Strong libraries = strong societies ?

Que retenir du Congrès IFLA (International Federation of Library Associations and Institutions), cette énooorme association internationale de professionnels des bibliothèques qui a rassemblé pas moins de 4000 participants en provenance du monde entier à Lyon la semaine dernière ?

Des bonnes et louables intentions, bien évidemment, avec cette « Déclaration de Lyon » sur l’accès à l’information et le développement présentée lors de la conférence d’ouverture par l’actuelle présidente Sinikka Sipilä. Une déclaration qui rappelle le rôle clé que les bibliothèques ont à jouer pour réduire la fracture numérique et pour garantir un accès moins inégalitaire à l’information, en étroite collaboration avec les autorités locales. Avec un slogan : « Strong libraries = strong societies: e-participation for strong societies » qui ne laisse aucun doute sur la perspective fondamentalement inclusive de cette déclaration. Une déclaration déjà signée par plus de 130 organismes, dont en France l’ADBU, le CFIBD, la FADBEN, l’ENSSIB et la BML et qui sera soumise aux Nations Unies en septembre dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le Développement. Une déclaration donc qui, curieusement, en insistant sur les inégalités d’accès, laisse dans l’ombre les inégalités d’usage, dont on sait aujourd’hui qu’elles prédominent largement du moins dans nos sociétés dites « développées ».

Du côté « éducation », plusieurs rencontres ont été organisées par la section « school libraries » de l’IFLA. Une première session proposait de discuter des mises à jour à apporter aux Normes IFLA / Unesco pour les bibliothèques scolaires, publiées en 2002 :  un florilège de principes plaidant pour des bibliothèques scolaires investies dans l’amélioration de l’enseignement et de l’apprentissage, qui bénéficient d’un personnel qualifié, de locaux et équipements adaptés et de conditions budgétaires pérennes… Déjà un vaste programme ! alors pour la 2e édition, haut les coeurs…!

La seconde session, organisée avec l’IASL, prévoyait de conclure les travaux menés dans le cadre du projet School Libraries on the Agenda (cf programme Building strong library associations) et de présenter plusieurs actions de « sensibilisation » au rôle des bibliothèques scolaires (« sensibilisation » ne rendant que très imparfaitement compte de l’anglais « advocacy », à la tonalité plus militante, sur un mode plus défensif donc).

Car la position du bibliothécaire scolaire a toujours (et même plus que jamais) besoin d’être défendue… La session du Ministère de l’éducation nationale, qui a rassemblé, d’après le compte-rendu disponible ici, une soixantaine de personnes, ne le dément pas : on y retrouve les ingrédients habituels liés à la professionnalisation des personnels des CDI, à la perspective « éducative » de leurs actions dans des lieux qui offrent ressources imprimées et ressources numériques… Bref, une belle brochette de poncifs !

Pendant ce temps-là, j’ai fait un rêve : celui où les bibliothécaires ne parlent pas qu’aux bibliothécaires (au mieux) et où la littératie numérique relève d’une responsabilité commune qui mobilise tous les acteurs de l’école, et en premier lieu le chef d’établissement ; un rêve dans lequel le bibliothécaire n’est pas l’unique « médiateur » mais a la charge de donner vie et dynamiser des « contextes de médiation », espaces-temps seuls susceptibles de promouvoir une appréhension collective durable du numérique… au service d’une autonomie citoyenne individuelle.

« strong libraries = strong societies » ? ou bien « strong schools = strong societies » ? un jour, on aura peut être un ministre capable de relever un tel défi…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *