La formation continue des enseignants : les budgets 2015 comme révélateurs?

En Norvège, le ministère de l’éducation nationale vient de publier un communiqué de presse indiquant les grandes priorités du budget national, pour l’éducation dont la formation continue des enseignants.

L’argumentaire utilisé est le suivant : il faut des enseignants de qualité et pour cela il faut poursuivre « l’engagement historique » dans la formation continue des enseignants, ce qui représente un budget de près d’un billion, soit un triplement du budget pour la formation des enseignants, depuis un an. Cela représente 1500 places en formation permettant à 5000 enseignants de suivre une formation, soit 3250 de plus que sous le gouvernement précédent. Sachant qu’il y a environ 200 000 enseignants en Norvège (3,5% de la population active, contre 2,4% en France)1 .

Des chiffres qui font rêver (qui veut bien considérer la formation continue et/ou le développement professionnel des enseignants comme une priorité), face à la petite place faite à la formation continue dans le projet de loi de finances 2015 pour l’éducation nationale,  tel que présenté sur le site du ministère de l’Éducation nationale, où sont mentionnées des décisions prises en 2013 ou 2014 : depuis 2013, 700 postes crées dans l’enseignement supérieur, pour les ESPÉ ; création de 200 postes de formateurs premier et second degré (rentrée 2014) et d’un  statut de professeur formateur académique (PFA) avec indemnité annuelle spécifique de 834 euros (éléments évoqués dès la fin 2013, donnant un statut aux professeurs formateurs).

Selon le rapport des inspections générales de 2013 (Actualisation du bilan de la formation continue des enseignants), en 2012, les moyens alloués à la formation continuée des stagiaires s’élevaient à 8,37 M€ et ceux alloués à la formation continue stricto sensu à  33,63 M€. Le budget global de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur s’élèvera à 88 Md€, en 2015.

Dans l’enquête TALIS de 2013, la Norvège ne figure pas dans les pays les plus en pointe en matière de formation continue, ceci expliquant peut-être le communiqué de presse ministériel. Elle est  proche de la France en matière de jours de formation, suivis sur un an (moins de 4 jours) et du % d’enseignants du premier cycle du secondaire ayant suivi ces formations ( à peine plus de 50% pour la France, 65% pour la Norvège). Puisqu’il est de coutume de citer la situation en Finlande , celle-ci se situe entre la France et la Norvège!

Globalement, quels sont les obstacles à une plus grande participation aux activités de formation continue dans les pays de l’OCDE ? L’insuffisance de mesures incitatives; une participation trop onéreuse (dans certains pays les enseignants contribuent largement à leur formation); une offre inappropriée; un emploi du temps professionnel incompatible.

Le débat continue…

Voir aussi :

  • Teacher education in Europe, European parliamentary research service, mars 2014, http://epthinktank.eu/2014/03/20/teacher-education-in-europe/
  • European Union (2010). Teachers’professional development : Europe in international comparison. Luxembourg : Office for official publications for the European Union.
  • OECD (2014). Résultats de TALIS 2013: Une perspective internationale sur l’enseignement et l’apprentissage. TALIS ; OECD Publishing (p. 95-130).
    DOI: 10.1787/9789264214293-fr
  1. données Eurostat []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *