Les temps périscolaires scolarisés mais pas évalués

D. Glasman dénonce ce qu’il appelle « l’envahissement du scolaire » qui se développe largement depuis plus de 30 ans sous forme de dispositifs d’accompagnement destinés aux élèves, de la maternelle au lycée en regrettant, non pas les objectifs, mais la forme dans laquelle ces accompagnements sont organisés. Vouloir à tout prix attribuer une valeur scolaire à l’ensemble des temps de l’enfant, c’est lui refuser un droit au jeu, au repos, à la rêverie.

Roger Sue  prône un cursus éducatif qui résulterait de la juxtaposition de compétences acquises lors de différents temps sociaux (initiation au travail en entreprise, participation à des associations d’art ou de loisirs) dont l’école bien entendu, et qui serait le reflet d’une véritable éducation plurielle. Il faut d’abord agir en faveur d’une prise en compte des temps périscolaires dans les évaluations des élèves. Les actions et programmes périscolaires ne sont pas évalués, et « ce qui n’est pas évalué ne compte pas ».

Et pourtant, les temps libres de l’enfant (210 jours de “congés contre 155 jours d’école) sont aujourd’hui largement occupés par le périscolaire, l’extrascolaire, le parascolaire, autant de temps éducatifs qui ne sont pas pris en compte dans l’évaluation des apprentissages de l’enfant. Alors que l’École est le domaine de l’Éducation par excellence, elle n’en représente qu’une seule facette. Environ la moitié des Français estiment que l’éducation est partagée entre plusieurs acteurs (parents d’élèves, associations agréées d’éducation populaire, services municipaux, institutions culturelles locales, etc.) et ne relève pas exclusivement de l’École, ni des parents.

« Partager l‘éducation » consiste à envisager les complémentarités, favoriser la porosité entre tous les espaces et temps éducatifs en mobilisant l’ensemble des acteurs du système. Quels sont ces dispositifs périscolaires ? Comment se traduisent-ils sur le terrain ? Quels en sont les bénéfices pour l’enfant ? Comment garantir une action efficace et de qualité ? Nous abordons ces thèmes dans le Dossier d’actualité Veille & Analyses n°81 du mois de janvier 2013.

Glasman Dominique (2005). « Leur reste t-il du temps pour jouer ? ». Diversité: Ville école Intgération, n° 141.

Sue Roger (2006). « Les temps nouveaux de l’éducation ». Revue du Mauss, n° 28, p. 193–203.


3 réflexions sur « Les temps périscolaires scolarisés mais pas évalués »

  1. Bonjour,
    la référence du Dossier d’actualité n°48 rédigé par mes collègues M. Musset et R. Thibert est la suivante :
    Marie Musset et Rémi Thibert (2009) . Quelles relations entre jeu et apprentissages à l’école ? Dossier d’actualité Veille et Analyses, n°48
    En ligne : http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=48&lang=fr
    Le Dossier d’actualité concernant la décentralisation et l’autonomie des établissements de O. Rey n’est pas encore publié.
    Bien cordialement.

  2. Bonjour, la recension est très intéressante. Malheureusement, je crois qu’il manque quelques références citées, notamment Musset & Thibert, et Rey (à paraître).
    Merci!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.