Décrochage scolaire : le cas de l’Amérique latine et du Liban (Anne Blasco – CIEP)

Dans la cadre d’un travail européen sur la thématique du décrochage scolaire, l’agence 2e2f organisait les 3 et 4 juillet au CIEP un séminaire dont le thème était « Expérimentons en Europe contre le décrochage scolaire« . Étaient présents pour les interventions de la première journée Catherine Marmiesse (DGESCO), Catherine Pérotin (IFE), Régis Guyon (CNDP – Revue Diversité) et moi-même (IFE) pour présenter le dossier d’actualité n°84 sur le décrochage scolaire. La dernière intervention en plénière était celle de Anne Blasco (CIEP) qui a présenté les travaux effectués dans le cadre du programme Eurosocial en Amérique latine et ceux à venir au Liban.

Eurosocial phase 1 : cohésion sociale

Le CIEP mène des projets de coopération en éducation avec des pays étrangers (aide au développement) et participe au programme européen Eurosocial depuis 2005. La première phase a eu lieu entre 2005 et 2010 avec pour objectif de développer la cohésion sociale en Amérique latine à travers des échanges entre administrations publiques dans des secteurs divers tels que l’éducation, la fiscalité, la santé, l’emploi et les finances publiques. Le CIEP a été chef de file du secteur éducation dans ce projet et s’est particulièrement intéressé au décrochage scolaire et aux programmes spécifiques mis en place pour l’insertion ou la réinsertion professionnelles des jeunes. Les programmes pouvaient être par exemple :

  • des programmes d’accélération  (Salvador, Mexique) : peut-on apprendre en moins de temps lorsque l’on a décroché de l’école ?
  • des écoles communautaires en Uruguay.
  • des écoles qui vont chercher les enfants là où ils sont en dehors de l’école (Colombie) pour les éduquer dans ces lieux (aux champs, dans les familles, etc.).
  • une réorganisation des trajectoires scolaires (Argentine) pour des élèves sur-âgés.

Les constats qui sont faits dans ces études sont de deux ordres :

  • Les programmes sont très limités dans l’échelle des publics cibles. Peu de jeunes sont concernés. La généralisation est-elle possible (passer à une autre échelle) ?
  • L’institutionnalisation de ces programmes est-elle possible ? Il manque une volonté de l’État, une stratégie nationale (ou provinciale). Les programmes sont souvent atomisés et il n’y a pas de réel pilotage.

Eurosocial phase 2 : le décrochage scolaire

La phase deux du projet Eurosocial (2010 – 2015) est un programme basé sur la demande des pays en analysant les besoins de ces pays. Le problème du décrochage scolaire a été privilégié par bon nombre d’entre eux.
Si le terme de désertion a été utilisé dans certains pays, ce n’est plus le cas actuellement, ce terme est de plus en plus banni. La permanence scolaire fait de plus en plus consensus (persévérance scolaire en france). Depuis 2011 donc, ces pays travaillent sur la permanence dans le secondaire.

Des situations hétérogènes

La situation de l’Amérique latine est très hétérogène selon les pays. Le décrochage ne se définit pas de la même façon qu’en France. En moyenne, moins de 50% des élèves finalisent leurs études secondaires, avec des variations considérables :

  • L’Argentine, le Chili, Cuba et le Pérou ont des taux d’achèvement du primaire qui avoisine les 100% et sont entre 60 et 90% pour le secondaire.
  • Le Guatémala, le Nicaragua et le Honduras ont des taux d’achèvement du primaire de l’ordre de 60/70% et de 20 à 30% pour le secondaire.

Co-existent sur ce continent des modèles pédagogiques et institutionnels anciens et dépassés et des modèles modernes, plus avancés parfois que ceux des pays européens. Par exemple, l’Argentine a décrété l’école obligatoire à 18 ans en 2009. C’est un cas intéressant pour mesurer si cela a un impact sur le taux de décrochage.

Causes du décrochage

L’objectif de ce projet est de comprendre les causes de la désertion :

  • problèmes de pauvreté : des pays octroient des bourses pour les enfants qui vont à l’école, d’autres fournissent des repas gratuitement aux enfants. Tout ceci se fait dans une approche intersectorielle.
  • causes socio-économiques : on assiste à des déplacements de population pour cause de conflits (Colombie).
  • problèmes de violence.
  • travail des enfants, malgré l’obligation scolaire inscrite dans la loi parfois.
  • motivation des élèves : l’école ne correspond pas aux besoins et attentes des élèves et familles. Ces besoins sont en train de changer. Les élèves attendent quelque chose de l’école.
  • expulsions des élèves en difficultés.

Une enquête nationale en Colombie menée en 2010 a mis en évidence les causes suivantes :  changement de domicile (conflits), migration, emploi, problèmes culturels (40 langues au Guatemala par exemple, pour 40 millions d’habitants), éloignement de l’école, travail, droits de scolarité, etc.

Systèmes d’alerte

Une fois les causes repérées, il faut élaborer des systèmes d’alerte pour faire de la prévention ou de l’intervention. En Colombie et au Mexique a été mis en place un système de veille pour répertorier les décrocheurs en qualifiant leur langue, leur communauté, leur famille, etc. en s’appuyant sur les acteurs locaux. Il y a un traitement statistique au niveau national et un traitement individuel au niveau local pour les élèves repérés. En Colombie, il y a même des indicateurs de risque de décrochage.

Il est nécessaire d’insérer ces programmes dans une politique nationale et régionale. Faut-il faire des programmes spécifiques ou génériques ? Unité ou différenciation ? Faut-il faire de la prévention dans le cœur du système (pédagogie active, projets, etc.) ou à la marge (intervention ciblée) ? C’est un vrai dilemme qu’il faut trancher. La différenciation conduit souvent à des circuits parallèles qui se révèlent être des impasses. Dans plusieurs pays, la pédagogie active est au cœur de la formation des enseignants, comme pour le Liban.

Réformes curriculaires

L’Amérique latine a connu beaucoup de réformes curriculaires. En effet les curricula manquaient souvent de cohérence entre les cycles ou encore entre la voie générale et la voie professionnelle. L’objectif est aussi d’adapter les curricula aux besoins des élèves pour accroitre leur envie d’école, leur motivation et pour correspondre aussi aux besoins de la société. Au Costa Rica, une partie du curriculum concerne l’apprendre à vivre ensemble (éthique, esthétique, art, citoyenneté). Ils ont aussi un programme spécifique pour lutter contre les grossesses précoces, assorti d’un programme d’inclusion des filles concernées.

On trouve souvent des modalités flexibles en Amérique latine pour s’adapter aux jeunes (ex : école le soir, école par alternance, écoles ouvertes, etc… scénarios éducatifs différents).
On trouve aussi des stratégies liées à l’école et à son entourage. Par exemple, des pays mettent au cœur de la formation des enseignants des nouvelles méthodes pédagogiques, du travail en équipe. La formation des directeurs d’établissement avec une approche participative et intersectorielle est privilégiée aussi. Le thème du décrochage scolaire est incontournable.
Il y a aussi une volonté de revaloriser l’enseignement technique et professionnel qui était plutôt considéré comme une voie de garage.

Au Liban

Le projet Eurosocial pour le Liban en est à son tout début. Les difficultés du système éducatif libanais concernent l’offre scolaire inéquitablement répartie, le poids du privé face à une école publique de mauvaise qualité, la formation des enseignants du public qui laisse à désirer, l’insécurité linguistique des jeunes (généralisation du bilinguisme).

Le taux de rétention dans le public est de 40% entre le primaire et le secondaire. Des problèmes sont repérés au moment des transitions, avec des taux de redoublement de 21% en élémentaire. On assiste aussi à une atomisation des initiatives.
Il y a une réelle demande de diagnostic sur les besoins des écoles et des élèves. Deux axes d’intervention ont déjà été choisis pour tous par le ministère :

  • Formation (continue) des formateurs et enseignants avec introduction de la pédagogie active ; formation des conseillers pédagogiques qui doivent repérer les élèves en difficultés ; formation des directeurs d’établissement pour que le décrochage soit pris en compte dans ce qui tient lieu de projet d’établissement ;
  • Développement de ressources éducatives pour aider les enseignants à pallier les difficultés des élèves

Une expérimentation est prévue sur 150 écoles. Il faut ensuite trouver quel système d’alerte mettre en place pour suivre les élèves et résoudre les difficultés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *