Jusqu’où empiler les disciplines ?

Une lettre ouverte au Président de la République lui demandant de valoriser l’enseignement de l’informatique a récemment été publiée par la société informatique de France qui se conclut, évidemment, par la demande de création d’un CAPES et d’une Agrégation d’informatique.

Nous ne discuterons pas ici du fond de cette revendication, mais de ce qu’elle signifie en tant que démarche : alors même que le président du Conseil supérieur des programmes met en avant la nécessité d’une approche globale et curriculaire, les pétitionnaires empruntent la voie classique typiquement française consistant à rajouter une couche à l’empilement disciplinaire dont souffre déjà l’enseignement secondaire.

Il est singulier que la seule méthode que l’on envisage pour promouvoir un champ de connaissances ou de compétences soit de créer une nouvelle boîte disciplinaire. A la place de laquelle d’ailleurs ? Mystère. Soit il s’agit de plaider pour qu’on rajoute quelques heures aux emplois du temps existants, soit il s’agit de rogner sur les horaires existants d’autres disciplines, mais dans ces cas là il faut dire lesquelles.

On sait déjà que l’histoire est intouchable dans les séries où se forment les enfants de l’élite (en filières pro et technologiques c’est un autre affaire…) puisque le Président l’avait rétabli en terminale S en 2012, devant une autre vague pétitionnaire. Alors, à qui le tour ? La philosophie ? les mathématiques ? Les langues vivantes ?… Bien entendu, ces disciplines ainsi que toutes les autres existantes sont « indispensables à la formation du citoyen » et « à la compréhension du monde dans lequel nous vivons » et même certainement à notre compétitivité et nos capacités d’innovation.

On peut aussi d’ailleurs penser que c’est impensable qu’il n’y ait pas de formation au droit dans le socle commun, alors que les questions juridiques prennent tant d’importance dans nos sociétés. Et la psychologie ? Et la sociologie ? Et comment prépare-t-on « nos enfants » à se nourrir correctement ? A vivre en société et avec le respect des différences ? A savoir gérer leurs relations avec autrui ? Sans parler des éducation à… (la santé, l’environnement, la sexualité, la citoyenneté…) qui sont si difficilement assurées actuellement ?   Philippe Perrenoud a récemment montré (cf. note critique sur le site de la Revue française de pédagogie) combien les enseignements disciplinaires actuels pouvaient mal préparer à la vie du futur citoyen, travailleur, consommateur, etc.

Peut-on vraiment demander à l’école de se (sur)charger de tout comme le montre Lelièvre ?

Le débat est assurément complexe, mais ce qui est certain, c’est que revendiquer une place au soleil pour une « discipline » sans se soucier de l’équilibre curriculaire d’ensemble est sans doute le pire moyen de l’entamer.


1 réflexion sur « Jusqu’où empiler les disciplines ? »

  1. Aujourd’hui, en particulier dans l’enseignement général, chaque discipline se pose en s’opposant aux autres, et surtout celles qui lui sont proches. Ce lobbying détruit l’éducation, et impose aux élèves une vision cloisonnée de la science et de la culture. C’est une autre voie qu’il faut prendre, et l’enseignement professionnel, avec ses enseignants bi-disciplinaires, montre qu’une autre voie est possible. J’appuie complètement cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.