Chacun regarde l’éducation par le bout de sa lorgnette…

C’est aujourd’hui, 25 juin, que l’OCDE publie avec fanfare et trompettes son édition annuelle des « Regards sur l’éducation ».

Maryline Baumard, du journal Le Monde, titre « Les écoliers sont scotchés à leurs chaises 8 500 heures » (25/06/13) :

–       10,43% de temps scolaire de plus que la moyenne des pays de l’OCDE pour le primaire, 11,46% pour le collège ;

–       8500 heures entre 6 et 16 ans contre une moyenne de 7751 heures ;

–       en maternelle, les petits français travaillent la langue “maternelle” 37% de leur temps, contre 27% en moyenne ;

–       les petits coréens sont meilleurs en maths en ne leur consacrant que 14 % du temps scolaire.

ToutEduc positive en indiquant que « le niveau monte dans l’ensemble des pays de l’OCDE » (25/06/13) :

–       en Corée du sud, 65% des 25-34 ont un diplôme de l’enseignement supérieur contre 45 % en France ;

–       l’obésité est inversement proportionnelle au niveau d’étude atteint ;

–       passer des années à étudier pour aboutir à l’obtention d’un diplôme, ça rapporte ! 70 000 euros de bénéfice pour un jeune diplômé du secondaire et 23 000 euros pour la collectivité [en France].

Le café pédagogique retient « les inégalités criantes entre primaire et secondaire en France » (en ce qui concerne les enseignants) :

–       les enseignants français ont un salaire inférieur à la moyenne des enseignants de l’OCDE et celui-ci a baissé de 20%, contrairement à  un mouvement de hausse  constaté dans la majorité des autres pays ;

–      seulement 6 pays sur 36 ont, comme la France, des écarts de salaires  importants  entre professeur des écoles, de collège et de lycée (le salaire des enseignants du primaire étant inférieur de 6 700 à 6 900 euros par an).

–       Les enseignants français du primaire ont 40% d’heures d’enseignement de plus que les enseignants du secondaire. Seuls la Grèce, Israël et la république tchèque connaissent des écarts équivalents.

EducPros.fr affiche un enthousiasme mitigé avec « une réussite relative des étudiants français » :

–       le taux de réussite dans le supérieur est de 75% en France, le taux le plus bas étant de l’ordre de 60% ;

–       un diplômé du supérieur peut bénéficier d’un revenu supérieur de 47% à celui d’un diplômé du secondaire, cet écart étant plus important pour la moyenne des pays de l’OCDE (+57%) ;

–       23,3 % des jeunes français sans qualification contre 18,1% dans la moyenne OCDE ; 11,4 % des bacheliers sont sans emploi contre 9,5% en moyenne ; 6% des diplômés de l’enseignement supérieur sont au chômage contre près de 8% pour la moyenne OCDE ;

–       le pourcentage de diplômés parmi les 25-34 ans est de 43 % en France contre 39% pour la moyenne OCDE et 55% en Corée, Japon, Canada ou Russie ; [en fait le taux est de 64% pour la Corée et de 55% pour la Russie] ;

–       6% des étudiants étrangers ont choisis la France, contre 17% les États-Unis et 13% le Royaume-Uni (la France figurant en 3ème position, avec l’Australie et l’Allemagne).

Il semble bien que dans les commentaires de ce rapport se profile une nouvelle vedette, détrônant la sempiternelle Finlande… la Corée du Sud ! Des systèmes éducatifs bien différents. Le Centre de recherche en éducation de Nantes  produira-t-il un dossier sur le miracle coréen après avoir dénoncé « le mythe finlandais » dans le dernier numéro de la revue Recherches en éducation ?

À propos de ce dossier, il y est discuté (entre autres sujets) des points suivants: le modèle finlandais n’est pas exportable, c’est une question de culture ; la performance finlandaise est douteuse, « parce que se prêtant mieux aux évaluations PISA » et répondant à un « modèle libéral ». Au regard de ces critiques, il semble peu probable que la performance coréenne soit plus digne d’auréole que la celle de la Finlande. Il faudrait décortiquer le système coréen lors d’un autre article.

 

 

 



Citer ce billet
Annie Feyfant (2013, 25 juin). Chacun regarde l’éducation par le bout de sa lorgnette…. Éduveille. Consulté le 15 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o3qh

Une réflexion sur « Chacun regarde l’éducation par le bout de sa lorgnette… »

  1. Concernant tous ces articles qui dépensent autant d’énergie à vouloir démythifier le modèle finlandais, il faudrait surtout se demander quel est leur problème et à quelle question ils entendent répondre ? Autant d’acharnement, à renfort d’arguments souvent bien peu scientifiques, est pour le moins suspect.
    On attend cela d’un talk-show télévisé, éventuellement, car tout ce qui fait polémique est bon pour l’audience.
    Qu’un bulletin d’un centre de recherche, en revanche, ne trouve rien de plus urgent et pertinent que de consacrer un dossier à déconstruire le mythe finlandais laisse songeur sur les priorités d’une partie de la communauté des sciences de l’éducation…

Les commentaires sont fermés.