Formateur d’enseignant : un couteau suisse?

La dernière conférence de consensus/dissensus de la Chaire Unesco « Former les enseignants au XXIe siècle pour l’année 2013-2014 s’est déroulée aujourd’hui.

Parmi les différentes interventions (voir le programme), retenons celle de Jean-Luc Ubaldi, professeur d’EPS en ZEP, formateur, directeur adjoint de l’ESPE de Lyon, pour la réalité des propos. Le titre son intervention : « Agir-interagir-prendre de la distance : itinéraire d’un formateur et d’un groupe d’enseignants en formation continue » , que l’on pourrait traduire par  « comment un enseignant de ZEP transcende son expérience (« mes savoir-faire et trucs« ) auprès d’une équipe d’enseignants d’un collège lyonnais ». Se définissant comme un formateur hybride n’ayant pas de certitude quant aux choix théoriques, il nous raconte les objets étudiés au fil des six années passées avec cette équipe : passant du 8e siècle avant Jésus-Christ à la rédaction d’un poème  en passant par la proportionnalité (comme quoi, les profs d’EPS peuvent parler d’autres choses que l’EPS!) définis avec les enseignants d’histoire, de français, de maths, etc. (ils s’y sont tous mis).

L’idée est de se fédérer sur des problèmes professionnels  (pour travailler en équipe, difficile de discuter de problèmes de charisme personnel, par exemple) et sur un système d’options partagées: pédagogie du sens (plutôt que motivation), création d’interaction,  d’estime de soi, etc.; à croiser avec une série de pratiques (et un peu de cadrage théorique).

Une fois mis en place le cadre de travail (première étape) puis l’analyse des séquences pédagogiques (une année y fut consacrée) des visites croisées sont organisées par l’équipe enseignante (le chef d’établissement favorisant cette phase de « formation continue ») pour observation, description puis analyse. Objectifs de ces visites : recueil de faits pour montrer les « faits marquant signifiants ». Les enseignants ont souvent du mal à décrire les faits, il faut donc les pousser un peu dans ce sens; il faut  proposer des hypothèses d’explicitation puis des hypothèses d’action.
Les limites de l’opération (pour démultiplication) : la non ouverture de la porte des classes, les enseignants refusent le plus souvent, la vidéo en classe reste encore difficile.

Les conclusions de Jean-Luc Ubaldi :
– « La vertu des productions collectives est la confiance« ;
– Il faut valoriser les enseignants qui réalisent ce type d’actions;
– Il faut encore régler la tension entre préoccupation didactico-pédagogique et préoccupation métier;
– En formation continue, en établissement, il faut engager les collègues dans une démarche de formalisation (préparation et restitution à la communauté éducative); construire une légitimité et la faire accepter.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *