Nouvelles questions politiques en matière d’éducation dans les pays de l’OCDE

(Vu sur le site de l’OCDE)
Les hauts responsables de l’éducation des pays de l’OCDE se sont réunis à Copenhague les 22 et 23 septembre 2005 pour définir les questions de fond auxquelles ils pensent être confrontés dans les trois à cinq ans à venir.
Les trois grands thèmes de discussion étaient les suivants :

Qualité, équité et efficience

Améliorer la qualité de l’enseignement et l’équité des résultats constitue l’un des principaux objectifs des pays depuis quelques années. Les questions de fond définies par les pays montrent qu’il reste beaucoup à faire, notamment dans les domaines suivants :

  • Qualité : culture de l’évaluation, rôle des systèmes de comparaison internationale, enseignement et apprentissage individualisés, personnalisation du soutien scolaire et de la motivation.
  • Équité : taux d’abandon, échec scolaire, insertion des personnes issues de l’immigration et de minorités, matériel/contenu/évaluation/pédagogie spécifique pour les populations vulnérables.En outre, les réponses des pays montrent que l’efficience des systèmes éducatifs (réduire les coûts sans compromettre la qualité et l’équité) est un objectif d’importance croissante dans plusieurs pays au vu notamment de la situation des finances publiques. Les problèmes d’efficience sont liés aux résultats des établissements comme des enseignants.
  • Établissements : autonomie, décentralisation, direction, suivi et transparence, gouvernance, système d’information sur les résultats des établissements, capacité d’innovation des établissements, gestion des connaissances, partenariats avec les parties prenantes, préparation à la baisse des effectifs en raison de l’évolution démographique.
  • Enseignants : recrutement et plan de carrière, formation, évaluation des compétences et des résultats, mobilité au sein et en dehors de la profession, utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC), mise en œuvre de pratiques exemplaires, amélioration du statut des enseignants.

La formation tout au long de la vie et le défi de l’emploi

Les problèmes recensés par les pays au cours de la première réunion des hauts responsables en 2003 concernaient l’accueil et l’éducation de la prime enfance, les systèmes nationaux de certification, la politique en matière d’orientation professionnelle, le financement de la formation tout au long de la vie ainsi que les types formel, non formel et informel de formation des adultes. A partir des questions politiques identifiées par les pays, il semble que la priorité soit l’emploi (augmenter le taux d’activité, faire baisser le chômage, améliorer la productivité) et notamment comment améliorer la situation en matière d’enseignement professionnel, de formation professionnelle et de formation des adultes.

Enseignement professionnel et formation professionnelle : problèmes de quantité, de qualité et de financement, amélioration des systèmes d’information et d’orientation, perméabilité entre différents parcours éducatifs, coopération entre toutes les parties prenantes aux niveaux national et régional, liaison entre le monde de la formation et celui du travail.Formation des adultes : adaptation de la main-d’œuvre aux besoins de l’économie du savoir et à la situation démographique (vieillissement des populations, par exemple), problèmes de financement et de mesures d’incitation, système national de certification, coopération entre les parties prenantes, utilisation des TIC, liens avec les autres politiques socio-économiques, évaluation internationale des compétences des adultes.

Les enjeux de la mondialisation

La dernière fois, la mondialisation avait été abordée sous l’angle des défis qu’elle entraîne pour l’enseignement supérieur. Certains pays considèrent toujours la réforme de ce secteur comme une question de fond, à laquelle s’ajoutent d’autres questions liées au processus de mondialisation.

L’enseignement supérieur face à la mondialisation : structures de certification, processus de Bologne, élargissement du rôle traditionnel de l’enseignement supérieur, réformes des systèmes de gouvernance, évaluation et assurance de la qualité, financement, capacités et financement de la recherche, compétitivité de l’enseignement supérieur, qualité du corps enseignant, demande de nouvelles compétences, attrait des carrières scientifiques, innovation et capital intellectuel, coopération avec le secteur privé et les établissements d’enseignement supérieur.
Migration : coordination entre la politique de l’éducation et la politique de l’immigration, fuite/apport/circulation de matière grise.
Besoins éducatifs d’une société du savoir multiculturelle.
Les discussions de Copenhague se sont attachées à deux questions pour chaque point étudié :

  • A quels dilemmes sont confrontés les pouvoirs publics ?
  • Quelles sont les répercussions sur les travaux futurs de l’OCDE dans le domaine de l’éducation ?

Les hauts responsables de l’éducation des pays de l’OCDE ont aussi passé en revue ce que l’OCDE a fait et ce que nous avons appris depuis la première réunion des hauts responsables de l’éducation (février 2003)



Citer ce billet
Annie Feyfant (2005, 3 octobre). Nouvelles questions politiques en matière d’éducation dans les pays de l’OCDE. Éduveille. Consulté le 22 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o3du