A quand une formation à la communication scientifique ?

C’est quoi être universitaire ? C’est en théorie partager son temps entre des enseignements à donner et des recherches à encadrer ou à mener.

Côté recherche, une activité récurrente et attendue consiste à aller de colloques en conférences pour exposer ses travaux. Dans le jargon de la recherche, on appelle ça une « communication ».

C’est quoi être un « veilleur » en éducation ? C’est aller de colloques en conférences pour écouter des chercheurs -jeunes et moins jeunes- afin de se tenir le plus à jour possible sur ce qui s’échange concernant les questions « vives » du moment.

Mission plaisante et passionnante, sauf dans les trop nombreuses occasions où l’on se dit qu’il faudrait d’abord imposer un stage de formation à la communication scientifique à nos chercheurs !

Parmi les cas de figure qui transforment une communication en moment très pénible, voici quelques anecdotes hélas toutes authentiques…

Diaporama ou non ?

La majeure partie des conférenciers académiques utilisent désormais  une  présentation par diapos pour présenter le plan de leur intervention ou quelques citations, généralement à bon escient.

Certains résistent encore et toujours au « point de puissance » mais maitrisent suffisamment leur sujet et l’art oratoire pour être clairs et intéressants.

Et puis il y a ceux qui croient qu’un bon philosophe ou un bon historien se doit de snober ces gadgets modernes et qui se font un devoir de lire leur pensum d’une voix monotone et sans relever la tête.

Il y a également ceux qui sacrifient à la technologie mais n’ont pas compris que le but du jeu n’est pas de copier/coller un texte de 30 pages en autant de diapos qu’il est nécessaire (la police corps 18 sur une diapo, c’est inimitable….).

Il y a encore ceux qui croient sérieusement que prévoir 40 diapos pour une intervention de 15 minutes ne leur posera aucun problème.

On passera plus rapidement sur le cas de ceux qui se demandent en direct et sur grand écran où est le bon fichier parmi les 678 qui trainent sur leur disque dur ou leur clé USB. Ceux là nous font aussi souvent profiter de  leurs photos de vacances de façon inopinée…

Il vous reste deux minutes pour conclure….

Sauf pour quelques speakers invités qui peuvent se répandre sur 45 mn ou plus, il est d’usage que l’on dispose d’un temps limité (entre 15 et 30 mn) pour exposer son propos et répondre à quelques questions.

Certains n’en ont cure et se perdent dans une introduction interminable qui occupe déjà deux tiers du temps qui leur est imparti. Quand le modérateur brandit la terrible feuille « 5 mn », ils prennent alors un air horrifié, semblant réaliser qu’ils ne sont qu’au point 2 de leur développement qui en compte 5.

Ces collègues ont-ils pris la peine de préparer leur communication ?

Exigent-ils de leurs étudiants une maîtrise de leur pensée qu’ils ne sont pas capables d’appliquer ?

Respectent-ils l’intervenant suivant qui voit le temps restant fondre comme neige au soleil ?

De la théorie bien encombrante

Figure obligée, notamment pour le jeune chercheur, l’exposé du « cadre théorique » est souvent le cauchemar des auditeurs de colloques.

En premier lieu parce qu’il tend fréquemment à occuper une grande part du propos, alors qu’il est rare qu’on vienne là pour découvrir ce qu’ont pu dire Vygotsky, Bernstein ou Chevallard (surtout quand certains démontrent surtout qu’ils maitrisent mal la théorie des grands auteurs, en présentant par exemple « la théorie de l’acteur selon Bourdieu… »).

En second lieu parce qu’il n’est pas rare que l’exercice reste très artificiel, avec un exposé qui commence par convoquer des grands paradigmes pour tomber sans transition dans la description laborieuse de quelques entretiens non-directifs, sans qu’on discerne bien le rapport entre les deux.

Entre le modèle théorique et la réalité dont il est censé permettre l’appréhension, il y a une sorte de trou noir qu’on fait semblant de ne pas voir, au risque du ridicule.

D’ailleurs, dans le même ordre d’idée, on reste toujours perplexe de constater le recours aux figures statistiques (diagrammes en tous genres notamment) pour exposer des résultats qui portent sur un échantillon de trois ou quatre personnes !

 


5 réflexions au sujet de « A quand une formation à la communication scientifique ? »

  1. J’ai longtemps donné un cours de communication scientifique à des étudiants de maîtrise en sciences de l’environnement. Une nécessité..mais on devrait souvent aussi donner une formation en continu..car trop de scientifiques oublient les bases… IL faut aller dans les congrès pour se désoler…

  2. De la même façon, l’école doctorale 50, c’est-à-dire essentiellement l’école doctorale de l’Université Stendhal — Grenoble 3, propose un séminaire de formation de 12 heures à la communication scientifique (avec conception de posters, mini-colloques, rédactions de propositions), plusieurs formations d’une dizaine d’heures à la communication scientifique en anglais et des formations à la conception et l’utilisation des diaporamas, y compris avec inclusion de fichiers sonores et vidéos.

    J’ai entendu dire que le programme était fort efficace. De fait, il y a un cruel manque de formation et j’ai assisté à des conférences de vingt minutes qui en duraient quarante avec des diaporamas jaunes et noirs. Une expérience… douloureuse.

  3. Nous essayons modestement, depuis plusieurs années, de sensibiliser des élèves de cycle 3 à cette problématique.
    http://pedagogie.ac-toulouse.fr/sciences31/spip.php?article61

    Il ne s’agit que d’une première sensibilisation et, bien évidemment, cela nécessite une continuité (collège, lycée, université).

    Encore merci pour vos travaux qui nourrissent notre réflexion.

    Stéphane Respaud
    Inspecteur de l’Éducation nationale, chargé du dossier « Sciences à l’école » en Haute-Garonne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *