Usages des TIC par les enseignants du secondaire

Récemment 2 études anglo-saxonnes mettent en avant la faible intégration des technologies dans les pratiques éducatives des enseignants du secondaire alors que les usages administratifs se sont fortement développés, à la fois sous la pression des instances d’administration et grâce à un relai estimé efficace de la formation professionnelle.

Selon l’enquête américaine CDW-G Teachers talk Technology 2005 réalisée au printemps 2005 par le Quality Education Data (QED), une majorité d’enseignants s’accordent à penser que les TICE peuvent améliorer les performances scolaires tandis qu’ils ne sont que 38% à intégrer l’usage quotidien des ordinateurs dans leur enseignement. Si pour eux les applications administratives font désormais partie de la routine scolaire, l’écart constaté avec les usages pédagogiques semble relever davantage d’un manque de proximité des ordinateurs (non accessibles dans la classe) que d’une question de quantité de matériel informatique disponible.Selon les premiers résultats d’une recherche quadriennale britannique financée par l’Economic and Social Research Council (ESRC), les enseignants restent méfiants à l’égard des TICE, craignant que les ordinateurs ne relèguent le véritable apprentissage basé sur l’ouvrage imprimé (« genuine book-based learning »), en particulier dans les matières littéraires et artistiques. Ils sous-estiment leur rôle en pensant que la connaissance peut être transmise directement par les ordinateurs et mesurent très mal l’impact potentiel des « acquis » technologiques de leurs élèves sur le processus d’apprentissage.

Pour faire évoluer ces représentations, les auteurs ont mené une première expérience visant à mettre en place des collaborations entre enseignants de différentes matières, chercheurs et doctorants. Ces collaborations se sont avérées bénéfiques pour 70% des enseignants participants qui, plus confiants, ont par la suite intégré l’usage de l’ordinateur dans leur pratique pédagogique. Ils préconisent que la généralisation de tels dispositifs contribuerait à réduire le décalage constaté entre les textes officiels et le terrain et à palier les insuffisances de la formation professionnelle.

Dans une seconde phase du projet, les auteurs ont examiné les comportements des élèves face à l’ordinateur à l’aide d’enregistrements vidéos. Il en ressort que la plupart des élèves font preuve d’une concentration plus forte et plus longue devant un ordinateur et sont davantage disposés à expérimenter différentes réponses dans les exercices proposés. Avec un bémol toutefois pour les plus jeunes qui se laissent facilement distraire de leur tâche quand ils utilisent internet. Bien d’autres résultats sont ici simplement évoqués (impact de la musique numérique, des jeux vidéos, etc.) : on attend donc avec impatience les publications qui viendront présenter plus en détail les résultats de ce projet…


2 réflexions sur « Usages des TIC par les enseignants du secondaire »

  1. Il me semble qu’on trouvait des remarques similaires dans :
    Larry Cuban (2001) Oversold & Underused: Computers in the Classroom Harvard University Press
    Sinon je trouve que c’est vraiment très bien ce blogue (je crois savoir que la commission de terminologie préconise cette orthographe) pourvu qu’il ne soit pas trop généraliste et qu’il reste autour des TICE. Je m’abonne derechef au flux rss et je dis publiquement ma fierté de déposer ce premier commentaire.

  2. Merci de cette précision (est-ce à dire que rien n’a sensiblement évolué depuis 2001 ?) et aussi de cette première contribution, Eric. Et dans le registre de l’auto-satisfaction, je dois aussi dire ma fierté pour la modération de ce premier commentaire !
    Concernant le « blogue », c’est plutôt le terme choisi par nos amis québécois, défendu également par le CSA et suggéré par Alain Rey dans cet entretien à Télérama (s’il faut absolument franciser…).
    La DGLF, quant à elle, préconise « bloc-notes » dans le JO du 20 mai 2005.
    Au bout du compte et comme toujours, c’est l’usage qui tranchera et je parierai bien sur « blog » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.