L’ascension des chercheurs « fractionnaires »

La maxime « publish or perish » a t-elle poussé les scientifiques à publier de plus en plus ? C’est la question que pose Plume et van Weijen dans un récent article sur les pratiques de publication des chercheurs. Cette incitation à la publication contenu dans cette phrase bien célèbre qui daterait des années 1950, voire de 1942 selon E. Garfield, semble responsable de l’énorme pression que subissent les chercheurs. Afin de rester pertinent et prospère dans son domaine de recherche, le scientifique est obligé de publier sous peine d’être jeté aux oubliettes. Ce phénomène n’est donc pas nouveau mais il semble être aujourd’hui un point de mire de la recherche académique en devenant lui-même un objet d’étude florissant. On compterait aujourd’hui une moyenne de 20 articles par an sur le sujet depuis 2009 avec un pic de 37 articles parus en 2013.

Il n’est pas étonnant que le sujet passionne, et inquiète lorsque l ‘on découvre les critères d’identification des « chercheurs produisant en recherche et valorisation »  établis par l’AERES : est considéré comme publiant un chercheur dont la production scientifique de rang A1 est au moins égale en 4 ans à 2, 3 ou 4 selon la discipline (4 pour les sciences de l’homme  et de la société mais 2 pour les Mathématiques).

Comment font donc les chercheurs aujourd’hui pour faire face à ces pressions de plus en plus vives ? Doit-on conclure qu’ils écrivent plus d’articles chaque année ou bien sont-ils plus nombreux à travailler en collaboration et co-signer les fruits de leurs recherches ? A partir d’une enquête menée sur les publications publiées dans la base Scopus entre 2003 et 2013, Plume et van Weijen font plusieurs constats :

  • le nombre d’articles publiés a augmenté de 1,3 million en 2003 à 2,4 millions en 2013 ;
  • le nombre de chercheurs « publiants » est passé de de 4,6 millions en 2003 à 10 millions en 2013  mais le pourcentage d’auteurs signant seul un article a baissé de 20% en 2003 à 13% en 2013
  • en 2003 on comptait une moyenne de 3,5 auteurs par article, en 2013 ils sont 4,15.

Ces chiffres indiquent que les chercheurs signent des articles à plusieurs de plus en plus fréquemment révélant ainsi  une plus grande collaboration dans leurs pratiques de recherche mais également une stratégie efficace visant à augmenter leurs productions à partir d’une même recherche.  Ces contributions « fractionnaires » à la rédaction d’articles montrent que les habitudes changent. Un chercheur peut produire un article  qu’il signe seul  tous les deux ans ou co-signer un article avec un ou plusieurs collègues tous les ans.

Pourquoi alors la production d’articles a t-elle quasiment doublé en 10 ans ? C’est le nombre grandissant de nouveaux chercheurs entrant dans la compétition du « publish or perish » qui agit en trompe l’œil !


 

1 : Est considéré comme une production scientifique de rang A :

  • une publication dans une revue internationale ou nationale avec comité de lecture, reconnue par la communauté scientifique ;
  • un chapitre d’ouvrage ou un ouvrage de recherche (y compris les éditions critiques) reconnu par la communauté scientifique ;
  • pour le secteur STIC ou SHS, un article long dans un congrès international à comité de sélection ;
  • la constitution et la mise à disposition de bases de données, de logiciels, de corpus ou d’outils de
  • recherche ;
  • un brevet déposé à l’international.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.