Le passé, le présent et le futur des recherches en éducation : un lourd programme

Avec ma collègue Catherine Reverdy, nous sommes de retour de l’« European Conference of Educational Research » (ECER 2014), qui fêtait à cette occasion les 20 ans de l’European Educational Research Association, l’association organisatrice de ce colloque et qui se tenait cette année à Porto. Un imposant programme détaillant les  4 sessions par jour des 32 networks (environ six heures/jour) de l’association était distribué aux participants.

Nous avons nous-mêmes présenté deux communications : la première axée sur les problématiques de médiation entre les politiques, la recherche et les praticiens avec la présentation de notre service comme brokerage agency (voir le Dossier de Veille  n° 89  de janvier 2014, rédigé par Olivier Rey).

La deuxième portait sur l’interprétation des résultats issus de la recherche scientifique par les politiciens en prenant comme exemple l’engouement pour la neuro-éducation, sujet que nous avions abordé dans le Dossier de Veille n° 86 de septembre 2013.

Les résumés en anglais de ces présentation se trouvent sur le site de l’ECER :

Très évocateur des préoccupations émergentes en éducation et de l’état actuel des recherches, le thème choisi pour l’ECER 2014 était : The past, present and future of educational research.

Les chercheurs « stars » (Madeleine Arnot, Gert Biesta, Marilyn Cochran-Smith, António Nóvoa et Agnès van Zanten) étaient invités à communiquer lors de keynotes (mini-conférence d’une heure) sur ce point et leurs différentes présentations étaient à l’image de courants divergents sur la place que devait tenir la recherche en éducation. Ces conférences sont en général très instructives sur les questions que se posent (ou non) les chercheurs à travers toute l’Europe et cela a lancé de nombreux débats au sein de l’association.
Parmi les problématiques récurrentes, la place des recherches en éducation dans la société actuelle, tournée résolument vers la connaissance, et par conséquent le rôle et la responsabilité des chercheurs en éducation, appelés souvent en tant qu’« experts » d’une question, face aux parents, aux chefs d’établissement, aux enseignants, aux journalistes, aux politiques…

Les différents intervenants étaient d’ailleurs divisés sur la question de l’évaluation de la recherche (et donc des chercheurs), du rendre compte et de l’importance de l’utilisation de la recherche.
Pour Agnès van Zanten, la médiation scientifique des résultats de recherche devrait être mieux prise en charge par les chercheurs, eux-mêmes devant assumer leur rôle d’expert dans une société avide de connaissances.
A l’opposé, António Nóvoa s’insurgeait contre l’assujettissement des universités face aux demandes des politiques, aux perpétuelles justifications et à l’injuste répartition des financements… Seule la liberté du chercheur avait de l’importance selon lui ! Espérons que ce sentiment ne soit pas partagé par l’ensemble de la communauté de chercheurs (pas évident au vu de la standing ovation que son discours a provoquée…).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.