Enseignants : Un peu de douceur et de réalité

Commençons par la douceur 

La période est paraît-il tendue entre les enseignants et les autres… L’actualité de la semaine, au Québec, amènera peut-être de la douceur (ou bien de l’envie, voire même peut-être de l’aigreur?) au cœur des enseignants.
Et oui, au Québec les enseignants ont leur “Semaine des enseignantes et des enseignants”, du 3 au 9 février pour cette année.
Cela commence par un message de la ministre de l’éducation, Marie Malavoy:

[…]J’invite donc les élèves, les parents et toute la population à se joindre à moi et à rendre hommage au personnel enseignant en cette semaine qui lui est consacrée. Remercions-les d’être à la fois piliers du savoir, éveilleurs de curiosité et bâtisseurs d’avenir […].

et cela se traduit par des témoignages, des gestes :

[…] en cette semaine des enseignantes et des enseignants, les parents de mon école nous ont réservé une belle surprise. Chaque jour des parents viennent surveiller à notre place pendant les récréations et, pour agrémenter cette petite pause qu’ils nous offrent si gentiment, ils nous préparent des collations surprises : du pain aux raisins maison lundi et un délicieux gâteau santé aujourd’hui (nous sommes mardi). Le directeur de mon école, quant à lui, a placé un généreux panier de fruits dans la salle des enseignants pour que ceux-ci puissent se régaler. (témoignage d’un enseignant au primaire).

“Je tenais donc à leur  exprimer publiquement toute ma reconnaissance pour l’excellent travail qu’ils  accomplissent chaque jour, pour leur implication et leur participation à la vie de l’école et pour tous ces moments magiques qu’ils créent afin de faire de notre école un milieu où il fait bon vivre et s’épanouir.” (extrait du message de la directrice de l’école communautaire Apollo XI)

Voilà qui donne à penser, non?

Ça a l’air en tout cas nettement plus festif (mais moins universel) que la journée mondiale des enseignants, célébrée chaque année par l’UNESCO, depuis 1994,  dont le contenu est on ne peut plus sérieux, comme en 2012 ou le colloque marquant l’évènement visait à former des enseignants de qualité tout en améliorant le statut des enseignants. N’oublions pas que l’UNESCO est une organisation internationale, se préoccupant de tous les enseignants, et donc d’enseignants nettement moins rémunérés, outillés, formés, accompagnés qu’en Europe ou au Québec…

Et la réalité, maintenant..

Bruno Suchaut vient de publier un texte sur le site de l’IREDU : “Une simulation de l’évolution des salaires des enseignants de l’école primaire : du Monde de Martine au Monde de Sophie”:

Ce texte a pour objectif d’apporter des éléments de réponse sur l’évolution des salaires des enseignants de l’école primaire en comparant la carrière des actuels professeurs des écoles à celle des instituteurs de la génération précédente. Sur la base de données représentatives des deux catégories d’enseignants, la comparaison donne l’avantage à la situation salariale des instituteurs.” (Suchaut, 2013).

Pour une vue plus générale sur la rémunération des enseignants, rappelons un article de Marie Gaussel, en 2011, sur Éduveille, relatif à une étude d’Eurydice sur la rémunérations des enseignants en Europe et citons, pour mémoire deux autres textes produits toujours par l’IREDU:

  • En 2007, Bruno Suchaut publiait, avec Alain Mingat, un autre document de travail : “Les salaires des enseignants en France. Une analyse transversale et comparative dans le cadre national”. Voici quelques extraits (choisis) de la conclusion (sur des résultats limités, nous disent les auteurs) :

“Si en moyenne, les enseignants du public n’ont pas un niveau de rémunération différent de celui des salariés du privé, il en est tout autrement quand on distingue les niveaux d’enseignement dans l’emploi exercé et le genre”.

“La population enseignante masculine présente des salaires inférieurs de 7% à ceux des salariés du privé alors que les femmes possèdent, au contraire un avantage relatif de l’ordre de 8%.”

Quant au niveau d’enseignement :

…”seuls les enseignants du secondaire affichent un léger avantage relatif de l’ordre de 3%”

Plus globalement:

“Si les hommes sont les plus désavantagés en termes relatifs, ce désavantage est plus marqués chez les enseignants du primaire (17%) que chez les enseignants du secondaire (6%). Chez la population féminine, c’est dans l’enseignement secondaire que l’avantage est le plus net (11%), alors qu’il est plus faible (4%) pour les enseignantes exerçant dans le primaire.”

  • En prenant un peu de hauteur et pour rejoindre les préoccupations de l’UNESCO, citons le texte de Jean Bourdon : “Convergence et divergence comparées du salaire des enseignants du primaire dans l’échelle de développement économique” (2008) :

Si à l’évidence la position d’une économie sur l’échelle de développement explique le pouvoir d’achat, la position relative du salaire enseignant présente aussi quelques liens en rapport au développement économique, puisque le salaire enseignant serait relativement moins rémunéré pour les pays les plus pauvres. A l’inverse la dynamique récente montre qu’il existe une pression relative sur la progression des salaires enseignants“.


1 réflexion sur « Enseignants : Un peu de douceur et de réalité »

  1. Pour compléter :
    – un article sur le blog “l’éducation déchiffrée”, écrits par Estelle HERBAUT (OCDE) : “Le salaire des enseignants français à la loupe”, 24 janvier 2013. Ce document vient confirmer les constats faits par Suchaut en 2007.
    les grandes lignes (les intertitres) :
    – “La France a un niveau de salaire nettement inférieur à la moyenne des pays de l’OCDE en début et milieu de carrière… mais l’écart avec les autres pays de l’OCDE s’atténue au fur et à mesure que la carrière avance”.
    – “Les écarts de salaire observés en France entre enseignants du primaire et du secondaire sont dans la moyenne de l’OCDE… mais le temps de présence devant les élèves est bien plus élevé pour les enseignants du primaire par rapport à ceux du secondaire”.
    – “Les enseignants français gagnent beaucoup moins que les actifs occupés diplômés de l’enseignement supérieur”.
    – “Compte tenu de la hausse des prix, les salaires statutaires en prix constants ont diminué depuis une dizaine d’année en France”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.