes adultes en phase de transition école-emploi » (pdf en ligne). Cette étude porte sur une centaine de jeunes de trois établissements différents, âgé de 17 à 25 ans à l’issue de leur formation professionnelle ou technique.

Les principaux résultats indiquent que le travail est important pour la grande majorité d’entre eux. Ce qu’ils attendent en général d’un travail, ce sont des tâches qu’ils ont plaisir à mener à bien, qui soient variées et qui leur donne des responsabilités. Ils accordent de l’importance à la qualité des relations. Le sentiment d’accomplissement personnel est important pour 11%, comment de bonnes conditions de travail.

Le rapport s’est intéressé à l’évolution de ce rapport au travail un an après, auprès des mêmes jeunes. Seule une minorité d’entre eux montre une diminution de l’importance générale du travail (13%). Ils sont plus nombreux à estimer que le travail structure leur quotidien et favorise le fait de contribuer à la société. Par contre, ils sont moins nombreux à penser que ça aide à se développer et à socialiser.

« Globalement, cette recherche montre que le travail joue un rôle important dans la vie des jeunes rencontré·e·s. Au-delà de tout discours sur les générations, le travail semble donc demeurer une valeur centrale de la vie. Cela dit, les réponses à la question «au fond, pourquoi travailler?», que nous posions en introduction, donne lieu à des réponses très variées« .

En conclusion, le rapport pointe un écart entre des éléments observés et les perceptions qu’en ont les jeunes. Cet écart est important à saisir pour travailler sur le ressenti des jeunes. Le travail reste une valeur essentielle, mais elle prend différentes formes en fonction des individus, de leur histoire, des contextes sociaux et professionnels. Les parcours des jeunes sont de plus en plus diversifiés, que ce soit pour les études ou pour l’entrée dans le monde du travail.

« Quoi qu’en disent les médias, rappelons-nous qu’au-delà des écueils rencontrés, les jeunes font généralement preuve d’une motivation et d’un goût manifestes pour le travail, comme en témoigne leur investissement dans cette sphère de vie« .


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.