L’entrepreneuriat ? : on en parle…

Le printemps des revues en éducation voit (re)fleurir la problématique des relations entre monde de l’entreprise et éducation :

  • Le numéro 141 (mars) de la revue Administration et éducation porte sur « les entreprises et l’école ». (Sommaire ).
  • Le numéro 41 des Cahiers de l’action de l’INJEP : « Ce que entreprendre permet d’apprendre : Entreprenariat des jeunes : insertion professionnelle pour certains, levier d’apprentissage pour tous » (Sommaire ).

Faut-il apprendre à entreprendre ? La promotion de l’esprit d’entreprise est-il consubstantiel du capitalisme ? Les réactions hostiles ou a minima méfiantes des acteurs de l’éducation envers l’entreprise ne sont pas récentes : on peut se souvenir des manifestations contre la création des DESS, à la fin des années 1970 : l’entrée de l’entreprise dans les universités n’était pas de mise et les contenus d’enseignement ne pouvaient être dictés par la logique de marché.

Depuis, la professionnalisation des formations universitaires a fait son chemin (Reverdy, 2014) et la sanctuarisation de l’École et la valeur des connaissances universelles ont été bousculées par le chômage grandissant et par les préconisations institutionnelles (OCDE et Europe) visant à préparer les élèves à devenir des citoyens aptes à trouver leur place dans la société. On passe peut-être à une phase applicative (ou applicationniste) avec l’introduction du mot entrepreneuriat dans les cursus de formation.

Entreprendre, avoir l’esprit d’entreprise, faire des projets (de préférence pour réussir), prendre des risques, créer… et innover. Créativité et savoir-faire, deux compétences indispensables à l’entrepreneur idéal, mais qui n’aurait pas forcément à voir avec l’excellence. Dans le dernier numéro d’Administration et éducation, B. Desclaux cite un opuscule rédigé par un responsable des activités de créativité au service de l’innovation technologique du CEA, dans lequel celui-ci explique que les premiers de la classe sont des cancres de l’innovation parce qu’ils manquent de curiosité (inhibée par la certitude de savoir ce qui peut se faire ou pas).

En France, il est surtout question d’entrepreneuriat dans l’enseignement supérieur, et un peu au secondaire.
Le concept d’« entrepreneuship » a pris naissance dans les universités américaines dans les années soixante. En France, l’engouement pour la création d’entreprise date plutôt des années 1990, et les premières formations ont été mises en place à la fin des années 1980, dans les écoles de commerce et les écoles d’ingénieurs. La loi sur l’enseignement supérieur et la recherche, de juillet 2013 lancent les pôles étudiants pour l’innovation, le transfert et l’entrepreneuriat (PEPITE) (voir Reverdy, 2014, p. 14).

Dans le secondaire, la stimulation de l’esprit d’entreprise est remise en avant, en avril 2013, par F. Hollande, qui propose que soit mis en place un programme d’enseignement de la sixième à la terminale.

Jusqu’à présent, le couplage entre entrepreneuriat et enseignement secondaire, dans la sphère francophone était essentiellement Québécois. Quelques exemples :

–       Le défi de l’entrepreneuriat jeunesse (2004) vise à favoriser le développement d’une véritable culture de l’entrepreneuriat au sein de la jeunesse québécoise et à en promouvoir les valeurs.

–       Le Portfolio de l’entrepreneuriat au secondaire est un outil destiné aux directions d’école, aux enseignants et aux professionnels des services éducatifs complémentaires. Il s’intègre au domaine général de formation  (programme) « Orientation et entrepreneuriat ». L’intention éducative est d’amener l’élève à entreprendre et à mener des projets orientés vers la réalisation de soi et l’insertion dans la société. La sensibilisation  à l’entrepreneuriat s’insère dans  la construction d’une vision globale du monde : se situer au regard de l’entrepreneuriat et mettre en œuvre un projet entrepreneurial.

–       Le réseau québécois des écoles micro-entreprises environnementales (RQÉEE) est « le seul réseau qui permet de répondre au besoin de développer une culture entrepreneuriale consciente chez  les jeunes du préscolaire au collégial ». Créé en 1999, il concerne un peu plus de 80 écoles primaires et secondaires.

Les programmes québécois font référence  à des compétences à acquérir, en relation avec d’autres domaines généraux de formation (santé et bien-être, environnement et consommation, médias, vivre ensemble et citoyenneté), avec  les compétences transversales (d’ordre intellectuel, méthodologique, personnel et social, de l’ordre de la communication) et avec d’autres domaines d’apprentissage (mathématique, science, technologie, langues, univers social, arts, développement de la personne ; développement professionnel).

Tout un programme. Qu’en est-il des programmes français? Affaire à suivre.

Bibliographie

  • Desclaux Bernard (2014). « Esprit d’entreprise et défiance éducative ». Administration et éducation, n°141, 2014/1, mars, p. 23-29.
  • Reverdy Catherine (2014). « De l’université à la vie active ». Dossier de veille de l’IFÉ, n° 91, mars.
  • UNESCO (2008). On promoting entrepreneurship educationin secondary schools. Bangkok : Unesco.
  • Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (2008). Le portfolio de l’entrepreneuriat au secondaire. Québec : Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport.
  • Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (s.d.). Sensibilisation à l’entrepreneuriat. Programme de formation de l’école québécoise. Québec : Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport.
  • Endrizzi Laure (2009). « La relation école-emploi bousculée par l’orientation ». Dossier d’actualité, n° 47, septembre.
  • Dhont-Peltrault Estelle, Llense Fabienne (2012). « L’entrepreneuriat en France. Volet 1 : mythes et réalités de la comparaison internationale ». La note d’analyse, Centre d’analyse stratégique, n° 296, octobre.
  • CPEJ (2011). Diagnostic des programmes en faveur du développement de l’esprit d’entreprendre dans l’enseignement secondaire et l’enseignement supérieur. Paris : APCE.
  • Fayolle Alain (2001). Les enjeux du développement de l’enseignement de l’entrepreneuriat en France. Lyon : direction de la technologie du ministère de la recherche.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.