Les ressources éducatives libres (OER) se tournent (enfin) vers leurs usagers

Pour faire suite à notre déplacement à l’ECER 2014, voici le compte-rendu d’un des très nombreux symposiums auxquels on pouvait assister. Il est en lien avec mon prochain dossier, qui porte sur les ressources pour l’enseignant et qui s’inscrit dans le cadre du projet ANR « Ressources vivantes pour l’enseignement et l’apprentissage » (ReVEA). Ce symposium, « Open Educational Resources and Informational Ecosystems: Impacts on Education », constitué de 4 communications en une heure et demie, avait pour sujet le courant de l’open education qui, comme son nom l’indique, cherche à rendre disponible, accessible, gratuit, tout ce qu’il faut pour enseigner et apprendre. Les chercheurs dépendant des réseaux 6 (Open Learning: Media, Environments and Cultures) et 12 (LISnet – Library and Information Science Network) étaient présents dans ce symposium commun.

Le courant de l’open education est très à la mode depuis sa création au début des années 2000. Il répond aux besoins soulevés par la société de la connaissance : rendre la connaissance accessible à tout le monde, à tout âge, la partager, la discuter, la créer facilement, etc. En 2013, un rapport de la Commission européenne (« Ouvrir l’éducation: les nouvelles technologies et les ressources éducatives libres comme sources innovantes d’enseignement et d’apprentissage pour tous ») préconisait de :
– « aider les établissements éducatifs, les enseignants et les apprenants à acquérir des compétences numériques et des méthodes d’apprentissage;
– soutenir la mise en place et l’accessibilité de ressources éducatives libres (REL) ;
– connecter les salles de classes et mettre à disposition des matériels et contenus numériques ;
– mobiliser toutes les parties prenantes (enseignants, apprenants, familles, partenaires économiques et sociaux) afin de redéfinir la place des technologies numériques dans les établissements éducatifs. »

La première communication de Theo Hug, « Opening up Education: Hopes, Obstacles and Future Perspectives », retraçait l’histoire de l’open education et des ressources éducatives libres (REL, open educational resources ou OER in english). Theo Hug soulevait l’importance de discuter du terme « libre » (open), en constante évolution dans le mouvement des REL, et qui change de sens selon que le point de vue adopté est éducatif, économique, politique, social, etc. Il a également abordé les critiques faites à l’open education : flou conceptuel, sous-estimation des problématiques pédagogiques et didactiques, ainsi que les aspects à développer, comme l’évaluation de l’usage qu’ont les praticiens de ces ressources et la prise en compte du développement personnel des apprenants face à ces ressources.
Plusieurs communicants ont évoqué la perspective historique qui était souvent oubliée dans l’open education : l’idée de mettre les ressources éducatives à disposition du plus grand nombre n’est pas née avec l’apparition des TIC, mais bien avant. En guise d’illustration, Christoph Schindler (« Editing, collecting and distributing OER ») nous a présenté ensuite tout ce que le DIPF en Allemagne avait mis à disposition des enseignants depuis les années 1980, depuis la construction de serveurs éducatifs rassemblant les ressources correspondant au curriculum de chaque Land à la mise à disposition de ressources « creative commons » créées par les enseignants de tout le pays, en passant par la plateforme Edutags (2007) qui regroupe les ressources éducatives existant sur Internet par mots-clés (18 000 ressources, dont 4 000 REL). Michael Kerres pense que ce type de plateforme « ouverte » donnant accès aux autres plateformes (portant davantage sur le contenu) peut être le moyen de s’affranchir des « écosystèmes d’information, qui apportent un environnement riche et cohérent pour l’apprentissage, mais qui enferment les usagers dans un environnement souvent restreint ».
Le développement des infrastructures qui soutiennent les REL passe désormais par une plus grande prise en compte de la production et de la distribution des REL : comment les créer ? A qui servent-elles ? Ces chercheurs reprennent par là l’idée de l’urgence de considérer l’aspect humain et non simplement technique des REL.
La dernière intervention faite par Silvia Panzavolta présente une expérience italienne, « Book in progress » (voir par exemple l’ITIS Majorana School à Brindisi), née de l’imagination d’un économiste  voulant améliorer les manuels scolaires qu’il trouvait trop théoriques et incompréhensibles. L’idée consiste à offrir à chaque élève un manuel numérique, à condition qu’il s’équipe avec une tablette et que les enseignants s’impliquent dans la création de ces manuels numériques. L’expérience concerne 1 200 enseignants et plus de 100 écoles. Même si l’idée paraît louable de prime abord pour Nelson Goncalves, discutant de ce symposium, cette expérience montre que les éditeurs ne sont pas près de partager leurs créations, ni de soutenir les créations de ressources libres : un nouveau modèle économique est à inventer pour les REL, qui ne sont d’après lui que de « petits outils face aux armes de destruction massive de la connaissance ». Selon lui, il s’agit plutôt de l’éducation « freemium » (associant une offre gratuite, en libre accès, et une offre « premium », haut de gamme, en accès payant) que de l’éducation « libre ».
Évoquant ensuite les mécanismes cachés de la très à la mode Khan academy (pas de préparation préalable pour les vidéos enregistrées par exemple), il plaide que la création de banques de données de ressources n’est pas suffisante, qu’il faut maintenant s’attaquer aux problématiques de l’usage et du « remix » du contenu de ces ressources. Il prend comme exemple les cours du MIT, en ligne depuis une dizaine d’années, qui offrent tout leur contenu mais ne partagent pas leur diplôme ni leurs enseignants…
Les questions qui restent à traiter pour lui tournent autour du travail enseignant : le partage des ressources fait-il partie de leur temps de travail ou faut-il des enseignants dédiés à la maintenance des plateformes de ressources ? Il faudrait également explorer l’usage des ressources (souvent de nature très diverse) par les enseignants, en prenant en compte que seul un petit nombre d’entre eux créent des ressources. Nelson Goncalves termine cet intéressant symposium par une affirmation : « Les REL ne sont pas pédagogiques en soi, il faut les « travailler » pour qu’elles le deviennent ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.