Le numérique à l’école : ludique ou magistral ?

J’écoutais hier une chronique de France Info intitulée “Le numérique à l’école : un voeu pieux ?” (le 17/20 numérique). Deux invités : Catherine Bizot (Inspectrice Générale et directrice de projet de la mise en oeuvre de la stratégie numérique au ministère de l’Éducation nationale) et Romain Kachaner, enseignant de français.

Les chroniqueurs rappellent que l’Éducation nationale n’a pas franchi le pas du web 2.0, contrairement aux États-Unis où près de la moitié des classes sont équipées en tableaux numériques interactifs (TNI). Si par web 2.0 on entend la possibilité laissée à chacun de créer du contenu et d’échanger avec les autres, l’utilisation de TNI n’est pas synonyme d’usages de type web 2.0 (collectif, interactif, mutualisation, partage, etc.). De même, l’utilisation du terme “ludique”, entendu dans cette rubrique comme ailleurs, pour prouver l’intérêt de tel ou tel outil (comme si une fois qu’on a dit que c’était “ludique”, il n’y avait plus rien à prouver) me semble tout aussi abusive.
Heureusement, Catherine Bizot rappelle que ce n’est pas l’outil qui est important mais les modalités d’enseignement et que le numérique peut être un levier pour apprendre et enseigner autrement. C’est toute la thèse présentée dans le dossier d’actualité n°79 de novembre 2012 (“Pédagogie + Numérique = Apprentissages 2.0“). Il peut, mais ce n’est pas systématique. En effet, Martin Lessard, dans un article du site prisme pense que le numérique amplifie ce que l’on est mais qu’il n’est pas intrinsèquement un moteur de l’apprentissage.
Revenons-en quand même au TNI, largement mentionné dans cette chronique. C’est l’outil de prédilection des enseignants (pour beaucoup, le numérique se résume aux outils bureautiques, à la recherche sur internet et au couple vidéo projecteur / TNI). Une des raisons évoquées par certains, c’est que c’est l’outil qui bouscule le moins les pratiques d’enseignement existantes : il est possible d’utiliser le numérique pour continuer à faire de l’enseignement frontal. Qui parle d’usages 2.0 ?
Une étude (à paraitre bientôt) a été réalisée par l‘Université de Montréal, dont le site ledevoir.com se fait l’écho, dresse un tableau sombre des TNI du fait de nombreux problèmes techniques et d’un manque de formation des enseignants. Cette étude a été menée par Thierry Karsenti (qui a déjà publié des articles sur les TNI) et se base sur une enquête auprès de 800 enseignants et plus de 10 000 élèves. La plupart du temps, le TNI ne sert que de tableau de projection. Les interactions possibles n’existent que dans une minorité des cas. Le potentiel des TNI n’est pas utilisé et la motivation qu’il suscite chez les élèves ne dure pas longtemps.

Bref, œuvrer pour le numérique à l’école n’est pas chose simple. Les questions de pédagogie, de modalités d’enseignement sont essentielles, bien plus que les outils utilisés, qu’ils soient considérés comme “ludiques” ou pas.


4 réflexions sur « Le numérique à l’école : ludique ou magistral ? »

  1. Merci pour ce billet…
    Les technologies numériques disponibles en classe ne font qu’offrir des potentialités qui sont ou ne sont pas utilisées par les enseignants.
    Il en est de même pour les technologies analogiques (utilisation de dictionnaires, organisation des tables, gestion de l’occupation des murs, place du bureau de l’enseignant, etc…)
    L’erreur souvent commise par l’encadrement ou les collectivités est de considérer que l’introduction d’un outil (numérique ou analogique) va automatiquement provoquer un changement de pédagogie qui sera positive.
    Il n’en n’est rien, jamais…
    Les présentations, formations, accompagnements, échanges entre pairs, encouragements sont des conditions nécessaires à la transformation de ces potentialités en utilisations réelles et perçues comme efficaces par les enseignants.
    L’utilisation d’une technologie quelle qu’elle soit ne doit pas être présenté comme le moyen révolutionner une pratique pédagogique. C’est la meilleure solution pour provoquer un blocage chez la plupart des enseignants !
    Oui un outil numérique peut rendre plus facile et plus efficiente une pratique qui serait considérer comme peu noble (pédagogie frontale) et ce n’est pas un vrai problème si cette pratique devient plus efficace et permet à l’enseignant de gagner du temps et de la confiance.
    Enfin, il faut sans doute mettre un terme au mythe de l’outil individuel plus efficace que l’outil collectif dans une classe. Qui utilise des ardoises simples avec un tableau numérique ? qui se préoccupe de ce que chacun des élèves réalise sur sa table lorsque l’enseignant ou un élève agit au tableau ?
    Les tablettes numériques peuvent également être utilisées comme des outils d’entrainement enfermant les élèves dans une relation exclusive avec des contenus ou des répéticiels (approche “pavlovienne”) ou alors être utilisés pour construire des scénarios socio-constructivistes voir connectivites. Mais un tableau en bois et des feuilles de papier permettent également de réaliser ces scenarios qui sont tout à fait complémentaires…
    A discuter 😉

  2. Bonjour
    Voici un lien vers un article qui illustre comment l’outil numérique peut être mis au service des apprentissages à l’école maternelle …
    http://www.marseille-6.ien.13.ac-aix-marseille.fr/spip/spip.php?rubrique51
    Des initiatives de pratiques pédagogiques innovantes se mettent en place ; il suffirait peut être de leur donner les moyens de se développer, de se partager …
    L’expérimentation ne fait que commencer ; soyons confiant !

  3. Bonjour et merci pour cet article qui met en avant un des problèmes face au numérique : on parle outil avant de parler pédagogie. Si l’on regarde un peu ce qui se passe sur le terrain pour les “référents pour les usages pédagogiques numériques” en établissement, l’académie de Poitiers note que “L’administration d’applications pédagogiques et du site de l’établissement, voire dans certains établissements du réseau pédagogique et d’applications de vie scolaire (cahier de textes, suivi des notes…) […] prennent le pas sur les missions d’impulsion des pratiques pédagogiques du numérique dans les établissements non pourvus de techniciens des collectivités.” L’aspect technologique prend le pas sur la pédagogie. Dans l’académie d’Orléans-Tours, on raccourci l’appellation pour ne plus parler que de “référent numérique”. je ne ferai pas le tour de toutes les académie mais je pense que le problème est le même un peu partout, alors que “Les questions de pédagogie, de modalités d’enseignement sont essentielles”.

  4. Ce que vous soulignez avec le TBI risque fort de se reproduire avec les tablettes si on y prend garde… mais l’outil induit des postures et il est plus difficile de faire du magistral avec une tablette qu’avec un TBI. IL se peut donc malgré tout que peu à peu on évolue vers plus d’individuation, plus de partage :voyez ce qu’en dit Laurent Carlier
    http://www.fle.fr/fr/pages-pro/article/post/266/Les-tablettes-et-si-vous-vous-y-mettiez

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.