Pédagogie Freinet & numérique

La lecture du dernier numéro du Nouvel éducateur (ICEM – Pédagogie Freinet) comporte un dossier sur le numérique. La lecture de certains articles surprend par le ton assez virulent à l’encontre des outils numériques (« Reviens, Marx, ils sont devenus fous »). Certes, le propos du premier article se veut nuancé et réaffirme le primat de la pédagogie :

« faire entrer les nouvelles technologies dans la classe et dans l’école, c’est aussi porter un regard lucide sur leurs avantages et leurs inconvénients, c’est refuser leur déification, c’est refuser que l’outil devienne le maître. Faire entrer ces nouvelles technologies, c’est leur conserver justement leur statut d’outils, outils dont nous sommes la main, outils qui doivent être au service de la construction des savoirs, au service de la libre expression ».

Mais l’appellation « nouvelles technologies » (que l’on retrouve dans d’autres articles) montre que les auteurs tiennent à distance ce qui relève du numérique. Parler de technologies présuppose qu’il faut être expert pour pouvoir les utiliser. Or, non seulement ces technologies ne sont pas nouvelles (elles étaient déjà nouvelles il y a plus de 20 ans), mais ce sont les usages qui priment, la technologie s’effaçant toujours plus, notamment avec les nouveaux terminaux.

D’ailleurs, ce ne sont pas de « simples outils » tant leur omniprésence dans la vie quotidienne affecte les usages, les manières de penser, de créer, de communiquer. L’article propose un point de vue tronqué.

Cette approche se trouve confortée par le deuxième article qui plaide pour un apprentissage du code à l’école. Tous les articles n’ont pas la même teneur. Sylvain Connac regrette d’ailleurs l’inertie d’une partie du mouvement Freinet en ce qui concerne le numérique. On pourrait élargir cette remarque à bon nombre d’acteurs de l’éducation populaire aussi. Les arguments que l’on retrouve souvent (y compris dans ce numéro de la revue) concernent l’emprise du capitalisme sur les contenus, le numérique étant ni plus ni moins qu’une machine à consommer et à décérébrer les élèves. Soit. Est-ce la raison pour laquelle il est dit que « Le fax, c’est magique » (titre d’un article de ce numéro) ?

Heureusement, d’autres articles mettent en avant des usages positifs dans les classes, qui ont permis du travail en équipe, d’échanger avec d’autres élèves, de rédiger et publier sur des blogs, d’écrire à plusieurs, de mutualiser, partager des contenus. Le « braconnage pédagogique » est nécessaire à l’enseignant, qui façonne les usages numériques en fonction de ce qu’il en attend.

Ce numéro, s’il propose des regards croisés sur la question du numérique à l’école, laisse quand même percevoir une forte réticence à son encontre. Pourtant, forts de ces interrogations légitimes, les mouvements pédagogiques seraient d’une grande utilité pour développer des usages pertinents. Or, ils ne sont pas très audibles sur ce terrain-là. Il n’est pas certain que ce numéro les rende davantage audibles.

Rappel : Thibert Rémi (2012).  Pédagogie + Numérique = Apprentissages 2.0. Dossier d’actualité n°79, novembre. http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=recherche&dossier=79&lang=fr


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *